Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

Le portrait

Dre Sonia Lupien, spécialiste du stress

Émission du 22 novembre 2007

«Moi, j’ai une super job. Mon travail, c’est de stresser les gens tout le temps. Et on devient très bons là-dedans», blague Sonia Lupien.

Depuis quinze ans, la neuropsychologue et chercheuse au Centre de recherche de l’Hôpital Douglas étudie le mécanisme du stress, son effet sur la performance dans plusieurs domaines, par exemple la mémoire chez les personnes âgées.

Elle explique que «le stress se manifeste quand le cerveau détecte une menace et produit une réponse qui permet de mobiliser assez d’énergie pour la combattre. Le stress va donc sauver votre vie», explique la neuropsychologue. «Le stress est une réponse nécessaire. Le problème vient quand on exige trop souvent cette réponse.»

«Je ne fais pas de recherche scientifique pour le prestige. Je veux répondre à des questions qui ont des implications sociales. Mon but, c’est d’aller porter les résultats aux décideurs pour modifier des politiques sociales». En 2003, la revue Maclean’s l’a hissée au rang des dix Canadiens qui ont fait une différence au pays.

Première étape dans ses efforts pour changer les mentalités : la fondation du Centre d’études sur le stress humain (CESH) qu’elle dirige. Avec son équipe, elle publie des articles et anime des conférences pour informer les gens. Elle a également mis sur pied un  programme de gestion du stress destiné aux enfants. «Il faut déconstruire le stress. Une situation génère une réponse de stress quand elle est nouvelle ou imprévisible. Vous devez avoir l’impression de ne pas avoir le contrôle de la situation ou encore cette situation doit être menaçante pour votre personnalité.» Sonia Lupien résume ces quatre générateurs de stress par l’acronyme CINÉ :
Contrôle faible
Imprévisibilité
Nouveauté
Égo menacé

Sonia Lupien est loin d’être immunisée elle-même contre le stress. Avec le temps, elle a compris que ce qui déclenche son stress, c’est l’imprévisibilité. «Parce que ça fait quinze ans que je travaille sur le sujet, je sais exactement quand je suis stressée et pourquoi je le suis. Je vois venir les stresseurs et, à mesure qu’ils arrivent, j’essaie de les ventiler. Parce que je ne veux pas vivre ce stress-là, j’organise ma vie en fonction de ça.»

Avant de «saute une coche», elle va… promener le chien. «S’il y a une méthode qui fonctionne chez la plupart des gens, c’est celle de se réserver une heure par jour tout seul, sans aucune stimulation. On nous a toujours dit d’éviter d’y penser. C’est faux. Si vous prenez une marche sans stimuli, vos stresseurs vont commencer à sortir. C’est le temps de sauter dessus et de comprendre pourquoi c’est stressant : est-ce que c’est nouveau, est-ce que c’est imprévisible, etc.» Bref, comme le résume Sonia Lupien, sauter sur ses stresseurs au lieu de sauter sur ceux qui nous stressent…

Ressources
Centre d’études sur le stress humain
http://www.stresshumain.ca

Programme pour les enfants Mon fantastique cerveau

Projet Dé-stresse et progresse
Stratégie de réponse au stress pour les élèves du secondaire

Profil de Sonia Lupien