Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

Êtes-vous pilule ou granule?

Les aliments enrichis

Émission du 30 janvier 2014

On retrouve un nombre croissant d’aliments dits «enrichis» sur les tablettes d’épicerie. Mais qui enrichissent-ils vraiment? Jean-Louis Brazier fait pour nous le point sur cette nouvelle génération d’aliments dits «santé».

Le saviez-vous? Au début du 20e siècle, le Mid-Ouest américain a reçu le sobriquet de «ceinture du goitre» à cause du manque d’iode dans l’alimentation qui provoquait une enflure de la gorge, en raison d’un mauvais fonctionnement de la glande thyroïde. Pour remédier à cette carence en iode, en 1924, l’État du Michigan a décidé d’ajouter de l’iode dans le sel de table. Le Canada a suivi quelque temps plus tard, et c’est ainsi qu’est né le premier aliment enrichi.

Des aliments à enrichissement obligatoire

Au Canada, plusieurs aliments sont obligatoirement enrichis : c’est le cas du lait (avec la vitamine D), de la farine (avec de la vitamine B et du fer). Cet enrichissement des aliments vise à apporter des nutriments ou des minéraux qui pourraient faire défaut dans la population. C’est notamment le cas de la vitamine D : pendant l’hiver, notre alimentation est insuffisante pour nous procurer la vitamine D nécessaire au maintien d’une bonne santé. Il est donc nécessaire d’aller la puiser dans des aliments dits «enrichis» en vitamine D.

Une autre raison qui justifie le recours à l’enrichissement des aliments, c’est que la transformation des aliments entraîne une perte d’éléments nutritifs qu’il faut remplacer : c’est le cas du blé qui perd beaucoup de ses vitamines et de ses minéraux lors de sa transformation en farine, d’où l’importance d’enrichir la farine.

Quelques exemples

On définit comme «aliments enrichis» ceux auxquels on a ajouté des vitamines, des minéraux ou d’autres substances d’intérêt nutritif. Parmi les suppléments souvent ajoutés à la nourriture, on retrouve notamment :

– l’acide folique : un déficit d’acide folique en cours de grossesse peut entraîner des malformations au niveau du crâne ou de la colonne vertébrale (spina-bifida). C’est la raison pour laquelle depuis 1988 les industriels doivent systématiquement ajouter de l’acide folique à la farine. On retrouve donc de l’acide folique dans la farine, dans le pain et les pâtes alimentaires. Cette mesure a d’ailleurs permis de réduire le nombre de cas de spina-bifida de manière très significative.

– les phytostérols : Les phytostérols sont des stérols fabriqués par les plantes. Dans le tube digestif, ces phytostérols entrent en compétition avec le cholestérol, ce qui fait que le cholestérol est moins bien absorbé. Les aliments enrichis de phytostérols peuvent donc être utiles aux gens qui souffrent d’hypercholestérolémie. Santé Canada autorise l’ajout de phytostérols dans la margarine, la mayonnaise, les jus de fruits et de légumes ainsi que dans le yogourt.

Selon Santé Canada, la consommation d’aliments enrichis de stérols végétaux favoriserait la diminution du cholestérol sanguin. Pour atteindre cet effet bénéfique, il faut consommer environ un ou deux grammes de phytostérols par jour.

Dans ce cas précis, la consommation d’aliments enrichis est vraiment utile, car il est impossible d’atteindre une dose d’un ou deux grammes de phytostérols par jour uniquement par l’alimentation : il faudrait par exemple 425 tomates pour apporter deux grammes de phytostérols!

D’autres aliments enrichis

Est-ce que tous les aliments dits «enrichis» en valent le prix? C’est à voir…

– le lait oméga-3 : même s’il peut être intéressant, il existe beaucoup d’autres sources d’oméga-3 qui apportent des quantités très significatives.

– les jus de fruit enrichis en antioxydants : les fruits contiennent généralement beaucoup d’antioxydants tandis que les jus contiennent aussi… beaucoup de sucre. Il vaut donc mieux puiser ses antioxydants directement dans les fruits frais que dans les jus.

– le porc aux oméga-3 : même s’il procure un tout petit peu d’oméga 3, il ne remplacera jamais un bon filet de saumon!

En conclusion, les aliments enrichis qui sont réglementés par Santé Canada constituent un apport en vitamines et en minéraux, mais ce n’est pas une panacée. Il s’agit souvent d’un argument plus publicitaire qu’un véritable argument santé. Et retenons surtout que l’enrichissement n’est pas toujours là où on l’attend…