Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

La question du public

La chirurgie au laser pour les yeux : est-ce efficace? Quels sont les risques?

Émission du 7 décembre 2006

«Je pense me faire opérer au laser pour corriger ma myopie, mais je me demande si je devrais avoir confiance parce qu’il paraît que ce n’est pas toujours fiable et c’est quand même assez cher. Alors, qu’est-ce que je devrais faire?»

Pour répondre à cette question, nous sommes allés visiter une clinique de chirurgie au laser pour les yeux. Nous y avons rencontré deux spécialistes, le Dr Christian Ferremi, ophtalmologiste et Nadia Marie Quesnel, optométriste.

Docteur, qu’est-ce qu’une chirurgie au laser?

Le terme véritable est chirurgie réfractive : qui vise à ne plus avoir besoin de lunettes. Un œil qui a besoin de lunettes est un œil qui est trop ou pas assez courbé. À l’aide d’un rayon laser, on sculpte la surface de l’œil pour en modifier la courbe.

Pour quel type de myopie est-ce le plus indiqué?

En fait, c’est pour les gens qui veulent se débarrasser de leurs lunettes ou de leurs verres de contact. Ça fonctionne dans 99 % des cas. Les nouvelles générations de lasers que l’on utilise aujourd’hui traitent les cornées de façon asphérique, c’est-à-dire qu’ils altèrent la cornée de façon progressive, en périphérie. Cela évite les effets de halos et les troubles de distorsions visuelles qui peuvent apparaître surtout le soir lors de la conduite automobile.

Quels sont les problèmes de vision que le laser peut corriger?

Il existe trois problèmes de vision qui peuvent être corrigés par une intervention au laser : la myopie, l’hypermétropie et l’astigmatisme. Plusieurs patients peuvent présenter une combinaison de ces problèmes. Le laser les corrigera.

A quelle acuité visuelle peut on s’attendre quand on a une chirurgie au laser?

C’est variable.  On  espère que le patient va avoir l’habileté d’un 20 sur 20, c’est à dire qu’il voit a 20 pied ce qu’une personne voit a 20 pieds. La majorité des patients l’ont. Certains auront 20 sur 25, donc ils voient a 25 mètres ce qu'une personne normale voit a 20 mètres, mais ils sont très fonctionnels. On est pas obligé d’avoir une acuité visuelle de 20 sur 20 pour être fonctionnel.Pour conduire au Québec ça prend 20 sur 50 - pouvoir voir sur 20 pieds ce qu'on peut voir sur 50 pieds.

À partir de quel âge peut-on se faire opérer et jusqu’à quel âge?

On préfère respecter l’âge légal de 18 ans pour que le patient puisse donner un consentement éclairé. Passé 50 ans, on préfère ne pas opérer car, habituellement, c’est à partir de cet âge que les gens ont des cataractes.

Comment ça se passe quand un client arrive à la clinique?

On lui remet un questionnaire sur ses motivations face à ce type de chirurgie; on évalue ses antécédents aux niveaux visuel et médical, tout ce qui concerne la santé de ses yeux. Ensuite, il est pris en charge par un optométriste. On fait un premier test pour se donner une idée de la prescription et on analyse aussi le degré de précision des verres. On fait aussi des tests spécifiques - ce qu'on appelle une topographie - pour voir si le patient est un bon candidat afin de mesurer la courbure de sa cornée.

On fait aussi un test qui sert à mesurer les aberrations de l’œil. Les yeux ne sont pas aussi parfaits qu’une optique de caméra. Les composantes à l’intérieur de l’œil ne sont pas tous bien alignées. On mesure ces aberrations qui peuvent être corrigées par le laser. Après ça, on procède à un examen de la vue conventionnel. Et finalement, le patient est vu par l’ophtalmologiste qui regarde l’ensemble du dossier, qui l’examine et qui discute avec le patient pour déterminer de façon définitive si ce dernier est un bon candidat à une chirurgie oculaire au laser.

Quels sont les risques de la chirurgie au laser?

Toute chirurgie comporte des risques. Cependant, le risque en chirurgie oculaire au laser est rare. Il y a trois degrés de risques. Il y a des risques de complications qu’on appelle légers : avoir les yeux secs, avoir des petits halos. Il y a des complications modérées, c’est-à-dire avoir une légère perte de vision causée par le laser et, évidemment, il y a les complications plus graves, mais que l’on ne voit pour ainsi dire jamais - même pas dans la vie d'un chirurgien, c'est-à-dire perdre un œil ou que la vision soit diminuée de façon importante.

Il existe deux techniques au laser disponibles dans les cliniques du Québec. Pourriez-vous nous dire leurs avantages et inconvénients?

Les deux techniques sont le PRK et le Lasik.
Le PRK consiste à appliquer le laser directement sur la surface de l’œil sans créer de «volet cornéen» au préalable. Avec la technique Lasik, on crée un volet cornéen et on applique le laser en dessous. En créant un volet cornéen, on évite de toucher à la surface, ce qui fait que la récupération visuelle est beaucoup plus grande. L’inconvénient, c’est qu'on fragilise un peu l’œil, le volet cornéen pourrait venir à se déplacer lors d’un coup - même des années après l’intervention. Mais c’est rare.

Présentement au Québec, 90 % des gens sont opérés au Lasik. On reprend rapidement ses activités à la suite de la chirurgie et on acquiert une vision satisfaisante en deux ou trois jours, tandis qu’une chirurgie au PRK implique un rétablissement de la vision en deux ou trois semaines.

Est-ce qu’il y a une contre-indication absolue à la chirurgie au laser?

Oui – un œil qui n’est pas absolument normal. Tout patient qui aurait une maladie de l’œil - que ce soit une cataracte, une malformation de la cornée ou une malformation oculaire quelconque - ne devrait pas avoir recours au laser. La cornée doit être absolument normale.

Est-ce que les résultats d’une chirurgie au laser vont durer toute la vie?

Oui, c’est une technique dont les résultats persistent la vie durant. Mais à condition qu’il n’y ait pas une croissance naturelle de la myopie ou de l’hypermétropie.

Est-ce que l’on peut subir une deuxième opération au laser si notre vue se détériore au fil des ans, par exemple?

Oui. Par exemple, pour le cas d’un jeune de 21 ans qui se fait opérer pour des motifs professionnels, par exemple, pour pouvoir devenir policier. On sait que la myopie peut encore progresser, alors on peut intervenir à nouveau quelques années plus tard. Par contre, il faut que le candidat ait une cornée suffisamment épaisse pour le permettre, mais on peut habituellement le déterminer avant la première intervention.

Le coût de la chirurgie au Lasik est d'environ $1,700 par œil. Sachez que si vous êtes presbyte en plus d'être myope, comme bien des gens de plus de 40 ans, vous devrez quand même porter des lunettes.  

Ressources :
Iris Clinique d’ophtalmologie
3030, boulevard Carrefour
Laval, Québec
(450) 688-6574

Association des médecins ophtalmologistes du Québec
www.amoq.org