Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

Billet de Percy

Faire le deuil de certains aliments

Émission du 14 février 2013

Pour perdre du poids, ou le maintenir, faut-il faire le deuil de certains aliments? Voilà toute une question! Pour sa part, Percy Turcotte y réfléchit depuis un certain temps déjà et il a décidé d’enquêter sur le sujet.

Pour des raisons de poids, certaines personnes décident de ne plus consommer certains aliments. Exit les pâtes, le pain, les pommes de terre, le vin! Mais si on leur pose la question, ils répondront qu’ils ne sont pas au régime. On a tous vu ça dans notre entourage…

Scientifiquement, on appelle ça de la restriction cognitive : autrement dit, au lieu d’écouter les signaux de faim et de satiété que nous envoie notre corps, on tente constamment de limiter la quantité de nourriture et le type d’aliments qu’on consomme.

Ce qu’en dit la science…

Et pourtant, cette pratique est fondée sur des croyances populaires qui n’ont rien de véridique pour autant. Il faut aussi faire attention aux différents régimes qui limitent certains aliments ou certaines catégories d’aliments, comme les glucides, le miel, les confiseries, la confiture ou des aliments riches en amidon (pain, pommes de terre, céréales).

Selon Marie-Josée Leblanc, nutritionniste pour le programme Extenso à l’Université de Montréal, on ne devrait jamais s’interdire un aliment, tout étant une question de quantité et de fréquence. D’autres études ont quant à elle démontré que quand on tente à tout prix de se priver d’un aliment, on développe le goût d’en manger encore plus. Il devient irrésistible et quand on en mange, on en mange deux fois plus!

Marie-Josée Leblanc explique aussi que le fait de se priver amène à développer une relation négative avec la nourriture et le plaisir de manger. Dans certains cas, la nourriture devient une telle préoccupation qu’elle prend la forme d’une obsession. C’est ainsi que certains en viennent à développer certains types de comportements alimentaires comme la boulimie et l’anorexie.

Faire la paix avec les aliments qui nous tentent

Des coutumes, la religion ou la maladie peuvent amener les gens à bannir certains aliments, mais sinon, il n’y a aucune raison de les proscrire complètement de son alimentation. En fait, se les interdire ne fait que les rendre encore plus irrésistibles.
La solution n’est pas de faire appel à sa volonté, mais de faire la paix avec les aliments qui nous tentent.

Il ne faut toutefois pas oublier qu’il est aussi possible de trouver des équivalents plus sains qui à long terme feront autant plaisir. La pizza par exemple : pourquoi ne pas la cuisiner avec un pita, des légumes et du fromage léger? Quant à la rage de chips, des galettes de riz assaisonnées font aussi bien le travail…