Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

Êtes-vous pilule ou granule?

Médicaments et grossesse, quelles précautions ?

Émission du 7 novembre 2013

Les médicaments sont-ils dangereux pour le fœtus? Tout dépend en fait du choix du produit et de la période de la grossesse au cours de laquelle il est consommé. Jean-Louis Brazier fait le point sur la question.

Le scandale de la thalidomide

C’est au cours des années 1950 qu’on a commencé à s’inquiéter des effets de certains médicaments sur les fœtus lorsqu’on a découvert les effets tératogènes de la thalidomide. Utilisé comme sédatif et anti-nauséeux, ce médicament a été à l’origine de très graves malformations chez des milliers de nouveau-nés. Certains d’entre nous ont d’ailleurs encore en mémoire les terribles images de bébés aux bras et aux jambes atrophiés.

À la suite de ce scandale, les autorités sanitaires ont renforcé les normes relatives à la sécurité sanitaire et à la mise en marché des médicaments.

La grossesse : une période de la vie très sensible

De nos jours, les malformations causées par l’ingestion de médicaments pendant la grossesse représentent environ 1 % de l’ensemble des malformations, comparativement à celles qui sont dues à des problèmes génétiques qui représentent entre 15 et 25 % de l’ensemble des cas.

Il faut savoir que la femme enceinte est une patiente très particulière, car elle porte en elle son futur enfant à qui elle peut transmettre plusieurs substances qu’elle consomme via le placenta. Et même si on le nomme souvent «la barrière placentaire», il semble qu’au contraire, cette «barrière» n’en est pas vraiment une puisqu’elle peut laisser passer de nombreuses molécules, dont certains médicaments qui peuvent être préjudiciables à la santé du fœtus.

La grossesse modifie la physiologie de la femme enceinte qui ne métabolisera pas de la même façon un certain nombre de substances. Les femmes enceintes les éliminent plus lentement, ce qui peut entraîner une certaine accumulation de ces substances dans l’organisme. C’est le cas du café, par exemple, mais également de plusieurs médicaments. D’où l’importance de toujours utiliser les médicaments avec la plus grande vigilance et de respecter les posologies prescrites par le fabricant ou le pharmacien.

Des produits à utiliser avec la plus grande vigilance

Il est plus risqué de prendre certains médicaments entre le 18e et le 60e jour de grossesse, car c’est la période au cours de laquelle les organes se développent et l'action des tératogènes peut induire des anomalies structurelles. C’est le cas de certains anti-cancéreux comme le méthotrexate, ainsi que les rétinoïdes (des médicaments contre l’acné), du lithium et de certains anti-épileptiques.

Les anti-inflammatoires, comme l’aspirine, et l’ibuprofène, doivent également être utilisés avec la plus grande vigilance. Ils peuvent causer des hémorragies ainsi que la fermeture précoce d’un petit canal qui rejoint la circulation pulmonaire et aortique chez le fœtus, et ainsi entraîner des malformations cardiaques. L’aspirine et les anti-inflammatoires peuvent également prolonger la durée de la grossesse et ralentir le travail pendant l’accouchement.

La pseudoéphédrine est également à surveiller. Il s’agit d’une molécule qu’on retrouve dans les décongestionnants. Les pulvérisateurs nasaux ne représentent aucun risque, mais il faut être vigilant avec la pseudoéphédrine absorbée en comprimés, par voie digestive. Sa consommation peut provoquer de l’hypertension chez la maman et le fœtus.

Les produits naturels

Les produits de santé naturels doivent également être utilisés avec vigilance par les femmes enceintes. Leur utilisation en cours de grossesse n’a pas été étudiée et dans la grande majorité des cas, on ne connaît pas leurs effets possibles sur le fœtus.

On sait toutefois que les produits suivants peuvent être problématiques et qu’ils doivent donc être évités en cas de grossesse :

– les extraits de soja, de trèfle rouge, de kudzu et de réglisse contiennent des molécules qui ont des propriétés hormonales. Ce n’est donc pas bon ni pour la mère, ni pour le bébé.

– le ginseng : il a la propriété d’augmenter la pression artérielle chez la maman et le bébé, ainsi que de baisser la glycémie.

– la rue et l’apnée à grappe noire ont des propriétés de stimulation de l’utérus, ce qui peut entraîner des avortements spontanés.

Vous avez des questions? Consultez votre médecin ou votre pharmacien, mais sachez que vous pouvez également vous adresser à la Chaire médicaments et grossesse de l’Hôpital Sainte-Justine.

Centre IMAGe
514-345-2333