Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

La question du public

Alzheimer

Émission du 8 mars 2007

L’Alzheimer, en chiffres

Il y a 100 ans cette année que Alois Alzheimer a identifié les deux mécanismes responsables de la maladie, qui porte son nom.
290 000 Canadiens de plus de 65 ans souffrent de la maladie d’Alzheimer.  On estime qu’en 2031, plus de 750 000 Canadiens en seront atteints. Un Canadien sur 20 âgé de plus de 65 ans est atteint de la maladie d’Alzheimer. Après 85 ans, une personne sur 4 risque d’en souffrir. La maladie touche trois fois plus les femmes que les hommes.

La maladie d’Alzheimer fait vraiment des ravages… et nous fait tous peur! Même si on en sait plus aujourd’hui sur les causes de la maladie, on ignore toujours comment la guérir.
Une de nos téléspectatrices nous a posé la question suivante :

«Ma mère vient de recevoir un diagnostic d’Alzheimer. J’aimerais savoir s’il y a des médicaments pour la soigner et si je risque de l’avoir moi aussi?»

Pour répondre à cette question, nous avons consulté Dr Judes Poirier, directeur, au Centre McGill d'études sur le vieillissement.


Dr Poirier, qu’est-ce que la maladie d’Alzheimer?

J’aime bien décrire la maladie d’Alzheimer comme une tempête du verglas qui commence tout doucement et où progressivement les circuits électriques du cerveau, à l’image des pylônes électriques, flanchent les uns après les autres. Et progressivement, mais de façon irrémédiable, des pans entiers de la ville tombent dans le noir. La même chose se produit à l’intérieur du cerveau atteint par la maladie d'Alzheimer. Des régions complètes, surtout celles impliquées dans l’apprentissage et la mémoire, sont détruites et s’ensuit, dans ce processus de destruction, une perte de fonction et d’activité totale.

Qu’est-ce qui se passe dans le cerveau de quelqu’un qui a l’Alzheimer?

Il se produit plusieurs choses – on sait qu’il y a la perte de certaines cellules associées à la mémoire. C’est d’ailleurs pourquoi on remarque les pertes de mémoire de façon prononcée dès le début de la maladie. Progressivement, les cellules qui meurent étendent leurs dommages à d’autres régions du cerveau : celles impliquées dans la prise de décision, le jugement, même éventuellement, le comportement. Et, à la fin, ces dommages s’étendent dans les régions du cerveau qui sont très fondamentales, affectant même la coordination des mouvements.

Est-ce qu’il y a des médicaments qui peuvent traiter la maladie d’Alzheimer?

Il y en 4 approuvés au Canada – 3 sont semblables dans leur mode de fonctionnement, avec des légères différences – mais importantes et 1 qui fait partie d’une nouvelle catégorie de médicaments qui servent à améliorer la condition du malade quand les 3 premiers ont perdu de leur efficacité. Mais, il faut savoir que tous ces médicaments fonctionnent en améliorant la mémoire mais n’ont aucun impact sur ce qui cause la détérioration du malade.

Les médicaments pour traiter la maladie d’Alzheimer

Actuellement, il n'existe aucun traitement curatif de la maladie d'Alzheimer ni aucun traitement qui peut arrêter son évolution. Cependant, il existe plusieurs médicaments qui peuvent atténuer les pertes de mémoire de même que les problèmes de langage et de raisonnement. Les traitements ne sont pas efficaces pour toutes les personnes et leur effet dure un certain temps seulement.

Symptômes légers à modérés de la maladie d'Alzheimer
Trois médicaments sont disponibles au Canada pour traiter les symptômes légers à modérés de la maladie d'Alzheimer : AriceptMC, ExelonMC et ReminylMC. Ce sont tous des inhibiteurs de la cholinestérase.

Symptômes modérés à sévères de la maladie d'Alzheimer
Ebixa® (chlorhydrate de mémantine) a été approuvé de façon conditionnelle pour traiter les symptômes de la maladie d'Alzheimer chez les personnes atteintes aux stades modérés à avancés de la maladie.
* Source : Société Alzheimer – www.alzheimer.ca

 À quel moment a-t-on besoin de médication?

Le plus tôt possible – plus on la donne tôt, plus on peut retarder la progression de la maladie. On peut gagner 6 mois, voire 18 mois de qualité de vie, mais la maladie gagnera éventuellement du terrain, les médicaments fonctionneront de moins en moins et la détérioration recommencera.

