Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

Dossier de la semaine

Les cliniques privées

Émission du 14 octobre 2005

L'exemple le plus clair d'une clinique de santé privée, c'est celui du médecin qui est sorti du système public. Il facture le patient pour les soins administrés. La plupart des médecins de famille qui ont leur propre clinique facturent la RAMQ et vous présentez votre carte d'assurance-maladie avant de le consulter. Ces cliniques ne sont pas considérées comme étant des cliniques privées. Il existe des hôpitaux qu'on dit privés, comme le Shriners. Mais encore une fois, bien que l'administration de l'institution soit privée, les médecins facturent la RAMQ et le patient ne débourse pas un sou. Ces hôpitaux travaillent aussi à l'intérieur du réseau public.

Montréal, capitale des soins de santé privés

En 2005, on compte environ 90 médecins qui, fatigués des conditions de travail extrêmes qui prévalent dans le secteur public, se sont tournés vers la pratique privée. Il s'agit d'une progression de 60 % en 5 ans. Quatre-vingt dix médecins, ça ne paraît pas beaucoup sur un total de 16 000 médecins. Mais ces 90 médecins s'ajoutent au 300 médecins de famille manquants au Québec et à la pénurie de spécialistes. En 1992, le privé ne représentait que le quart des dollars consacrés aux services médicaux (y compris les médicaments, les soins à domicile, les soins dentaires, etc.). En 1997, un tiers des dépenses totales a été engagé à l'extérieur du régime public.

Depuis longtemps, des cliniques privées offrent des services qui ne sont pas couverts par l'assurance-maladie (soins esthétiques, correction de la myopie au laser, varices). Ce qui est différent depuis quelques années, c'est que les cliniques privées offrent des services traditionnellement couverts par la RAMQ. Les médecins sont des orthopédistes, des urgentologues et des médecins de famille. C'est à Montréal qu'on trouve le plus grand éventail de cliniques privées et sa réputation déborde la frontière. Les patients viennent de partout au Canada pour se faire soigner par des médecins québécois qui pratiquent en dehors du système de santé public.

Les listes d'attente

Les listes d'attente expliquent en grande partie le succès des cliniques privées. Pour certains traitements, les listes d'attente peuvent être décourageantes. À Montréal, plus de 4 000 personnes attendent six mois pour des opérations chirurgicales qui exigent une hospitalisation. Selon l'Institut Fraser, les Québécois attendent en moyenne 9,5 semaines pour voir un spécialiste après consultation avec leur médecin de famille. Ils attendent ensuite 9,2 autres semaines pour obtenir un traitement. En 1993, les Québécois attendaient 4,4 semaines. Le temps d'attente le plus long a été observé en orthopédie, en chirurgie et en ophtalmologie. L'écart entre l'attente réelle et une attente acceptable était la plus grande en 2003 avec 5,8 semaines. En 2004, la situation s'est un peu améliorée : il s'écoule 9,2 semaines entre le moment où on voit un spécialiste et l'obtention du traitement alors que l'attente acceptable serait de 5,8 semaines.

Les Québécois favorables au privé

Un sondage CROP, réalisé en septembre 2002 pour les quotidiens La Presse et Le Soleil, révèle que 67 % des personnes interrogées sont favorables au principe permettant aux personnes qui le peuvent de payer les services offerts par les établissements privés afin de désengorger le système public.

Le prix des services

L'édition de juin du magazine Affaires Plus et le site Internet Santé-Net Québec ont répertorié les cliniques privées. On trouve à Montréal des cliniques qui offrent des visites à domicile, des services d'urgence, d'ophtalmologie, de médecine familiale, des services d'imagerie (mammographie, échographie, IRM), des bilans de santé, de la dermatologie, des interventions gastro-intestinales, des chirurgies de l'épaule et du genou. Voici les prix des services que les journalistes de Affaires Plus ont obtenus :

Consultation : 100 $ pour 20 minutes

Échographie : 60 $

Visite à domicile : 100-125 $

Mammographie : 100 $

Imagerie médicale : Tomographie : 2 000 $; Résonance magnétique : 500 $ - 800 $

Ablation de cataracte : 2 000$ par oeil

Remplacement d'une hanche : 15 000 $

Bilan de santé : 700 $ - 900 $

Vers plus ou moins de privé ?

Cela dépend de l'état du système public; s'il s'améliore et que les listes d'attente diminuent, on peut penser que les gens seront plus disposés à attendre et iront moins au privé. Si trop de médecins décident de se désengager du régime public pour pratiquer dans le privé, le ministre de la Santé peut exiger que ces médecins réintègrent le système public, tel que le prévoit l'article 30 de la Loi sur l'assurance-maladie du Québec.