Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

Dossier de la semaine

Perdre du poids

Émission du 14 décembre 2006

Un jour ou l’autre, on se décide, on perd du poids, on maintient notre nouveau tour de taille pendant quelques semaines, quelques mois. Mais un jour, ça nous est tous arrivé, on se rend compte qu’on perd du terrain. On ajuste d’un cran la ceinture, nos jupes redeviennent serrées… Décourageant! Et pas étonnant, car la majorité des gens qui perdent du poids le reprennent et même qu’ils en reprennent encore plus que ce qu’ils avaient perdu : On parle de 85 % d’échecs! Et ce, qu’on ait perdu 5 ou 50 kg.

Ça serait trop facile de penser qu’on manque tout simplement de volonté. Nous avons donc voulu comprendre pourquoi il est si difficile de perdre du poids et si facile d’en prendre. Mais surtout, comprendre comment faire pour maintenir une perte de poids est souvent le produit de beaucoup de volonté et d’efforts. Nous avons rencontré une grande gagnante dans la perte du poids, Louise Dumontier, qui a bien voulu partager avec nous son expérience.


Notre témoin : Louise Dumontier

Louise Dumontier a perdu beaucoup, beaucoup de poids. Et elle maintient son poids depuis maintenant 10 ans. «J’ai été obèse une grande partie de ma vie – de 6 ans à 30 ans. À 6 ans je pesais déjà 125 livres; à 12 ans, 240 et à 28 ans, je pesais 400 livres. Au cours de ma vie, j’ai du faire 20, 30 régimes et toujours je reprenais le poids perdu et même parfois plus. Mais à 400 livres, j’en avais vraiment assez. J’ai décidé de me prendre en main en changeant mes habitudes, mon mode de vie et, cette fois, de façon définitive. Ça m’a pris six ans. J’ai commencé progressivement, avec des changements graduels à mon alimentation. J’ai commencé à faire de la marche. Pas évident : à 400 livres, j’avais de la difficulté à mettre un pied devant l’autre. Je me souviens d’une étape importante dans cette démarche – m’acheter un maillot, le premier en 20 ans! J’avais décidé de faire de la natation - La première fois, à la piscine, je longeais les murs tellement j’étais gênée. J’avais juste hâte d’avoir de l’eau jusqu’au cou.»

Perdre du poids – pas facile. Le reprendre? Tellement facile – mais pourquoi?

Nous avons consulté trois experts pour essayer de mieux comprendre : Guylaine Guèvremont, nutritionniste et co- auteur avec Marie-Claude Lortie du livre Mangez!; Paul Boisvert, Ph. D., coordonnateur des activités éducatives à la Chaire de recherche sur l’obésité de l’Université Laval; Dre Lysanne Goyer, chercheure associée, psychologue de la santé à l’Institut de recherches cliniques de Montréal (IRCM). Dre Goyer est membre de l'équipe du projet EDUcoeur de l'IRCM qui vise à aider les gens à changer leurs habitudes de vie à long terme et ainsi diminuer leur facteur de risque de maladie cardiovasculaire.

Il existe un consensus chez les spécialistes concernant ce qu’il faut faire pour perdre du poids et maintenir son poids : dépenser plus de calories qu’on en absorbe. La cause première de l’obésité est «une inadéquation entre l’absorption d’énergie et la dépense d’énergie». Donc, en principe il suffirait de manger moins et de bouger plus pour maigrir et conserver son nouveau tour de taille. Mais ce n’est malheureusement pas aussi simple que cela.

Selon Paul Boisvert, chercheur en obésité, l’erreur est de miser sur une stratégie à court terme : «Quand les gens perdent du poids, ils suivent un régime qui n’a rien à voir avec leurs habitudes alimentaires. Et souvent ces régimes sont très restrictifs et ne leur permettent pas d’acquérir de nouvelles habitudes alimentaires - qui pourraient corriger les mauvaises qu’ils avaient avant».

Le fait d’être trop restrictif et irréaliste joue aussi un rôle dans la reprise de poids, selon Lysanne Goyer. Se fixer un cadre trop rigide, sans flexibilité, sans possibilité de déroger conduit à une pression qui ne peut que finir par nous faire craquer. Et souvent, c’est la déception par rapport à l’idéal qu’on s’était fixé, qui entraîne la rechute.

