Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

Le portrait

Marmar Marzban : avoir un surpoids et être en bonne santé

Émission du 6 décembre 2012

S’aimer tel qu’on est et avec le corps qu’on a. Voilà des valeurs chères à notre émission, mais ce sont aussi celles de Marmar Marzban, une professeure de baladi et d’aérobie qui assume pleinement son corps, malgré ses rondeurs.

Marmar Marzban s’amuse toujours du regard étonné qu’elle peut surprendre chez les personnes qui essaient son cours d’aérobie pour la première fois : «Je peux le voir tout de suite dans leurs yeux et ce regard, ça veut dire : “Mon Dieu, c’est elle la prof? Est-ce que je suis dans la bonne classe?” Mais, chaque fois, après le cours, les gens viennent me voir et me disent “Mais tu as tellement d’énergie!”»

Pour expliquer sa forme resplendissante et son incroyable niveau d’énergie, Marmar explique alors aux gens que oui, elle est effectivement très en santé, car elle se nourrit très sainement et qu’elle a toujours fait beaucoup d’exercice. Résultat : sa pression sanguine est très basse, tout comme son pouls, et elle se sent très bien dans son corps.

«On peut être mince et ne pas être en santé du tout, explique-t-elle, et au contraire, tu peux aussi être un peu plus rond, sans être obèse, et être en santé.»

Une enfance très active

Patinage artistique, arts martiaux, danse : Marmar Marzban multiplie les sports physiques depuis son tout jeune âge. Malgré ce mode de vie très actif et une saine alimentation, elle commence toutefois à prendre du poids à l’adolescence et à réaliser que son corps ne correspondait pas à l’image de la femme parfaite de style «Barbie». Poursuivant malgré tout son cheminement dans la voie de l’activité physique, elle réalise avec le temps qu’un surplus de poids n’est pas nécessairement synonyme de mauvaise santé

La danse orientale

À la fin de la vingtaine, un événement familial tragique plonge Marmar dans un deuil extrêmement difficile. Elle demeure très active malgré tout et commence à suivre des cours de danse orientale. C’est pour elle une révélation! Danser lui procure beaucoup d’apaisement, tout en lui permettant de renouer avec ses racines profondes iraniennes.

Aujourd’hui professeure de baladi au YMCA, elle raconte que les femmes sont souvent très heureuses de voir que c’est elle qui donne le cours de danse orientale, y voyant là la preuve que ce n’est pas une danse réservée aux femmes minces.

Marmar est également convaincue que le fait de bouger et de danser a des vertus thérapeutiques, en permettant au corps de libérer des émotions emmagasinées qu’il est difficile de libérer autrement.

Marmar est toutefois consciente que les personnes qui ont un surplus de poids sont parfois mal à l’aise de bouger de la sorte, mais c’est pour elles important de dépasser cette crainte. C’est d’ailleurs pourquoi elle encourage les femmes intéressées par le baladi à essayer un cours avec une amie de la même taille, pour s’encourager mutuellement.

S’accepter avant tout

De manière générale, pour le baladi ou l’aérobie, mais aussi pour toute sorte d’exercices, Marmar recommande aux gens qui souhaitent pratiquer un exercice pour perdre du poids de prendre le temps de s’accepter tels qu’ils sont avant tout. «La première chose que tu dois faire, c’est de t’accepter comme tu es pour pouvoir faire les changements positifs. Tu te regardes dans le miroir et tu dis : “OK, je m’aime et c’est pour ça que je veux changer!”»

Informations supplémentaires

On sait maintenant qu’environ 30 % des gens qu’on pourrait qualifier d’obèses sont métaboliquement sains : ils ne font pas de diabète, ni d’hypertension, et leur taux de cholestérol est normal. Autrement dit, ils sont en bonne santé. Le problème, c’est qu’on ne sait pas ce qui fait la différence entre ceux qui sont en bonne santé et ceux qui ne le sont pas. Est-ce la génétique, une meilleure diète, une distribution différente de la graisse ou autre chose? Par contre, ce qu’on sait, c’est que ceux qui sont en bonne santé sont tous très actifs physiquement. Le message à retenir de tout ça est donc le suivant : il faut bouger pour être en santé et non pas bouger pour être mince.