Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

La question du public

Faut-il mettre nos pharmacies sous clé ?

Émission du 24 octobre 2013

Une étude canado-américaine publiée en 2013 a révélé que les empoisonnements aux médicaments d’ordonnance sont en augmentation chez les enfants. Alors que traditionnellement, les enfants s’intoxiquaient plutôt avec des produits ménagers toxiques ou des médicaments sans ordonnance, comme l’aspirine, il semble que la problématique est en train de changer. Il faut maintenant porter une vigilance accrue aux médicaments d’ordonnance, car certains peuvent s’avérer fort dangereux pour les enfants.

Experts invités :

Anne Letarte
Conseillère en soins infirmiers
Centre antipoison du Québec

Dr Martin Laliberté
Toxicologue
Centre antipoison du Québec

Des médicaments dangereux

Chaque jour, le Centre antipoison reçoit à peu près 135 appels pour un total de près de 50 000 cas d’empoisonnement par année. Parmi tous ces cas, les empoisonnements d’enfants aux médicaments d’ordonnance représentent un pourcentage important.

«Les enfants de 0-5 ans explorent leur environnement en goûtant et n’ont aucune notion du danger, explique Anne Letarte, conseillère en soins infirmiers au Centre antipoison du Québec. Souvent, ils vont méprendre les médicaments pour des bonbons.»

Ces cas d’empoissonnements aux médicaments d’ordonnance seraient en hausse depuis les années 2000, confirme le Dr Martin Laliberté, toxicologue. Cette augmentation s’explique probablement, soutient-il, par l’augmentation du nombre de prescriptions en général, non seulement pour les enfants, mais aussi pour les adultes.

Oui, ces médicaments sont habituellement fermés par un bouchon de sécurité. Mais le hic, indique le Dr Laliberté, c’est que lorsqu’on prend ces médicaments plus d’une fois par jour, on peut avoir tendance à laisser le contenant ouvert ou à placer les médicaments dans un petit contenant hermétique plus facile à ouvrir. C’est avec de telles entorses à la sécurité qu’on expose les enfants à une ingestion accidentelle.

Tous les médicaments d’ordonnance présentent un risque en cas d’ingestion accidentelle par un enfant, poursuit le Dr Laliberté, mais certains présentent un danger plus grand. Parmi ces produits plus dangereux, on retrouve les trois catégories de médicaments suivants, dont l’ingestion d’un seul comprimé peut entraîner des effets toxiques importants, et même un décès.

– les analgésiques opiacés (les narcotiques) : il s’agit de médicaments qui s’apparentent à la morphine. Leur ingestion peut entraîner une diminution de l’état de conscience ainsi que d’autres conséquences extrêmement sérieuses.
– les médicaments utilisés pour le diabète : leur ingestion peut causer une faiblesse et une sudation importantes, et même éventuellement mener au coma.
– les médicaments pour traiter l’hypertension ou l’angine de poitrine : ils peuvent causer une diminution de l’état de conscience, un arrêt respiratoire et un arrêt cardiaque.

Que faire en cas d’ingestion accidentelle?

Lorsqu’un enfant semble somnolent sans raison apparente ou s’il semble confus, il est possible qu’il soit sous l’influence d’un empoisonnement aux médicaments d’ordonnance. Si l’enfant ne répond pas lorsqu’un parent ou un autre adulte lui parle, Anne Letarte recommande de signaler immédiatement le 9-1-1. Par contre, si un adulte soupçonne qu’un enfant a consommé des médicaments, mais que ceux-ci n’ont pas encore commencé à faire effet, il vaut mieux contacter le Centre antipoison du Québec qui évaluera la situation.

À éviter absolument : tenter de faire vomir un enfant avant de contacter le Centre antipoison et les services d’urgence. Dans certains cas, selon la nature du produit consommé, le fait de vomir pourrait empirer la situation ou blesser l’enfant.

Selon les situations, le Centre antipoison pourrait choisir d’utiliser du charbon de bois activé ou d’administrer un antidote précis, pour renverser l’effet toxique d’un médicament.

Dans tous les cas, il est certain que la meilleure voie à suivre est la prévention et de sécuriser les médicaments d’ordonnance sous clé. Et surtout, ne jamais oublier que les enfants grandissent et qu’il faut constamment revoir les règles de sécurité pour vérifier si elles sont toujours adaptées à l’âge, à la taille et à la débrouillardise de l’enfant.

Ressource

Pour joindre le Centre antipoison du Québec : 1 800 463-5060