Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

Le carnet des animateurs

Controverse au sujet de la marijuana thérapeutique

Émission du 28 février 2013

L’usage du cannabis thérapeutique a fait beaucoup parler il y a une quinzaine d’années. Alors que tout semblait être à peu près réglé, le gouvernement fédéral songe plutôt à changer les règles en la matière, ce qui ne plaît ni aux malades ni aux médecins.

Petit rappel historique

Au cours des années 1990, on a assisté à la prolifération des Clubs Compassion, qui offraient du cannabis thérapeutique aux personnes malades qui en avaient besoin. Certains clubs ont toutefois dû fermer leurs portes et des personnes ont été arrêtées, ce qui a engendré un mouvement de soutien populaire devant lequel le gouvernement libéral de l’époque a plié et accepté de modifier les lois en matière de cannabis thérapeutique. C’est ainsi que le Canada est devenu en 2001 le premier pays au monde à adopter un règlement sur l’usage thérapeutique de la marijuana.

La consommation de cannabis thérapeutique est toutefois demeurée strictement encadrée, car les patients qui souhaitent y avoir recours doivent au départ recevoir un diagnostic médical officiel pour une des conditions de santé reconnues par le gouvernement : sida, cancer, sclérose en plaques et quelques autres. Lorsqu’un patient a reçu un diagnostic pour l’une de ces conditions, il doit remettre son dossier au gouvernement fédéral qui va l’accepter, ou non, dans le Programme d’accès à la marijuana à des fins médicales.

Actuellement, les membres de ce programme ont le droit de s’approvisionner en cannabis auprès du gouvernement fédéral ou d’en cultiver pour leur consommation personnelle. Certains producteurs privés sont également autorisés à en faire pousser.

De nouvelles règles

Mal à l’aise avec cette situation dans laquelle il se retrouve à jouer le rôle de pourvoyeur de cannabis, le gouvernement conservateur actuel souhaite changer les règles et tout repousser dans la cour des médecins. Mais ceux-ci sont très récalcitrants à accepter cette nouvelle responsabilité, car ils ne se sentent pas outillés pour bien prescrire le type de cannabis, le dosage, etc. De plus, il semble que les conditions médicales pour lesquelles la consommation de cannabis pourrait être indiquée ne sont pas très claires et les médecins craignent de se faire solliciter par des patients qui ne souhaitent en consommer qu’à des fins récréatives…

Le nouveau règlement gouvernemental prévoit aussi de modifier les règles d’approvisionnement et de la distribution, puisque celui-ci se retirerait de la production et que les gens ne seraient plus autorisés à en faire pousser eux-mêmes. Seuls des producteurs privés accrédités, supervisés par le gouvernement, seraient autorisés à en cultiver afin d’approvisionner les malades.

Toujours en préparation, le nouveau règlement n’est pas encore en vigueur, mais le gouvernement prévoit le publier au cours de l’année 2013. Les médecins ont-ils dit leur dernier mot? C’est une histoire à suivre…