Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

La question du public

Prend-on la migraine suffisamment au sérieux?

Émission du 13 février 2014

En 2012, une étude internationale parue dans le Lancet et réalisée par le Globen Burden of Disease de l’Organisation mondiale de la Santé classait la migraine comme la troisième condition médicale la plus fréquente dans le monde, tous pays confondus, et au 7e rang mondial pour l’invalidité et les coûts socio-économiques qu’elle engendre. Et quand on regarde les statistiques du CHUM, on constate que les maux de tête représentent la première cause de consultation en neurologie. Pourtant, il y a trois ans à peine, la Dre Élizabeth Leroux, neurologue au CHUM, était la seule médecin canadienne ayant une spécialité en céphalée! Est-il possible que la migraine ne soit pas prise au sérieux dans notre corps médical?

Expert invité :

Dre Élizabeth Leroux
Neurologue
Clinique de la migraine
CHUM

À cette question, Élizabeth Leroux est formelle : non, la migraine n’est pas suffisamment prise au sérieux dans le corps médical. Pourtant, il s’agit d’une maladie qui touche 10 % de la population. La prévalence est d’ailleurs la même chez les enfants, ce qui veut dire qu’un enfant sur 10 en souffre. Quand on pense à tous les impacts que les épisodes de migraine vont avoir sur l’ensemble d’une vie, il est clair que cette condition médicale devrait être davantage considérée, soutient-elle. Et malheureusement, les personnes qui en souffrent ne sont souvent pas prises au sérieux, ce qui renforce l’ampleur de leurs souffrances.

Martin Proux expérimente des migraines depuis l’enfance. Il avait à peine neuf ans lorsque le premier épisode s’est manifesté et il s’en souvient encore très clairement : la douleur était si intense qu’il ne comprenait pas du tout ce qui se produisait, et il a même perdu la vue pendant deux heures. Quelques années plus tard, un autre épisode l’a amené à envisager le suicide, car il ne s’imaginait pas survivre à de telles douleurs.

Mais que se passe-t-il exactement dans la tête des gens qui souffrent de migraines? Selon la Dre Leroux, la migraine est une maladie neurologique qu’on peut comparer à une tempête électrique et chimique. Dans certains cas, les épisodes de migraine peuvent être épisodiques, mais ils peuvent aussi devenir chroniques. Mais le problème, c’est que ces phénomènes passent généralement inaperçus aux examens d’imagerie et de laboratoire. Dans les centres de recherche spécialisés, toutefois, les experts ont à leur disposition de nouvelles techniques qui permettent de voir qu'un cerveau est migraineux mais ces techniques ne sont pas accessibles en clinique.

Une approche globale

Pour traiter les problèmes de migraines, il existe trois types de traitements, souligne la Dre Leroux :

– l’éducation et la modification des habitudes de vie : il est essentiel que la personne prenne conscience des facteurs environnementaux qui influencent le déclenchement de crises (comme limiter le stress ou éviter l’alcool)

– un traitement médicamenteux pour soulager les crises, idéalement sans effets secondaires afin de pouvoir reprendre les activités régulières. C’est ce que la Dre Leroux appelle un traitement de crise, ou un traitement au besoin.

– un traitement préventif, pour diminuer la fréquence des crises : le traitement agit sur le cerveau pour que les crises reviennent moins souvent.

«Juste prescrire des pilules, ce n’est pas suffisant, résume la Dre Leroux. Il faut éduquer la personne et lui expliquer comment se prendre en charge avec cette condition-là, car dans son quotidien, ça va faire une différence.»

Une approche interdisciplinaire

Pour améliorer le traitement des migraines, la Dre Leroux insiste sur le développement de l’interdisciplinarité. À la Clinique de la migraine du CHUM, par exemple, l’équipe de la Dre Leroux a récemment amorcé un projet de recherche qui inclut la formation d’une infirmière spécialisée, afin que celle-ci puisse assister les patients et travailler avec eux sur la modification de certains aspects de leur mode de vie, au-delà de la prise de médication. Mais il serait aussi possible, toujours dans un esprit d’interdisciplinarité, d’inclure dans l’équipe un psychothérapeute ou un intervenant en mesure d’aider les gens à mieux gérer leurs troubles de sommeil.

Très rare au Québec, cette approche interdisciplinaire du traitement de la migraine est pourtant recommandée par plusieurs autorités internationales, comme l’Association internationale des céphalées ou la Société canadienne des céphalées.

Martin Proux a la chance d’être suivi par la Dre Leroux et, grâce à elle, il n’a plus que trois ou quatre épisodes de migraines par semaine, sans quoi il en aurait tous les jours. Mais il ne fait malheureusement partie que des rares patients québécois qui peuvent bénéficier d’une telle approche.

La Dre Leroux l’avoue elle-même : elle est «frustrée» de constater que la majorité des personnes qui souffrent de migraines soient aussi peu – ou aussi mal – prises en charge par le système médical. Pour contrer cette situation, elle plaide pour une augmentation des cliniques de la migraine et des effectifs de neurologues spécialisés en traitement de la migraine. Elle souhaiterait également qu’un plus grand nombre de médecins de famille en fassent une sous-spécialité. Ce n’est qu’avec de tels outils que les patients souffrant de migraines chroniques pourront être mieux pris en charge.

Le mot de nos animateurs

Il faut faire preuve de discernement quand on parle de migraine, car c’est un mot qui est un peu galvaudé. Un petit mal de tête n’est pas une migraine!

La véritable migraine est une condition médicale bien précise, extrêmement pénible, et qui est très difficile à soulager. Elle est tout de même assez courante puisque 10 % de la population en souffrent. Malgré cette prévalence importante, la migraine demeure largement sous-diagnostiquée et sous-traitée.

La neurologue Élizabeth Leroux mène un combat pour que le problème des migraines soit pris davantage au sérieux. Elle a d’ailleurs contribué à la mise sur pied d’un site Internet qui parle des mythes et des réalités concernant les migraines, ainsi que des traitements et des recherches en cours.

Ressources

Site de Dre Leroux consacré à la migraine :
www.migrainequebec.com

Clinique de la migraine du CHUM
http://www.chumontreal.qc.ca/patients-et-soins/departements-et-services/migraine-et-cephalees