Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

Le portrait

Dr Michel White, l'aventurier cardiologue

Émission du 18 octobre 2007

En juin 2003, le cardiologue Michel White et son patient Sylvain Bédard atteignaient le sommet du Mont-Blanc, d’une hauteur de 4 807 mètres. «J’ai toujours fait beaucoup d’escalade, confie Michel White, mais le plaisir de monter le Mont-Blanc s’est imposé comme une révélation! Ce qui m’a surtout impressionné, ajoute-t-il, c’est la détermination de Sylvain.»

C’est que son patient Sylvain Bédard a subi une greffe du cœur à l’été 2000. Après sa transplantation, il avait pris 55 livres. Au bout de deux ans d’entraînement, il a cependant retrouvé sa forme physique. «Quand il m’a demandé d’aller faire le Mont-Blanc avec lui, raconte Michel White, j’ai d’abord hésité. Je me suis demandé si c’était sécuritaire pour un greffé de grimper une montagne, si ça s’était déjà fait.»

Cardiologue à l’institut de cardiologie de Montréal, le Dr Michel White connaît l’importance de la forme physique sur la santé du cœur. «L’exercice physique est très important, dit-il, surtout pour les patients à haut risque, comme les greffés après la transplantation. Si vous faites de l’exercice physique régulièrement, vous diminuez vos risques de maladies et de mortalité cardiovasculaires de 45 %. Y’a aucun médicament qui peut accoter ça !»

Commence donc un régime d’entraînement intense de 6 mois. « Ce qui est intéressant avec le fait de gravir une montagne, c’est tout l’exercice physique et mental qu’on doit faire pour s’y préparer», raconte Michel White. Sur le plan scientifique, le cardiologue réalise l’importance de l’activité physique dans le processus de prévention, de guérison et de réhabilitation.

L’exercice physique est très important, surtout pour les patients à haut risque, comme les greffés après la transplantation. Si vous faites de l’exercice physique régulièrement, vous diminuez vos risques de maladies et de mortalité cardiovasculaires de 45 %. Y’a aucun médicament qui peut accoter ça!

Sur le plan personnel, il constate à quel point les greffés sont une source d’inspiration par leur détermination, leur discipline et leur force morale à vivre intensément au moment présent. «C’était impressionnant de voir tout le chemin que Sylvain avait accompli, dit-il. Il avait été tellement malade en 2000. Mais il était déterminé. Comment il a remonté la pente, et il a réussi à gravir une montagne en autonomie complète, une première mondiale. C’était vraiment très beau.»

Après le Mont-Blanc, Michel White et Sylvain Bédard sont allés ensemble en Bolivie gravir le Mont Sajama. «J’étais constamment en contact avec un anesthésiste, des urgentologues et d’autres spécialistes. J’ai lu toute la littérature médicale afin de tenir mes connaissances à jour, raconte Michel White.

En cas de pépins graves, nous pouvions administrer les premiers soins et nous avions la possibilité d’être évacué par hélicoptère à toutes les étapes de la montée.» À 400 mètres du sommet, Sylvain a cependant un malaise qui l’oblige à redescendre. Il deviendra quand même le premier greffé du cœur de l’Histoire à franchir les 6 000 mètres d’altitude.