Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

La question du public

Quelles maladies peuvent nous transmettre nos animaux de compagnie?

Émission du 14 décembre 2006

On adore nos animaux domestiques! Selon un récent sondage, presque la moitié des foyers québécois possèdent au moins un chat ou un chien. Mais c’est le chat qui remporte la faveur des québécois – dans un tiers des foyers où on retrouve un enfant, on y trouvera… un chat.

(source : www.veterinet.net)

«Je suis enceinte. On me dit de ne pas changer la litière de mon chat parce que je pourrai mettre la vie de mon bébé en danger. Pourquoi?»
Pour répondre à cette question de notre téléspectatrice, nous avons fait appel à un expert, Dr Alain Villeneuve, vétérinaire et professeur de parasitologie, Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal, Saint-Hyacinthe.
Nombreuses sont les femmes enceintes qui évitent la litière de chat, par crainte d’être infectées par une maladie parasitaire, la toxoplasmose. Pourtant, le risque est nettement exagéré. Contrairement aux idées reçues, la toxoplasmose ne s’attrape pas beaucoup par les chats, mais beaucoup plus par les légumes mal lavés (contaminés par des selles de chats eux-mêmes contaminés) et la viande qui n’est pas assez cuite.

Ce sont surtout les jeunes chats de moins de 6 mois et les chats qui sont à l’extérieur qui vont s’infecter en mangeant des souris. Le parasite sera alors présent dans le système du chaton pendant un maximum de 3 semaines. Il ne l’attrapera qu’une seule fois dans sa vie, et sera immunisé pour le reste de ses jours. Un chat qui ne va jamais dehors n’en attrapera jamais. Un chat de maison, qui ne mange jamais d’aliments crus, qui mange des aliments commerciaux ou même de la nourriture de table, n’en attrapera jamais. En cas d’infection, une personne en santé aura au pire une fièvre qui va ressembler à un début de grippe et qui va durer de 3 à 4 jours. Après, le parasite se loge dans nos tissus et y reste. Pour la très grande majorité des gens, il n’y aura pas de problème. Nous avons tous des parasites dans notre organisme, cela est un phénomène naturel.

Que peut-on attraper d’autre de nos animaux domestiques?

Nos animaux domestiques peuvent être infectés par deux sortes de parasites: ceux dans la fourrure et les parasites internes.

Dans la fourrure, on retrouve des puces et des agents de gales qui peuvent causer des dermatites chez l’humain. Parmi les parasites internes, on retrouve la giardia, le cryptosporidium, qui sont les plus communs, mais aussi  le toxoplasma, le toxocara et le vers à crochet. Plus présents chez les jeunes animaux de moins d’un an, on retrouve des parasites internes chez 1 chat sur 6 et 1 chien sur 4.

Les deux parasites internes les plus communs et transmissibles à l’homme sont le cryptosporidium et la giardia. C’est surtout le chien qui est porteur de la giardia, soit plus de 30 % des chiens et 3 % des chats. La giardia se transmet surtout par contact avec la matière fécale de l’animal – c’est fréquent chez les enfants car la giardia peut aussi être attrapée lorsqu’ils jouent dans les carrés de sable et dans les barboteuses. La contamination peut entraîner des diarrhées chroniques qui sont soignées par antibiotiques.

Le cryptosporidium se retrouve surtout chez les chiens - on en retrouve chez 12 % des chiots de moins de 3 mois. L’animal s’en débarrasse par lui-même. Il peut causer chez l’humain une diarrhée assez grave et de la fièvre qui durera de 3 à 5 jours – mais le tout se guérit par lui-même.

Le toxocara est un parasite transmissible à l’homme. Heureusement, car les conséquences peuvent être graves. Le toxocara peut se promener dans notre organisme pendant 2 ans, sans causer de problèmes, sauf s’il réussit à s’infiltrer dans l’œil où il s’attaque aux cellules de la rétine et peut causer la cécité, notamment chez les jeunes enfants. Il n’y a pas de symptômes de la présence de ce parasite et aucun moyen de le détecter avant qu’il n’atteigne l’œil et l’endommage.

Bien que les spécialistes précisent que les cas de transmission par parasites vers les humains sont rares, certains sont plus à risque : les gens avec un système immunitaire faible et les jeunes enfants. Les tout-petits ont un contact fréquent et intime avec les animaux. Ils peuvent ramasser des matières fécales sur leurs mains, les porter à leur bouche et se contaminer très facilement. Pour tous, la contamination est surtout une question d’hygiène - les parasites se transmettent principalement par contact avec les matières fécales de l’animal.

Est-ce que le fait de se faire lécher par un animal est dangereux pour notre santé?

Avec un animal connu, le risque est minime. Dans le cas d’un animal extérieur, inconnu, il y a un certain risque. 

Est-ce que le dépistage de ces parasites est fait systématiquement chez le vétérinaire?

Non. Mais c’est fortement suggéré. Les dépistages ne sont pas systématiques, mais les infections aux parasites sont tellement fréquentes qu’on devrait toujours faire les tests de dépistage. Faire une analyse de matières fécales notamment, chez les tout jeunes chiens, lors de la 1re visite chez le vétérinaire est conseillée. On suggère aussi d’administrer un traitement vermifuge les 6 premiers mois de la vie pour protéger contre les parasites dans la fourrure – les puces notamment - et la majorité des parasites gastro-intestinaux.

Pour éviter l’infection, est-ce mieux d’adopter un animal adulte?
On sait que les parasites sont moins nombreux chez l’animal adulte. Pour les personnes au système immunitaire fragile, il est sûr qu’adopter un animal adulte comporte moins de dangers de contamination.

Les autres animaux de compagnie, comme les oiseaux ou les reptiles, peuvent aussi transmettre des maladies à leurs maîtres. Par exemple, les oiseaux peuvent être porteurs d’une bactérie qui peut entraîner la pneumonie. Les reptiles peuvent être porteurs de la salmonelle. Si vous prenez des précautions, comme un lavage des mains à chaque fois que vous manipulez l’animal ou sa cage, vous devriez éviter le pire. Il est déconseillé d’avoir des reptiles, comme des petites tortues, dans une maison où il y a de jeunes enfants, qui portent souvent leurs mains à la bouche et sont donc facilement infectés.

Ressources :
«Les zoonoses parasitaires»
Auteur : Alain Villeneuve, Les Presses de l’Université de Montréal

Site québécois d’information destinée aux propriétaires d’animaux de compagnie
www.veterinet.net