Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

La question du public

Les substituts de repas : pour qui et pour quoi?

Émission du 23 octobre 2014

Voir le segment

Les substituts de repas sont de plus en plus populaires chez les consommateurs. Certains les utilisent pour perdre du poids, d’autres parce qu’ils n’ont pas le temps de manger. Mais quelle est la valeur réelle de ces préparations alimentaires? C’est ce que notre équipe a tenté de savoir cette semaine.

Nutritionniste et blogueur pour l’organisme Extenso de l’Université de Montréal, Bernard Lavallée explique l’engouement des consommateurs pour les substituts de repas par le fait que ces produits sont de plus en plus présents dans l’espace public : «On voit vraiment ces produits partout : dans les pharmacies, dans les publicités, dans les machines distributrices… Il y a une normalisation de l’utilisation de ces produits dans le grand public. Les gens les voient comme des substituts de repas, puisque c’est de cette façon qu’ils sont vendus.»

Les consommateurs devraient toutefois se méfier, car «trois bouteilles par jour, ce n’est vraiment pas suffisant», précise Bernard Lavallée. Ces produits n’ont d’ailleurs pas été conçus pour être utilisés par le grand public, mais pour servir les besoins de deux types de clientèle : les gens qui ne sont pas capables de combler leurs besoins nutritionnels et les gens qui veulent perdre du poids.

Pour les personnes malades

Plusieurs catégories de personnes malades peuvent tirer avantage des substituts de repas, explique Bernard Lavallée. C’est notamment le cas des personnes qui prennent certains types de médication, des personnes âgées ou des patients qui viennent d’avoir une chirurgie, par exemple. Lorsque la faim n’est pas au rendez-vous et qu’on a besoin d’augmenter nos apports énergétiques, les substituts de repas peuvent fournir des calories supplémentaires.

Un avis partagé par Paule Bernier, présidente de l’Ordre professionnel des diététistes du Québec. Les personnes malades ont souvent des besoins énergétiques beaucoup plus élevés, et les substituts de repas peuvent s’avérer des alliés fort utiles, car ils sont très denses en énergie et en protéines.

C’est la raison pour laquelle ces produits sont très utilisés dans les hôpitaux.

Pour perdre du poids?

Les substituts de repas sont aussi souvent utilisés par les gens qui souhaitent perdre du poids. Qu’en pensent les spécialistes?

Pour Paule Bernier, la réponse est claire : pour quelqu’un qui est en bonne santé, qui n’a pas de difficulté à cuisiner ou à faire des achats, qui n’a pas de perte de poids et chez qui les apports alimentaires sont adéquats, il n’y a pas d’utilité [de recourir à ces produits].

Oui, on peut perdre du poids si on consomme des substituts de repas, explique Bernard Lavallée, même s’il ne s’agit pas de la meilleure voie à suivre pour y parvenir. Car si on ne mangeait que ça, trois substituts de repas par jour, notre apport énergétique serait nettement inférieur par rapport à ce qu’on mange habituellement. «Oui, on peut perdre du poids et les études le démontrent. Quand on consomme ces produits-là sur une période d’un an, on est capable de perdre du poids et de maintenir cette perte de poids. Cela étant dit, quand on continue les études et qu’on regarde plus loin qu’un an, il n’y a aucune preuve que l’utilisation de ces produits va permettre de maintenir la perte de poids à long terme.»

Et pour les gens pressés, est-ce que ça peut remplacer un repas complet? Oui, reconnaît Bernard Lavallée, car ces produits fournissent une certaine quantité de nutriments, vitamines et minéraux, mais il faudrait que ce soit exceptionnel, lorsque les gens sont vraiment pressés. «Je vous dirais toutefois que si on n’a vraiment pas le temps de manger, il y aurait lieu de se pencher sur ses habitudes de vie, précise-t-il. Car c’est important de prendre le temps de s’asseoir et de manger un repas. Alors je crois que si on est obligés de dépendre de ce type de produits, il faut faire une réflexion sur nos habitudes de vie…».