Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

Histoire de cas

Un marché citoyen dans un désert alimentaire

Émission du 2 octobre 2014

Voir le segment

En 2013, une étude de la Direction de la santé publique de Montréal révélait que plus de 40 % de la population de Montréal n’a pas accès à des commerces de proximité pour acheter des fruits et légumes. C’est le cas du quartier La Petite-Bourgogne, dans le sud-ouest de la métropole. Pour contrer ce problème d’approvisionnement alimentaire, un groupe de citoyens a mis sur pied une initiative qui connaît un franc succès : un marché citoyen.

Toutes les deux semaines, douze mois par année, les bénévoles du marché citoyen s’activent pour préparer les étals de fruits et légumes qui seront mis en vente au plus bas prix possible. Objectif : encourager l’achat de légumes et de fruits frais par les résidents de ce quartier très défavorisé.

Le marché citoyen répond aux besoins d’une clientèle très variée, explique Monica Ponce, fondatrice du projet : des hommes seuls peu habitués à cuisiner, des familles immigrantes fraîchement arrivées au Québec peu familières avec les épiceries et les produits locaux, des jeunes qui n’ont pas eu la chance de recevoir un héritage culinaire…

À ses débuts, alors qu’il desservait un groupe de quelques dizaines de personnes, le marché citoyen s’approvisionnait au marché central. Victime de son succès, le marché dessert maintenant 160 personnes, ce qui a forcé les organisateurs à revoir leur système d’approvisionnement. Solution retenue : s’associer avec un marché d’un quartier voisin pour regrouper leurs achats et atteindre un volume qui leur permet d’avoir non seulement un système de livraison sur place, mais également de meilleurs prix et une plus grande variété de produits. Ces bas prix sont directement transmis au consommateur, puisque les produits sont vendus au prix coûtant et que le service repose sur des bénévoles.

À la fin de la journée, les légumes invendus ne sont pas perdus. Ils sont recyclés pour approvisionner un café citoyen qui vend des repas trois journées par semaine et dont les profits permettent de financer les opérations du marché.

Mise en place en 2009, l’opération s’avère un franc succès, témoigne Monica Ponce, : « Toutes les années, on double notre volume. Alors on pense qu’on répond à un besoin. »

En plus de contribuer à améliorer la santé de la population locale, les activités du marché citoyen permettent également aux citoyens de s’investir dans la communauté. Les jeunes qui s’y impliquent comme bénévoles y acquièrent également des connaissances et de l’expérience qui leur sera utile pour s’insérer sur le marché du travail. Les organisateurs du marché ont même établi un partenariat avec la Commission scolaire de Montréal pour que la formation et l’expérience acquise soient reconnues par un certificat de compétences, émis après 100 heures d’engagement dans certaines tâches du marché et du café. « Pour plusieurs personnes, c’est le premier diplôme qu’elles obtiennent, souligne Monica Ponce. Ça aide beaucoup pour l’estime de soi et ça sert de levier pour autre chose. »

Le mot de nos animateurs

Au cours de ses cinq premières années d’existence, le marché citoyen de La Petite-Bourgogne a reçu une subvention annuelle de 40 000 $ de la part de la Direction de la Santé publique de Montréal. Maintenant que l’entreprise est bien établie, la subvention a été coupée. Résultat : ce sont actuellement des bénévoles qui tiennent l’entreprise à bout de bras. L’organisation cherche maintenant d’autres sources de financement pour poursuivre sa mission.