Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

Dossier de la semaine

Grouille avant que ça rouille!

Émission du 8 février 2007

C’est au Québec que le vieillissement  de la population a un des taux d’augmentation les plus rapides du monde : les personnes âgées représentent ici 13 % de la population. Parmi les aînés, la population âgée de 80 ans et plus a augmenté de 42 % entre 1991 et 2001. On compte actuellement 220 000 citoyens âgés de 80 ans et plus, nombre qui sera multiplié par près de trois en 2031, selon les prévisions de l’Institut de statistique du Québec.

On a tendance à devenir plus sédentaires en vieillissant!
Ce qui est normal puisque les problèmes de santé nous rendent la vie moins facile. On a moins le goût, on a froid l’hiver, en fait, toutes les raisons sont bonnes! Pourtant, c’est justement à ce moment qu’on a tout intérêt à continuer à être actif. Nos amis anglophones ont ce proverbe qui dit: «Use it or lose it» qu’on pourrait traduire par «Grouille avant que ça rouille!» Et ce n’est pas seulement sur le corps que l’exercice agit, mais sur le cerveau aussi!

Nos témoins : Narcisse et Rita Lepage

Mariés depuis 60 ans, Narcisse et Rita Lepage ont aujourd’hui 89 ans et 85 ans. Leur vitalité ferait l’envie de bien des jeunes! 

Rita Lepage : On a toujours été des sportifs. J’ai marié un sportif, alors on en faisait tous les deux. C’est plus facile de faire du sport à deux. Quand j’étais jeune, on en faisait 3-4 jours par semaine. La neige, la pluie, ça ne nous dérangeait pas, mais là, en vieillissant, on en fait un petit peu moins; on fait du conditionnement physique et on fait d’autres choses. L’exercice, c’est comme une drogue, ça t’en prend. Si tu en as toujours fait… faut que tu en fasses.

Narcisse Lepage : Les soirs où je me sens moche, je vais à la piscine, je nage 40, 50 longueurs de piscine et quand je reviens de là, je ne suis plus le même homme. C’est ce système qui a besoin de marcher. C’est l’amour, l’amour du sport! On va avoir 60 ans de mariage et je la prends encore dans mes bras souvent. Je rencontre des gens encore aujourd’hui qui disent « Ah!, ça fait longtemps nous autres que c’est fini». Je trouve ça terriblement drôle, parce que j’ai encore le goût de me coucher, de prendre ma femme encore dans mes bras, le soir, avant de me coucher, de se prendre dans les bras l’un de l’autre, de rester là. C’est ça la vie, tu ne peux pas rester assis et rester vivant. Si tu restes assis, c’est bien de valeur…

Narcisse et Rita adaptent leurs activités à leurs capacités. Ils ont une pratique régulière de quelques activités qui leur apportent non seulement les bienfaits physiques mais qui allient aussi le plaisir social, dans leur club de marche par exemple.

Mais tous ne sont pas des sportifs nés. Et c’est le cas de notre témoin Mme Pauline David qui elle, a décidé un jour de prendre sa santé en main. C’est une véritable métamorphose qui s’est opérée chez-elle, et ce, grâce en bonne partie à l’exercice.

Pauline David

«Avant de commencer les exercices, j’avais assez de problèmes de santé! J’ai fait du diabète, eu un haut taux de cholestérol, de la haute pression. J’étais déprimée et je n’arrivais pas à m’aimer. Je voyais la mort! J’étais rendue à ma pension, c’était le temps de s’amuser, et là, je ne m’amusais plus, j’étais en train de mourir. C’est là que je me suis dit que je ne me laisserais pas faire. J’ai décidé par moi-même de faire de la culture physique et de maigrir. J’ai perdu 100 livres. Ça fait 5 ans. Fière? J’en parle à tout le monde! Je me sens comme Wonder Woman…Je ne prends plus de pilules contre le diabète, je ne prends plus d’insuline, je ne prends plus de pilules pour la haute pression, ni pour le cholestérol! J’ai continué ma culture physique, j’ai commencé à m’intéresser à vivre et j’ai décidé… que je serais la première femme éternelle!»

Un esprit sain …

Les muscles qu’on ne sollicite pas deviennent moins fonctionnels avec le temps. Et c’est la même chose avec le cerveau. Car, jusqu’à tout récemment, on croyait que les cellules qui meurent avec le vieillissement du cerveau n’étaient pas remplacées. On sait aujourd’hui que de nouvelles cellules naissent constamment, mais qu’elles mourront au bout de 2 semaines si on ne les stimule pas.

