Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

La question du public

Est-il possible de soigner avec des cellules souches ?

Émission du 28 février 2013

Experts invités :

Dr Denis Claude Roy, Directeur, Centre de recherche de thérapie cellulaire, Hôpital Maisonneuve-Rosemont

Martin Giroux, Directeur scientifique, Laboratoire de thérapie cellulaire, Hôpital Maisonneuve-Rosemont

Beaucoup de gens croient encore que les traitements médicaux aux cellules souches relèvent de la médecine du futur. Et pourtant, on utilise déjà la thérapie cellulaire à l’hôpital Maisonneuve-Rosemont, où des scientifiques travaillent sur des recherches qui pourraient être qualifiées de révolutionnaires.

La médecine du 21e siècle

Méconnue du grand public, la thérapie cellulaire suscite encore certaines craintes dans la population. À preuve, plusieurs patients du Dr Denis Claude Roy s’inquiètent lorsqu’il leur propose d’utiliser des cellules souches pour les soigner : « Quand je traite des patients, certains me disent "Vous allez détruire les mauvaises cellules et garder les bonnes, c'est de la science-fiction. Mais je peux vous dire que ce n’est pas de la science-fiction. On le fait toujours dans notre laboratoire et nous sommes nous-mêmes extrêmement épatés et conquis par le pouvoir des cellules souches. C’est ce qu’on appelle la médecine régénérative, et quant à moi, c’est la médecine du 21e siècle. »

Cette médecine du 21e siècle est donc utilisée tous les jours dans le laboratoire du Dr Roy. Son équipe génère des cellules souches qui vont être utilisées dans le cadre de greffe de moelle osseuse. Comme les cellules souches ont le potentiel de former des cellules de différents tissus, celles-ci vont pouvoir remplacer les cellules endommagées lors d’une greffe de moelle osseuse.

« On s’attaque non seulement au problème de greffe de moelle osseuse, précise le Dr Roy, mais on va aussi travailler sur l’utilisation de cellules souches pour réparer différents organes qui sont endommagés dans différentes conditions, comme des problèmes cardiaques ou des problèmes visuels par exemple. »

Des cellules souches sanguines

Au laboratoire du Dr Roy, les cellules souches sont donc utilisées pour produire des cellules sanguines de différents types, soit des globules rouges, des plaquettes ou des globules blancs (neutrophiles). Ces différents types de cellules ont toutes un rôle important à jouer à l’intérieur du corps : transport de l’oxygène pour les globules rouges, coagulation pour les plaquettes, et défense immunitaire pour les globules blancs.

Ces cellules souches sanguines sont ensuite utilisées dans le traitement de patients atteints de différents types de cancers comme la leucémie, le cancer des ganglions et le cancer des os par exemple… « Dans ce contexte, les cellules souches vont aider à remplacer la moelle qui est détruite par la chimiothérapie et la radiothérapie à hautes doses qu’on va donner à ces patients-là, explique le Dr Roy. Et non seulement ça, ces cellules-là vont être capables d’attaquer les cellules cancéreuses si jamais certaines d’entre elles ont échappé aux traitements de chimiothérapie et de radiothérapie. »

D’autres applications prometteuses

Pour pousser davantage les pouvoirs de la thérapie cellulaire, l’équipe du Dr Roy travaille actuellement sur deux études cliniques. Dans la première, des cellules souches de la moelle osseuse sont prélevées sur des individus qui ont eu un infarctus du myocarde puis ensuite réinjectées dans les vaisseaux du cœur d’un patient qui a eu une crise cardiaque. Dans la seconde étude, menée de concert avec des chercheurs du CHUM, des cellules souches sont directement injectées dans le muscle cardiaque pour aider le cœur à se réparer. Actuellement, une quarantaine de patients font partie de ces études.

L’équipe de recherche du Dr Roy étudie également la possibilité d’utiliser les cellules souches dans le traitement du glaucome, mais ces recherches ne sont pour l’instant réalisées que sur des modèles animaux.

Dans d’autres centres de recherches, comme le Laboratoire d’organo-génèse expérimentale, à Québec, des cellules souches de peau sont utilisées pour traiter les grands brûlés. Des chercheurs travaillent également sur l’utilisation de cellules souches pour renouveler des organes comme le foie, qui sont des organes plus simples qu’un rein ou qu’un cœur par exemple. Ces projets de recherche ne sont toutefois effectués, pour le moment, que sur de petits groupes de patients. Si leurs résultats s’avèrent prometteurs, il faudra ensuite les reproduire à plus large échelle avant qu’ils ne deviennent disponibles pour la population en général.

Une importante recherche est également en cours pour tenter d’utiliser les cellules souches pour produire différents organes. « Mais on n’est pas encore rendus là, reconnaît M. Roy. On en a encore pour quelques années de travail avant d’y arriver… »

Sans effets secondaires

Parmi toutes les promesses que font miroiter les cellules souches, le Dr Roy s’enthousiasme tout particulièrement sur le fait qu’il s’agit d’un traitement qui n’est pas toxique : « Les cellules vont aller exercer leur activité sans dommage, explique-t-il. Ce n’est pas un médicament avec des effets secondaires, ou s’il y a des effets secondaires, ils sont très minimes. Ce sont des cellules qui remplissent leur fonction normale, qui est de réparer des tissus. »

« En utilisant les cellules souches, il est clair pour moi qu’on va augmenter la qualité de vie et diminuer la toxicité reliée aux traitements, conclut-il. Et tout ça en bénéficiant de cellules souches qui sont là, disponibles, qui ont pris des milliards d’années à se développer et qui ont un potentiel de traitement incroyable. »