Est-ce qu’il y a d’autre chose qu’on peut faire pour retarder la progression de la maladie?

Oui – l’exercice réduirait la progression de la maladie, si les personnes atteintes pratiquent une activité physique à raison de 3 fois semaine pendant 30 minutes. Maintenir le cerveau actif : jouer au bridge, faire des mots croisés, avoir une vie sociale active. Chez les gens qui évitent de s’isoler, la maladie aurait une vitesse de progression beaucoup plus lente que chez ceux qui s’isolent et choisissent de ne pas faire fonctionner leur cerveau. L’alimentation joue aussi un rôle : une diète dite méditerranéenne, riche en légumes et poissons mais pauvre en gras, aurait un effet léger sur le rythme de progression.

Qui est à risque de développer la maladie d’Alzheimer?

Il y a deux grandes catégories de facteurs de risque. 1re catégorie:  les facteurs génétiques - des anomalies génétiques qu'on hérite de nos parents qui sont transmises de génération en génération.

2e catégorie : Les facteurs environnementaux - On a découvert depuis 2 ou 3 ans qu'avoir un taux de cholestérol élevé, souffrir d'hypertension ou de diabète augmentait le risque de développer la maladie d'Alzheimer. Ceux chez qui les facteurs génétiques et environnementaux sont présents sont sujets à une combinaison terrible qui va déclencher la maladie.

Et le stress comme facteur de risque?

Des chercheurs de Montréal ont découvert que dans les mois, voire même les années qui précèdent l’apparition de la  maladie d’Alzheimer, on décèle la présence d’une surcharge d’hormones de stress dans le sang des patients. Comme s’il y avait un signal dans le corps qui dit que la maladie se met en place sans pour autant qu’il n’y ait de symptômes ou d’anomalies de la mémoire. On voit, chez les gens qui ont cette surcharge importante d’hormones de stress dans le sang, se développer en 2 ou 3 ans la maladie d’Alzheimer. Mais ce phénomène n’est pas encore expliqué.

Est-ce qu’on peut prévenir la maladie?

On pense bien qu’on va pouvoir le faire, mais ça reste encore à démontrer. En traitant les facteurs de risque comme l’hypertension, le cholestérol, le diabète à l’âge de 40, 50 ans, on croit pouvoir parvenir à les éliminer comme facteurs de risque pour développer l’Alzheimer plus tard. On devrait bientôt avoir des résultats de recherche qui vont prouver si c’est bien le cas.

Quelles sont les pistes de recherche prometteuses aujourd’hui?

On a maintenant identifié plusieurs dizaines de facteurs de risque génétiques, la plupart impliquant des gènes qui ont un rôle à jouer avec le cholestérol, ce qui fait qu’on se demande si l’Alzheimer ne serait pas une maladie du cholestérol. On travaille autant du côté des causes que de celui des traitements dans le domaine du cholestérol. On sait qu’il y a des changements biologiques bien précis dans le cerveau - des plaques qui encrassent le cerveau. En recherche, on essaie d’arriver à les dissoudre avec certains médicaments. On attend cette année des résultats déterminants sur l’efficacité de faire dissoudre ces plaques.

Si vous craignez la maladie d’Alzheimer, vous ne pouvez peut-être rien contre vos gènes, mais bougez, améliorez votre alimentation, stimulez votre intellect par des jeux logiques et vous mettrez toutes les chances de votre côté. Et peut-être que la recherche scientifique pour sa part va connaître des développements dans les prochaines années dont vous pourrez bénéficier. Vous pouvez aussi y contribuer si vous le désirez.
L’Hôpital Douglas de Montréal procède à des essais cliniques sur de nouveaux médicaments  qui pourraient non seulement interrompre la progression de la maladie d’Alzheimer, mais également en renverser certains des symptômes.  Les personnes de 50 ans ou plus intéressés à prendre part à un essai clinique portant sur la maladie d’Alzheimer peuvent communiquer avec l’hôpital en téléphonant aux numéros suivants : (514-761-6131 poste 3411 ou 3458).

Ressources :

Société d’Alzheimer
www.alzheimer.ca

Centre McGill d’étude sur le vieillissement
http://aging.mcgill.ca

www.agevillage.com
Ce site offre de l'information au sujet de la maladie d'Alzheimer.