Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

Le carnet des animateurs

Nanoparticules : la position du Canada

Émission du 3 octobre 2013

Comme nous venons de le voir dans notre reportage sur les nanoparticules (voir notre section Question de la semaine), les effets néfastes possibles de ceux-ci sur notre santé sont encore méconnus, mais on en retrouve déjà dans de très nombreux produits qu’on utilise dans la vie courante, comme les cosmétiques par exemple. C’est pourquoi plusieurs voix s’élèvent pour réclamer l’étiquetage obligatoire des produits qui en contiennent. Au Québec et au Canada, à l’heure actuelle, il n’existe aucune réglementation sur le sujet.

La position officielle de Santé Canada est la suivante : à l’heure actuelle, il n’existe pas suffisamment d’informations permettant de conclure que les nanoparticules peuvent être dommageables pour la santé humaine, et il n’y a donc pas lieu de prendre position sur le sujet.

C’est le choix qu’a fait le Canada, pour l’instant du moins. Mais d’autres pays ont pris des positions bien différentes, comme la France qui a choisi en janvier 2013 d’appliquer le principe de précaution. Le raisonnement des autorités y est bien différent : puisqu’on ne sait pas si ça peut être nocif ou non, alors on ne prend pas de chances. Conclusion : à partir de 2014, tous les produits qui contiennent des nanoparticules devront être étiquetés. D’autres pays, comme le Danemark, ont pris des décisions similaires. Certains pays ont plutôt choisi de privilégier avec un étiquetage volontaire, mais c’est une mesure dont l’efficacité est limitée.

Certains groupes écologistes ont quant à eux décidé de prendre les devants en publiant sur Internet des listes de produits qui contiennent des nanoparticules. Ces listes doivent toutefois être utilisées avec prudence, car elles ne sont pas exhaustives : ce n’est donc pas parce qu’un produit ne figure pas sur la liste qu’il ne contient pas de nanoparticule. La vigilance est donc de mise.