Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

Histoire de cas

Angelo Macaluso : soigner les pieds des itinérants

Émission du 28 mars 2013

Une fois par mois, les itinérants qui fréquentent l’accueil Bonneau, à Montréal, reçoivent une visite fort appréciée : des étudiants en podiatrie qui quittent leur campus universitaire de Trois-Rivières pour soigner les pieds des démunis.

C’est tout un branle-bas de combat qui se déploie quand les étudiants membres de la clinique podiatrique communautaire débarquent dans les locaux de ce refuge du Vieux-Montréal, sur la rue de La Commune. Ne négligeant rien pour bien soigner les pieds de leurs patients du jour, la joyeuse troupe débarque avec une impressionnante panoplie de matériel médical.

Étudiant et fondateur de cette clinique podiatrique communautaire, Angelo Macaluso nous explique leur mode de fonctionnement : quatre étudiants de 3e et 4e années offrent les soins podiatriques, tout en étant assistés par des étudiants de 1re et 2e années. Ces derniers sont responsables, par exemple, de prendre les signes vitaux des patients, consigner les notes au dossier et aller chercher les pansements. Toute l’opération est supervisée par deux ou trois podiatres d’expérience. Ces derniers sont également disponibles pour s’occuper des cas plus compliqués.

Des soins fort appréciés

Longtemps appelés les « va-nu-pieds », les itinérants ont effectivement plus souvent qu’autrement les pieds durement marqués par la vie. À arpenter les rues mal chaussés, et souvent privés de conditions sanitaires nécessaires au maintien d’une hygiène de base, ils sont nombreux à souffrir de diverses affections aux pieds, comme des fasciites plantaires ou des problèmes de biomécanique du pied. C’est pourquoi ils reçoivent avec soulagement les soins qui leur sont gratuitement offerts par les étudiants en podiatrie.

Coordonnatrice des bénévoles à l’Accueil Bonneau, Sœur Monique Picard témoigne que les services de la clinique podiatrique sont très appréciés par la clientèle de l’Accueil Bonneau. «Habituellement, ce n’est pas facile de stimuler les gens à se faire soigner ici, explique-t-elle, mais avec les pieds, ils nous rappellent de ne pas les oublier et vérifier s’ils sont bien sur la liste.»

Des soins qui dépassent la simple hygiène des pieds

Avant l’arrivée de ces étudiants en podiatrie, des infirmières soignaient les pieds des itinérants, mais avec leur bagage en médecine podiatrique, les étudiants de 3e et 4e années ont la possibilité d’agir sur un champ beaucoup plus large. Ils peuvent notamment prescrire des médicaments ou réaliser des infiltrations de cortisone pour soulager l’inflammation au niveau des pieds.

Angelo Macaluso nous explique que l’examen des pieds permet également aux étudiants de dépister certaines pathologies systémiques, comme le diabète qui entraîne une perte de sensibilité au niveau des pieds. Des problèmes d’anémie peuvent également être dépistés par la forme des ongles.

Une implication complémentaire à la formation académique

Podiatre et professeur en médecine podiatrique à l’UQTR, Sébastien Hains souligne que cette implication à la clinique communautaire est aussi très bénéfique pour les étudiants, puisqu’il s’agit d’un projet qui complète très bien la formation académique. «La podiatrie se pratique surtout en clinique privée au Québec, précise-t-il, mais cette clinique podiatrique communautaire donne aux étudiants un accès à des pathologies plus complexes. Ça leur donne une opportunité de développer leurs savoir-faire au niveau humain.»

La très grande popularité du programme témoigne d’ailleurs de l’intérêt des étudiants à participer à cette clinique comme complément à leur formation académique. Les étudiants se bousculent aux portes pour y participer, ce qui représente selon le Dr Hains un heureux problème.

Devant le succès de l’opération, les étudiants rêvent d’offrir leurs services à d’autres démunis, ailleurs au Québec. Pour l’instant, les cliniques communautaires se tiennent un samedi par mois, mais il est question qu’elles deviennent une partie intégrale du stage de formation des podiatres.

Informations supplémentaires

Les podiatres sont détenteurs d’un doctorat de premier cycle, qui leur donne le droit de prescrire des examens et des médicaments, ainsi que de pratiquer des chirurgies mineures.