Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

Dossier de la semaine

Les produits nettoyants domestiques

Émission du 3 février 2006

La famille canadienne consomme entre 20 et 40 litres de produits de nettoyage domestiques par année. De plus, chaque foyer abrite en moyenne 63 produits chimiques, dont certains peuvent être cancérigènes. Plusieurs personnes s'inquiètent donc de la toxicité potentielle des produits de nettoyage qu'ils utilisent tous les jours. Lyse Lefebvre, pharmacienne au Centre de toxicologie de l'INSPQ à Québec, ne condamne pas d'emblée les détergents domestiques. Selon elle, les détergents domestiques ne sont pas toxiques en soi : le Windex par exemple contient 99 % d'eau, un peu d'alcool, même pas d'ammoniac. À moins d'être ingurgité accidentellement, il ne cause pas de dommage à la santé. Cependant, les produits domestiques restent en suspension dans l'air et le fait de les inhaler souvent et longtemps pourrait être dommageable. Il ne s'agit pas d'interdire les produits ménagers; après tout, ils simplifient la vie des gens. Mais il faut les utiliser avec parcimonie. Par exemple, Lyse Lefebvre ne s'oppose pas au bâton d'encens qu'on fait brûler pour rafraîchir une pièce. Elle estime cependant qu'un Branché qui fonctionne 24/24 c'est trop. «C'est clair qu'on utilise trop de produits qui ne sont pas vraiment nécessaires. D'après une étude, la quantité des substances nocives émises par des parfums d'ambiance est faible et le risque est limité. Cela dit, on pense que les parfums peuvent contribuer aux problèmes d'asthme et d'allergie». Lyse Lefebvre suggère donc d'aérer plutôt que de vaporiser. Distinguer les produits utiles des produits superflus. Elle encourage aussi l'utilisation de savon simple, comme le Hertel vert, plutôt que leurs versions «améliorées» comme le Hertel Plus. Car les produits forts contiennent souvent des éthyles de glycol et produisent des solvants aériens. Guy Delespesse, allergologue au CHUM, affirme que les cas d'asthme ont doublé entre 1980 et 1995. Les raisons ne sont pas encore bien comprises, mais les produits de nettoyage domestiques pourraient en partie expliquer cette recrudescence.
Marc Geet Éthier
Psychologue et auteur de «Zéro Toxique. Pourquoi et comment se protéger», Marc Geet Éthier estime que nous nageons dans les produits chimiques dont l'innocuité n'a pas été démontrée. Plutôt que d'user de précaution dans la mise en marché de leurs produits, l'industrie nous utilise comme cobayes. Depuis les 50 dernières années, l'Amérique du Nord aurait créé 75 000 nouvelles substances chimiques. Elles ne sont pas anodines et pourraient être liées à la majorité des troubles chroniques, qui ont remplacé les maladies infectieuses au premier rang des causes de décès. De nombreuses études scientifiques ne cessent de répéter que leur innocuité n'a jamais été clairement établie. À cause du secret industriel, les chercheurs ne peuvent obtenir d'informations précises. Ce qui est inquiétant, c'est qu'on retrouve ces substances dans le corps humain. À l'automne 2004, on a analysé des échantillons de sang de 14 ministres européens. Résultat : leur sang était contaminé, contenant de 25 à 40 substances chimiques différentes. Ce qui a amené le Parlement européen à créer un système de contrôle de 30 000 substances chimiques et à obliger les fabricants à prouver que leurs produits sont sûrs. Cette nouvelle réglementation, REACH, doit être ratifiée en 2006. Elle obligera les fabricants de produits domestiques à démontrer l'innocuité de leurs produits avant de les mettre en marché.