Mais comment s’y retrouver parmi les tendances à la mode, la panoplie des méthodes qui nous sont proposées? Les approches se multiplient, se contredisent souvent et nous font toutes la même promesse : qu’on va arriver à nos fins. Compter les calories ou pas? Se peser ou pas? Tout dépend. Finalement, il est plutôt question d’envisager une stratégie qui fonctionne pour nous – graduelle et qui permet une flexibilité pour qu’elle puisse devenir un mode de vie. On ne le dira jamais assez : le succès dans le maintien du poids dépend d’un engagement à long terme.

C’est ce qu’a fait Louise Dumontier : «J’ai décidé de me prendre en main et ça a commencé graduellement en me disant «je fais attention» à ce que je mange, j’ai coupé certaines choses; j’ai entrepris une diète restrictive normale qui pouvait ressembler au guide alimentaire. C’est sûr qu’il faut se réapproprier ces signaux, à savoir «Est-ce que j’ai vraiment faim?», «Est-ce que j’ai assez mangé?», «Est-ce que je suis pleine?», car on ne comprend plus ces signaux-là du tout. Je faisais un bilan pour comprendre comment s’était passé ma journée. Si une journée allait moins bien, je me disais : «Bon bien, ça n'a pas bien été, demain ça ira mieux, c’est tout, ça arrive. Et j’ai tenu le coup comme ça. Ne me demandez pas combien je pèse parce que je ne le sais pas. J’ai vraiment abdiqué devant la balance parce c’était devenu une obsession. Je ne pense pas qu’il y ait vraiment de recette. C’est un long cheminement qui m’a permis d’en arriver où j’en suis aujourd’hui, et sans que ça soit douloureux, sans que ça soit une bataille de tous les instants. En plus de perdre du poids j’ai retrouvé un grand plaisir – celui de manger! Car aujourd’hui, une de mes joies c’est de quitter la table – rassasiée, mais pas bourrée!»

Les clés du succès dans le maintien du poids

La démarche de Louise Dumontier contient des principes gages de succès, confirmés par nos experts. Il n’y a pas de recette miracle. Mangez, nous conseille la nutritioniste Guylaine Guèvremont. Elle y voit là l’essentiel : faire confiance à l’intelligence de votre estomac.

Mangez bien, à votre faim, en prenant votre temps pour bien ressentir l’état de votre appétit. Ayez du plaisir, essayez de nouvelles choses. Trouvez une activité qui vous plaît, faites-la régulièrement. Si la pesée quotidienne vous aide à vite réajuster votre alimentation après un léger gain de poids, c’est favorable, du moment que ça ne devient pas une obsession. Même chose pour les calories – un outil de mesure, le temps de se familiariser avec nos propres signaux de faim et de satiété.

Et à tous ceux qui cherchent encore la solution miracle pour être mince et beau ou belle, oubliez les crèmes, les diètes et autres solutions toutes faites. Si on ne veut pas regagner le poids perdu, il faut changer ses habitudes et ses attitudes – pour toujours!

Ressources :

Programme EduCoeur:  
La clinique de l’Institut de recherches cliniques de Montréal vous propose un bilan de santé cardiovasculaire gratuit. Cet examen pourrait vous permettre de participer à une étude non-rémunérée portant sur la diminution des risques de maladies cardiaques. Cette offre s’adresse aux personnes âgées de 35 à 70 ans qui n’ont jamais eu de maladies cardiovasculaires mais qui présentent certaines des caractéristiques suivantes :  • Tabagisme• Taux de cholestérol élevé• Hypertension• Diabète• Histoire familiale de maladie cardiaque•Obésité

Pour plus d’informations, veuillez composer le 514-987-5650


Publications:

Mangez! Guylaine Guèvremont et Marie-Claude Lortie, Éditions La Presse

Sites web:

Groupe d'action sur le poids Équilibre
 (514) 270-3779
www.equilibre.ca

Programme d’intervention sur le poids et l’image corporelle auprès des jeunes en milieu scolaire.
www.biendanssapeau.ca
Chaire de recherche Merck Frosst/IRSC sur l'obésité de l'Université Laval
http://obesite.chaire.ulaval.ca/menu_f.html