Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

La question du public

Chiros, ostéos, physios : comment s’y retrouver?

Émission du 23 novembre 2006

«J’ai mal au dos depuis environ 6 mois. On me dit d’aller voir un chiro ou un physio ou un ostéo. Je suis un petit peu mélangé, alors j’aimerais ça qu’on m’explique quelle est la différence entre les trois.»

Effectivement, pour beaucoup de gens, ces trois approches pour soigner le corps peuvent avoir l’air très semblables. Et ce qui est encore plus mêlant, c’est que c’est une personne de notre connaissance qui nous recommandera son physiothérapeute ou son ostéopathe ou son chiropraticien en nous jurant que c’est son approche qui règlera notre problème. Pourtant, ce sont trois disciplines différentes reconnues chacune pour leur efficacité. Nous avons rencontré trois spécialistes qui nous parlent de leur pratique.

Dre Chantal Doucet, chiropraticienne :

Approche
La chiropratique met de l’avant les pouvoirs de récupération et de guérison naturelle de l’individu, sans avoir recours à la médication ou à la chirurgie. Le principe de base est que la structure gouverne la fonction.

Examen d'évaluation
Dans un premier temps, après avoir rempli un questionnaire d’évaluation, on fait un examen global du patient : une évaluation posturale, un examen orthopédique : ce qu’on veut faire, c’est de reproduire la douleur du patient pour savoir s’il s’agit d’un problème osseux, d’un problème musculaire ou d’un problème neurologique Par la suite, on va faire l’examen neurologique proprement dit et on va faire l’examen chiropratique de palpation pour déterminer comment les vertèbres se déplacent en reproduisant une douleur. On va faire également l’investigation des tissus mous, le musculaire et le ligamentaire pour voir s’il y a de la chaleur, si c’est froid, si c’est enflé, s’il y a de l’inflammation. Après cet examen physique et à la prise, dans certains cas, de radiographies, on va établir un diagnostic puis un pronostic : la projection à long terme. Est-ce que le patient va pouvoir récupérer complètement de son problème? Est ce qu’il va rester avec des problèmes? Est-ce qu’il va rester avec des séquelles, des problèmes qui vont être récurrents ou épisodiques? Ou est-ce qu’il y a des dommages permanents, un caractère chronique à son problème? C’est ce qu’on veut établir à long terme.

Manipulation
A l'aide de manipulations, on cherche à redonner de la mobilité aux vertebres, éliminer la tension sur la racine nerveuse et étirer la musculature.

Marc Beaulieu, physiothérapeute:

Approche
La physiothérapie est une approche de rééducation articulaire, musculaire et neurologique. Donc, ces fonctions vont être activées par des méthodes et des exercices, tels que la thérapie manuelle, des agents physiques comme la chaleur, la glace, ou les ultrasons, un programme de rééducation par l’exercice.

Examen d'évaluation
Un patient qui présente une douleur chronique depuis plus de 6 mois doit comprendre, s’il a perdu la capacité fonctionnelle de son dos, pourquoi ces douleurs persistent. Donc, on ne va pas nécessairement s’arrêter sur la douleur, mais on va plutôt mettre l’accent sur la capacité de sa colonne vertébrale, c’est-à-dire, la mobilité et la force. Alors, si on réussit à redonner la mobilité, si on réussit à redonner la force aux muscles, la douleur va diminuer.

Manipulation
On va augmenter la capacité physique, on va augmenter la capacité à résister à la douleur. La séance de traitement doit durer 50 minutes. On choisit environ 8 exercices différents. À ceux-là, on peut ajouter des exercices cardiovasculaires et des exercices d’étirement que le patient pourra exécuter lui-même à la maison quelques fois par semaine. Cette méthode doit se faire 2 à 3 fois par semaine, pendant environ 8 semaines pour obtenir les résultats escomptés.

Judith Couture, ostéopathe:

Approche
En ostéopathie, le point de départ c’est que le corps est un tout qui sait quoi faire, comment s’auto-réguler, s’auto-guérir. Lorsqu’il n’y arrive pas, c’est qu’il y a un problème, que le corps a du mal à créer son équilibre. Donc, pour nous, le travaille consiste à chercher l’endroit ou se situe le problème et la cause.

Examen d'évaluation

Souvent le problème est lié à un ensemble de facteurs : C'est le stress, c’est la posture, c’est une vieille cicatrice, c’est une chute. On essaie de décortiquer tout cela et de voir d’où ça vient. On examine les différents tissus. On examine la posture, on examine la musculature, on examine l’alignement au niveau du squelette. On va déceler aussi les tensions plus fines au niveau musculaire, au niveau des aponévroses, des différents tissus, même au niveau viscéral, organique. Nos mains sont nos outils. Elles vont nous guider vers l’endroit où il faut travailler.

Manipulation
On développe un senti assez précis, assez raffiné, alors on va poser nos mains, et des fois ça ne semble pas bouger beaucoup. Mais on va sentir où ça tire, où il y a des tensions, où il y a des pressions et puis ça nous informe beaucoup. On va faire des manipulations plus directes, plus structurelles. C’est un dialogue avec les tissus, avec le corps.

Subtilité mince entre chacun, direz-vous, mais ce qu’on doit retenir, c’est qu’il n’y a pas UNE approche désignée pour UN problème en particulier. Les résultats vont souvent de pair avec la confiance que vous avez dans cette approche thérapeutique et aussi envers le professionnel avec qui vous faites affaire. Et vous aurez peut-être besoin d’essayer différentes techniques avant de trouver celle qui vous convient le mieux. Peut-être même que c’est une combinaison de plusieurs traitements qui va donner les meilleurs résultats. À vous de choisir, tout en vous assurant de faire affaire avec des personnes dont la compétence est reconnue.

Ressources :

Ordre des chiropraticiens du Québec
www.chiropratique.com

Ordre professionnel de la physiothérapie du Québec
www.oppq.qc.ca

Registre des ostéopathes du Québec
www.registre.org