Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

Le portrait

Guy Leduc : aider les personnes avec une ITS incurable

Émission du 27 septembre 2012

L’herpès génital est l’infection transmise sexuellement la plus répandue. Elle est malheureusement incurable. 20 % des personnes n’ont aucun symptôme et ignorent qu’elles en sont porteuses. Résultat : la maladie se transmet très facilement. Certains vivent avec la maladie plutôt bien, mais pour d’autres, c’est plus difficile à accepter.

À 44 ans, Guy Leduc vit avec l’herpès génital depuis maintenant 4 ans. Il fait partie d’une très mince proportion des gens atteints d’une infection transmissible sexuellement qui n’ont pas honte de parler à visage découvert. Au contraire, il déplore que la majorité des personnes touchées par ces infections se terrent dans la honte et la solitude.

«Quand les gens vivent avec la honte, ils ont tendance à s’isoler complètement, soutient-il. Plus de partenaire, plus d’affection, plus de vie avec quelqu’un.» Il rapporte qu’il a souvent rencontré des personnes qui vivent avec une ITS depuis 5 ou 10 ans et qui n’en ont jamais parlé avec qui que ce soit.

Pour sa part, Guy a plutôt eu la réaction inverse : chercher de l’aide dans des organismes de soutien, et partager son vécu avec d’autres personnes infectées.

«Si on prend le temps d’en parler, même à un ami proche, ça fait vraiment beaucoup de bien, et cette personne-là peut nous accompagner dans notre démarche de trouver des outils pour nous aider. Et là, ça nous met sur la voie de la guérison, et la guérison c’est un jour d’en venir à l’acceptation.»

Faire des deuils, mais continuer à vivre

Il va sans dire que la vie n’est plus tout à fait la même lorsqu’on vit avec une ITS, reconnaît Guy Leduc, et que cette nouvelle vie nous force à faire quelques deuils. Adieu one night stand et relations sexuelles spontanées avec un partenaire improvisé, c’est clair. Mais avoir des enfants et une vie sexuelle normale avec un partenaire sexuel non infecté, oui, c’est possible.

Certaines pratiques sexuelles sécuritaires, combinées à l’usage de médicaments, permettent en effet de poursuivre une vie sexuelle épanouie malgré la présence d’une infection transmise sexuellement. Dans le cas précis de l’herpès, il semble également qu’une bonne gestion du stress peut être très bénéfique pour diminuer les symptômes de la maladie.

Un site de rencontres

Fort de son expérience de partage dans des groupes de soutien, Guy Leduc s’est lancé dans une toute nouvelle aventure : fonder un site de rencontres en ligne pour personnes aux prises avec une ITS. Conçu pour les gens infectés non seulement par l’herpès, mais aussi le VIH, l’hépatite B ou C, ou encore le virus de papillome humain, ou toute autre infection transmise sexuellement, ce site donne la possibilité non seulement de rencontrer d’éventuels partenaires, mais également de trouver un peu de soutien.

Ressources

Site de rencontre fondé par Guy Leduc
www.itsrencontres.com

Groupe de soutien herpès de Montréal fondé par Richard Dalcourt

Les rencontres ont lieu tous les premiers vendredi du mois à 19h30 au 5410 2ième avenue (coin rue Masson) à Montréal. Une cotisation de 5,00$ est demandée pour couvrir les frais de location du local.