Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

Le carnet des animateurs

L'examen médical annuel, nécessaire ?

Émission du 31 janvier 2013

L’examen médical annuel est une pratique courante et ceux qui s’appliquent à le passer régulièrement ont habituellement la conviction que c’est la meilleure chose à faire, une forme de devoir personnel pour veiller au maintien d’une bonne santé. Or cette pratique commence à être remise en question.

Le débat a été lancé dans un éditorial du British Journal of Medicine, à l’automne 2012. Les auteurs y émettaient l’opinion que pour des personnes en santé, il était inutile de se présenter à un rendez-vous médical annuel. En plus d’être inutile et de n’entraîner aucun effet bénéfique au niveau de la santé et de l’espérance de vie, il semble que ces examens annuels entraîneraient plusieurs effets négatifs, notamment au niveau des surdiagnostics. Il va sans dire que ces nouvelles recommandations ne s’appliqueraient qu’aux personnes en santé, et que les personnes malades devraient impérativement maintenir un suivi médical régulier.

Il demeure toutefois important de faire un suivi régulier pour le PAP test chez les femmes (tous les trois ans si les premiers tests se sont révélés normaux) et pour le suivi pour les histoires familiales de cancer du côlon. Les enfants devraient également continuer à être suivis régulièrement par un médecin de famille ou un pédiatre.

La vraie prévention

Il serait donc bon de revoir l’idée que ces examens annuels permettent de faire de la prévention. La vraie prévention pour les individus, c’est plutôt d’éviter de fumer, de surveiller leur alimentation et de demeurer physiquement actifs. D’un point de vue de santé publique, la prévention consiste plutôt à améliorer les conditions de vie et à lutter contre la pauvreté.

Et il va sans dire qu’en diminuant les rendez-vous annuels, le système public pourrait certainement faire d’importantes économies tout en libérant les médecins de famille pour les personnes malades qui en ont réellement besoin.