Louis Bherer est professeur en psychologie à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et chercheur en neuropsychologie à l’Institut de gériatrie de Montréal. Il déplore que, pour la plupart des personnes âgées, le déclin semble inévitable.
«Ce n’est pas nécessairement un déclin qu’ils vont connaître en vieillissant. Au contraire, souvent la personne qui franchit 65, 70 ans, est plus libre, elle a moins besoin de s’occuper de ses enfants, elle a du temps libre. Et l’idée, c’est peut-être de maximiser ce temps-là en faisant des activités stimulantes pour maintenir une bonne santé physique et intellectuelle. Ce que les études suggèrent, c’est que les personnes qui se gardent en bonne forme physique vont mieux s’adapter à des nouvelles situations complexes parce qu’elles contrôlent mieux leur niveau d’attention, leur niveau de ressources mentales. Un bon exemple : Utiliser un guichet automatique. Vous avez des informations en tête à retenir, votre NIP, vous arrivez devant l’écran, vous devez entrer votre NIP, ensuite on vous offre des transactions que vous devez sélectionner. Donc, vous avez une activité mentale à faire en même temps qu’exécuter des tâches psychomotrices. Ce que les études suggèrent en général, c’est que les personnes qui sont en forme physiquement vont s’adapter à des nouvelles tâches complexes, des nouvelles tâches abstraites, plus facilement que des personnes plus sédentaires.»

…dans un corps sain!

Ça bouscule quand même certaines idées reçues de dire qu’il faut faire de l’exercice même quand on a des problèmes de santé. Encore aujourd’hui, beaucoup de gens sont sous l’impression qu’il vaut mieux éviter les exercices si on ne veut pas aggraver ses problèmes ou la douleur. Pourtant, on sait qu’il ne faut surtout pas s’immobiliser. 

Pour Laurent Bosquet, professeur en kinésiologie à l'Université de Montréal, le principal bienfait de l’exercice est de contrecarrer les effets du vieillissement. Car l’exercice permet de diminuer un certain nombre de facteurs de risques, que ce soit pour la mortalité, augmenter la longévité, la durée de vie. «Si l'on ne fait rien, dit-il, les fonctions vont décliner petit à petit, mais grâce à l'exercice physique on va pouvoir contrecarrer cette diminution et faire que ces fonctions vont pouvoir être maintenues à un niveau peut-être très acceptable et parfois même, au même niveau que des individus beaucoup plus jeunes.» 

Et améliorer la qualité de la vie. Parce que c'est une chose de vivre plus vieux, mais encore faut-il vieillir dans de bonnes conditions. «Une personne en forme, même à un âge avancé, pourra profiter de tous les petits plaisirs au quotidien, de ses petits-enfants et sera beaucoup plus autonome. La force à cet égard joue un rôle très important. Un individu qui manque de force sera plus enclin à chuter, par exemple. L'exercice physique régulier peut permettre de contrecarrer cela. »

Un mot d’ordre : le plaisir. Pour Laurent Bosquet, il est impératif que les personnes âgées fassent de l'activité physique pas seulement sur une période de deux mois, trois mois pendant lesquelles elles sont encadrés. Il faut donc les motiver et leur donner les outils qui leur permettent de continuer cette pratique jusqu'au bout.

Avec autant de bienfaits, pourquoi s’en priver? Pour se mettre à l’exercice - l’important c’est de choisir une activité qui nous plaît – les activités en groupe sont stimulantes parce qu’on s’encourage et vont faire qu’on y adhère à plus long terme. Parmi les précautions – il faut regarder les facteurs de risques pour guider ses choix et y aller selon ses propres capacités.

Comme le disait Abraham Lincoln «Ce qui compte, ce n’est pas les années de sa vie, mais la vie dans ses années».

L'Institut universitaire de gériatrie de Montréal a développé une expertise dans les soins et les services de santé pour les personnes âgées. Ils rendent disponibles sur leur site Web des documents d’information sur différents sujets d’intérêt tels que :

•      Comment améliorer votre mémoire
•      Comment rester vif et alerte
•      Comment demeurer autonome et rester longtemps chez-soi
•      Comment faire le plein d'énergie
Ressources :

Institut universitaire de gériatrie de Montréal
www.iugm.qc.ca

Le site Web sur la marche au Québec : on y trouve un répertoire des clubs de marche
www.marcher.org

Société canadienne de l’arthrite
www.arthrite.ca