Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

Le carnet des animateurs

Faut-il revoir les lignes directrices sur la consommation de sel?

Émission du 20 novembre 2014

Voir le segment

Quand il est question de santé, plusieurs aliments sont pointés du doigt : le sucre, le gras, le sel… Dans le cas du sel, on le tient notamment responsable des problèmes d’hypertension. Mais il ne faudrait pas oublier qu’à la base, le sel est indispensable au bon fonctionnement du corps humain.

En fait, le sel est essentiel à la vie : il maintient la quantité d’eau contenue dans l’organisme, il contribue à la conduction de l’influx nerveux dans les cellules cardiaques et dans les nerfs. Ce n’est d’ailleurs pas d’hier que le sel est considéré comme un aliment central de notre alimentation.

Pourtant, Santé Canada nous rappelle depuis des décennies que les Canadiens consomment beaucoup trop de sel. Mais qu’en est-il réellement?

Actuellement, les Canadiens consomment en moyenne 3,5 grammes de sel par jour, alors que la recommandation de Santé Canada est plutôt de 2,3 grammes de sel (soit une cuillerée à thé). Des experts viennent toutefois de remettre en question cette recommandation.

Cette remise en question provient d’une étude publiée dans le New England Journal of Medicine, réalisée sur 100 000 personnes dans 17 pays différents. Les conclusions de cette étude démontrent que l’association entre le taux de mortalité par maladie cardio-vasculaire et la consommation de sel suit une courbe en forme de « U » et qu’elle est à son plus bas avec une consommation équivalente à la consommation moyenne en Amérique, soit 3,5 grammes de sodium.

Selon cette étude, le taux de mortalité augmente chez les gens qui consomment beaucoup moins de sel que cette recommandation ainsi que chez les gens qui en consomment beaucoup plus.

Est-ce à dire qu’on n’a pas à s’inquiéter si on consomme 3,5 grammes de sel par jour? Difficile à dire pour l’instant. C’est probablement moins dramatique qu’on nous le laisse croire, mais ce n’est tout de même n’est pas demain la veille que Santé Canada et la Food and Drugs Administration américaine vont changer leurs recommandations…