Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

La question du public

Pré-ménopause

Émission du 15 mars 2007

«Je pense que j’ai peut-être commencé la pré-ménopause parce que j’ai des chaleurs, surtout la nuit. J’aimerais bien savoir si on peut prendre quelque chose pour se soulager…»
Pour répondre à cette question, nous avons consulté deux spécialistes, le Dr François Bissonnette, obstétricien gynécologue au Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM), et notre pharmacologue Jean-Louis Brazier.

Avant tout, lorsqu’on souffre de bouffées de chaleur, il faut en identifier la cause. La ménopause et la péri-ménopause, cette période de ralentissement hormonal qui précède la ménopause, peuvent être des causes de bouffées de chaleur. Mais il y en a d’autres comme l’hypothyroïdie ou encore certaines médications qui peuvent entraîner de tels effets secondaires.

Pourquoi certaines femmes ont des bouffées de chaleur à la ménopause et d’autres pas?

85% des femmes en ménopause vont avoir des bouffées de chaleur. On pense que c’est le centre thermorégulateur dans le cerveau qui est influencé par différentes hormones, dont principalement les hormones associées à la sécrétion ovarienne. On sait qu’il y a un lien entre la privation d’œstrogènes et les bouffées de chaleur.

Est-ce qu’il y a des traitements pour soulager les bouffées de chaleur?

Le moyen le plus efficace à ce jour pour contrer les bouffées de chaleur, c’est l’hormonothérapie de remplacement. Elle sert à corriger le déficit en œstrogènes. On peut ainsi retrouver l’équilibre et faire disparaître les symptômes. Mais certaines femmes hésitent à recourir à l’hormonothérapie, à cause des risques qu’elle comporte.

Quels sont les risques associés à l’hormonothérapie?

On sait qu’ils sont principalement vasculaires : risque de thrombose, de thrombophlébite - la formation de caillots dans les veines, dans les artères. Il peut aussi y avoir risque d’embolie pulmonaire, d’infarctus du myocarde. Pour le moment, on sait que ces risques existent surtout pour une hormonothérapie d’une durée de plus de cinq ans. Dans chaque cas, il faut évaluer avec son médecin quels sont nos risques et si l’hormonothérapie peut être une solution pour nous. On pourra toujours commencer l’hormonothérapie et, après deux ou trois ans, tenter un sevrage graduel et voir si les symptômes sont encore présents et si l’hormonothérapie est toujours indiquée.

Les symptômes de baisse hormonale vont durer 2 ans en moyenne. Mais on peut être en ménopause toute sa vie! On a vu des patientes centenaires qui avaient encore des bouffées de chaleur et qui pouvaient bénéficier encore de l’hormonothérapie.

Quels sont les autres médicaments disponibles?

Les plus prometteurs sont actuellement les produits non-hormonaux comme les antidépresseurs. Des recherches sont en cours pour évaluer les effets de ces médicaments sur les bouffées de chaleur. Ils ont comme avantage d’agir sur les bouffées de chaleur sans les effets secondaires de l’hormonothérapie.

Les antihypertenseurs sont aussi efficaces pour diminuer les bouffées de chaleur. Attention pour les femmes sans hypertension, ils peuvent causer une baisse de pression dangereuse.

Les approches alternatives

Beaucoup de femmes utilisent les produits de santé naturels comme alternative aux médicaments pour faire diminuer les bouffées de chaleur. Il y a beaucoup de produits sur le marché.

Les isoflavones extraites du soja sont bien connues et plusieurs recherches ont confirmé leur efficacité. On a observé que les femmes asiatiques qui ont une diète riche en isoflavones éprouvent des symptômes liés à la ménopause beaucoup moins marqués que les femmes occidentales, bien qu’il y ait sûrement d’autres facteurs en jeu pour expliquer cette différence.

D’autres produits comme l’actée à grappes noires, le millepertuis et les graines de lin sont souvent utilisés pour diminuer les bouffées de chaleur.

Voici un tableau comparatif de certains produits naturels disponibles et de leur efficacité pour le traitement des bouffées de chaleur

Produit
Efficacité

Les isoflavones

Les isoflavones du soja  sont des phytoestrogènes – on les retrouve autant dans le tofu que dans ses extraits.

Il faut prendre quotidiennement l’équivalent de 60 grammes de tofu pour avoir une stimulation des récepteurs aux oestrogènes continue et ainsi faire diminuer les bouffées de chaleur.

Une portion de 60 g de tofu contient l’équivalent de 35-75 mg d’isoflavones. Il existe des préparations sous forme de gélules ou de capsules qui indiquent clairement la quantité d’isoflavones quelles contiennent. Cela permet de contrôler la quantité que l’on prend plus facilement, bien qu’on assimile plus rapidement les isoflavones provenant de sources alimentaires.

L’actée à grappes noires

L’actée à grappes noires est une plante disponible sous forme d’extrait.

Elle présente un effet potentiel et est souvent associée à d’autres produits. L’Organisation mondiale de la Santé reconnait l’usage de l'actée à grappes noires contre les symptômes de la ménopause. ATTENTION : L’actée à grappes noires est potentiellement toxique pour le foie.

Les graines de lin

Des études démontrent que la consommation pendant un an de 40 grammes par jour diminuerait la fréquence des bouffées, mais pas de façon significative.

L’angélique de Chine ou Dong Quai

L’angélique de Chine est une plante dont on utilise les racines. Elle a un potentiel non démontré. De plus, elle a de fortes interactions avec d’autres médicaments, comme les anticoagulants.

Le millepertuis

Le millepertuis est une plante disponible sous forme d’extrait. Le millepertuis a des propriétés réelles d’antidépresseur mais aucune donnée ne démontre son efficacité sur les symptômes de la ménopause. À noter : c’est le produit de santé naturel qui a le plus de contre-indications et d’interactions avec les médicaments. Il n’est pas donc pas  indiqué contre les bouffées de chaleur.

Autres plantes sources de phytoestrogènes

On trouve sur le marché des préparations qui contiennent du trèfle, de la luzerne et du kudzu, mais leur concentration est trop faible et il n’y a aucune preuve de leur efficacité à ce jour. De plus, si on a une mauvaise réaction en prenant ce type de produit, il sera très difficile de savoir à quoi on a réagi. Il faut donc se méfier.

**Il faut savoir que le rôle de l’effet placebo est très important dans le traitement des bouffées de chaleur, de l’ordre de 25 % à 30 %, quelle que soit la source du traitement.

Il est à noter que l’exercice peut contribuer à diminuer les bouffées de chaleur. On sait en effet qu’elles sont associées à un indice de masse corporelle élevé. Par conséquent, faire de l’exercice et perdre du poids vont faire diminuer les symptômes.

MÉNOPAUSE ET BOUFFÉES DE CHALEUR

Vous êtes incommodée par des bouffées de chaleur? Une étude clinique portant sur un traitement non hormonal en investigation pourrait vous intéresser. 

Pour être admissible, vous devez :  

Être ménopausée depuis au moins un an 
Ne pas être sous hormonothérapie

Pour plus d’informations, contacter l’équipe du Dr François Bissonnette au :
(514) 274-3759

Ressources :

Passeport santé – contient de nombreuses rubriques d’information et de conseils sur la ménopause
www.passeportsante.net

Site d’information sur les isoflavones
www.isoflavones.info

Réseau canadien pour la santé des femmes – rubrique d’information sur la ménopause
www.cwhn.ca/hir/faq-menopause_f.html

North American Menopause Society – (en anglais seulement)
organisme nord-américain consacré à la ménopause
www.menopause.org