Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

La question du public

L'ABC de l'ostéoporose

Émission du 17 janvier 2008

« J’ai une idée de ce qu’est l’ostéoporose, mais je me demandais si je devrais m’en préoccuper à mon âge? »

Expert consulté : Dr Louis-Georges Sainte-Marie, m.d.,
endocrinologue, directeur du Laboratoire des maladies osseuses de l’Hôpital St-Luc du CHUM

Une femme dans la trentaine devrait-elle se préoccuper d’ostéoporose ?
Toute personne devrait se préoccuper de la santé de ses os tout au cours de sa vie afin de prévenir l’ostéoporose. Dès l’enfance, nous formons ce qu’on peut appeler notre « capital osseux ». Il faut en prendre soin, que nous soyons jeunes, adultes ou âgés.

L’ostéoporose est-elle une maladie propre aux femmes âgées, comme on le croit ?
Il vrai que l’ostéoporose touche plus particulièrement les femmes âgées. On estime qu’une femme ménopausée sur quatre souffre d’ostéoporose. Par ailleurs, les hommes peuvent être atteints de cette maladie. On évalue d’ailleurs que c’est le cas d’un homme sur huit.

L’ostéoporose est-elle maladie ou un processus naturel ?
Tout au long de notre vie, notre organisme forme de nouvelles cellules osseuses. Ce phénomène normal vise à remplacer le vieux tissu osseux par du tissu plus jeune, plus résistant. À partir de l’âge de 30 ans environ, notre corps détruit davantage de tissu osseux qu’il n’en fabrique. Nous perdons donc de la masse osseuse. Il s’agit là d’un processus naturel lié au vieillissement.

L’ostéoporose n’est pas un phénomène normal, mais bel et bien une maladie de l’os. Elle peut se déclarer quand une personne perd abruptement une grande quantité de masse osseuse, ou encore chez la personne dont la masse osseuse est diminuée au point de devenir fragile. Ces personnes deviennent à risque de subir une « fracture de fragilisation », une fracture causée par un faible choc.

Comment développe-t-on l’ostéoporose ?

En fait, c’est le résultat de deux situations.  La première est de n’avoir pas acquis un capital osseux maximal quand on était jeune adulte. La seconde survient par la suite et consiste à perdre davantage de masse osseuse que la normale.

Quelles sont les causes de l’ostéoporose?
La forme la plus fréquente d’ostéoporose chez la femme est l’ostéoporose post-ménopausique. La ménopause est caractérisée par la chute des niveaux d’hormones sexuelles, les œstrogènes. Ces hormones sont précieuses parce qu’elles contribuent notamment à ralentir la perte osseuse. Moins les oestrogènes sont présents dans le corps, plus la perte osseuse est grande. Cette chute d’œstrogène est la cause la plus importante de l’apparition de l’ostéoporose chez la femme à la ménopause.

Chez l’homme, L’ostéoporose est directement liée à un processus accéléré de vieillissement des cellules osseuses, entraînant une fragilité des os. Ceci explique que la moyenne des hommes qui souffrent d’ostéoporose subissent des fractures de fragilisation à un âge plus avancé comparativement aux femmes qui souffrent d’ostéoporose.

Comment bâtit-on le capital osseux ?

La génétique détermine le capital osseux maximal qu’on peut espérer développer. Cependant, les habitudes de vie sont des facteurs importants qui nous permettent d’atteindre ou non ce maximum.

Un bon apport  quotidien de calcium et de vitamine D ainsi que l’activité physique modérée favorisent la formation maximale de votre capital osseux. À l’opposé, la médication, la consommation excessive d’alcool et le tabagisme peuvent vous empêcher d’accumuler le maximum de capital osseux.

Les Asiatiques seraient beaucoup moins sujets à l’ostéoporose que ne le sont les occidentaux. Est-ce un mythe ou est-ce vrai?
Il est vrai que les Asiatiques subissent moins de fractures ostéoporotiques que les Caucasiens. La génétique joue en leur faveur, mais il faut également considérer d’autres facteurs comme le mode de vie. Par exemple, les Asiatiques  consomment davantage de soya et de thé vert. Ces aliments contiennent entre autres des phytoœstrogènes, lesquels contribueraient à ralentir la perte osseuse.

La caféine est-elle un facteur de risque ?
Il s’agit d’un facteur de risque mineur d’ostéoporose ou de densité osseuse basse. Le tabagisme est un facteur de risque beaucoup plus important.

Le lait contribue-t-il à former des os plus solides ?

On estime qu’on apport suffisant de calcium chez l’adulte de plus de 50 ans favorise le ralentissement de la perte osseuse. On quantifie cet apport à 1,5 gramme de calcium par jour. Il n’est pas nécessaire, ni même recommandé de dépasser cette dose. Le lait et les produits laitiers sont une bonne source de calcium, tout comme le sont le brocoli, les amandes et d’autres aliments.

Est-ce une bonne idée de prendre des suppléments ?
Quand notre alimentation ne peut nous fournir la dose nécessaire de calcium, il est souhaitable de compenser avec un supplément. Idéalement, il faut privilégier les suppléments de calcium en combinaison avec des suppléments de vitamine D, car celle-ci permet à l’organisme d’absorber le maximum de calcium disponible dans l’alimentation et de le « fixer » dans le tissu osseux.

Comment détecte-on l’ostéoporose?
Il y a vingt ans, l’ostéodensitomètre a révolutionné le dépistage de l’ostéoporose. Cet outil diagnostique permet de quantifier la densité minérale osseuse, laquelle est un bon indicateur de la masse osseuse de l’individu. L’ostéodensitométrie permet d‘évaluer notamment le risque de fracture et de fragilisation. Ainsi, il permet de poser, si c’est le cas, un diagnostic d’ostéoporose.

L’ostéodensitométrie émet très peu de radiation et l’examen est sans douleur.

À qui recommande-t-on de passer le test ?
Ostéoporose Canada recommande aux femmes et aux hommes âgés de plus de 65 ans de passer une ostéodensitométrie. Les hommes et les femmes âgés de plus de 50 ans qui présentent des risques de fractures ostéoporotiques devraient également s’y soumettre. Le risque d’être porteur de la maladie augmente si on a des antécédents familiaux de fractures ostéoporotiques, si on a subi une fracture à la suite d’un traumatisme mineur après l’âge de 40 ans, si on a une condition médicale qui empêche l’organisme d’absorber des nutriments (la maladie coeliaque ou la maladie de Crohn par exemple), ou si on a vécu une ménopause précoce.

Comment traite-t-on l’ostéoporose ?
En plus de l’apport quotidien en calcium et en vitamine D, le traitement comprend  la médication (Foxamax, Actonel, Evista) et l’hormonothérapie. Ces traitements ralentissent l’activité osseuse, et par conséquent, la perte osseuse. Grâce aux traitements, les risques de fractures sont diminués de 30 à 40 % chez les personnes souffrant d’ostéoporose. L’intensité du traitement augmente en parallèle avec le risque de fracture de fragilisation.

Ressources
Ostéoporose Canada
www.osteoporosecanada.ca