Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

La question du public

Désodorisant et antisudorifiques, dangereux?

Émission du 25 octobre 2007

«Est-ce que c’est vrai que les antisudorifiques et les désodorisants peuvent causer le cancer du sein?»

Expert consulté : Ariel Fenster, chimiste, Université McGill

D’où vient la croyance que les antisudorifiques et les désodorisants causent le cancer du sein?
C’est fondé sur quelques études qui ne sont pas valides scientifiquement. Dans une étude d’une scientifique britannique, par exemple, on trouvait des produits chimiques tels que le parabène dans le sein des femmes qui avaient le cancer et qui utilisaient des désodorisants. Les parabènes sont des agents de conservation qui ne sont plus utilisés dans les désodorisants. Le problème avec cette étude, c’est qu’il n’y avait pas de contrôle. La scientifique n’a regardé que les femmes qui avaient le cancer et pas celles qui n’avaient pas le cancer. Alors que du point de vue scientifique, ça doit être fait de cette manière-là.

Comment fonctionnent les désodorisants et les antisudorifiques?
Malgré ce que les gens s’imaginent, notre sueur n’a pas d’odeur. Toutefois, quand on sue, des composés chimiques sont produits. Ce sont des bactéries sur notre corps qui transforment ces composés en composés malodorants. C’est pourquoi les désodorisants contiennent des agents antibactériens. Le triclosane, par exemple, est l’un de ces agents bien connus.

Les antisudorifiques, eux, contiennent des sels d’aluminium. Ces sels bouchent les pores et empêchent la sueur de s’échapper.

Bloquer les pores de la peau peut-il être dangereux pour la santé? Est-ce qu’empêcher la sueur de sortir empêche aussi de libérer les toxines?

L’argument qui est souvent donné, c’est que quand on élimine l’eau par notre sueur, ça régularise la température du corps. Or, la plupart de notre sueur ne sort pas par les aisselles. Elle sort des autres parties du corps.

Mais, en fin de compte, il n’y a pas de toxines dans la sueur de nos aisselles. Ces toxines sont éliminées à partir des reins et du foie et donc par les selles et l’urine.

Une étude a vu un lien entre le sein et l’aisselle. Quel est-il?
Ils ont remarqué qu’une grande partie des cancers se développe dans la partie du sein la plus proche des aisselles. Ils ont utilisé cet argument pour dire que c’est à cause des antisudorifiques.

La véritable explication, c’est qu’une grande partie des tissus mammaires se trouve dans cette partie du sein. C’est donc normal qu’il y ait plus de cancers dans cette région-là.

Une autre étude a noté un problème entre le fait de se raser les aisselles et d’utiliser ces produits-là. Qu’en est-il?

Encore une fois, c’est une étude très restreinte où il n’y a pas eu de contrôle. On y affirme que quand on se rase, on fait des petites coupures et ça permet à ces produits-là de rentrer dans le corps et de causer le problème. Cette thèse n’est pas soutenue par la science.

Comment expliquer que ces études-là font des affirmations si grosses et que vous dites que la validité scientifique n’est pas là?

L’immense majorité des études montrent qu’il n’y a pas d’effets néfastes. Une très grande étude a été réalisée par la Société du cancer américaine. Ils n’ont trouvé absolument aucune différence dans l’incidence du cancer du sein parmi les femmes qui utilisaient les antisudorifiques et les désodorisants, et celles qui ne les utilisaient pas. Et cette étude avait un échantillon de plusieurs centaines de personnes, pas vingt personnes comme dans l’étude britannique.

En fin de compte, c’est une question de choix. Si les gens s’inquiètent au sujet des désodorisants ou des antisudorifiques, ils n’ont pas besoin de les utiliser. La plupart des gens n’ont pas besoin de désodorisants, s’ils ont une bonne hygiène quotidienne. Il y a un peu de marketing dans l’idée d’offrir des antisudorifiques et des désodorisants.

Au moment où on se parle, est-ce que les gens doivent s’inquiéter à propos de ces produits-là?

Personnellement, je dis : vous pouvez les utiliser sans crainte. Autant que je sache, toutes les données que je connais, et je suis la situation, m’indiquent qu’il n’y a pas de danger.