Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

La question du public

Arthrite rhumatoïde

Émission du 31 janvier 2008

«Je viens d’apprendre que je souffre d’arthrite rhumatoïde. Je veux savoir si je peux en guérir.»

Notre expert : Dr Henri Ménard, directeur du Département de rhumatologie, Centre universitaire de santé McGill.

Qu’est-ce que l’arthrite rhumatoïde?
À chaque fois qu’on a le suffixe «ite» dans un terme en médecine, cela signifie inflammation. Quand on trouve le suffixe «ose», on parle alors d’une dégénérescence.

L’arthrite est différente de l’arthrose car c’est une maladie inflammatoire, alors que l’arthrose est une maladie dégénérative. On utilise le terme polyarthrite quand il y a inflammation sur plusieurs articulations.

Quelles sont les principales caractéristiques de cette maladie?
L’arthrite rhumatoïde n’est pas seulement une maladie articulaire, mais aussi une maladie systémique. Elle touche principalement les articulations, mais peut aussi affecter beaucoup d’organes comme le cœur, les poumons, les reins, la peau, les vaisseaux et les nerfs. Elle peut aussi s’attaquer au système nerveux.

Qu’est-ce qu’une inflammation des articulations?
L’arthrite rhumatoïde qui touche les articulations se manifeste principalement par quatre symptômes :
- une sensation de chaleur
- des gonflements
- l’apparition de rougeurs
- une sensation de douleur

À ces symptômes s’en ajoute un cinquième, associé à la perte de fonction, avec les manifestations suivantes :

- boiterie
- incapacité d’utiliser ses articulations
- raideurs matinales prolongées
- fatigue

La fatigue reste l’un des symptômes les plus caractéristiques. Les personnes souffrant d’arthrite rhumatoïde peuvent avoir l’impression de porter une chape de plomb sur les épaules du matin au soir.

Quelles sont les articulations touchées par l’arthrite rhumatoïde?

En fait, toutes les articulations sont susceptibles d’être affectées. Mais ce sont principalement les jointures métacarpo-phalangienne qui sont touchées. Pour la majorité des gens, la polyarthrite affecte d’abord les mains, les poignets et les petites articulations des pieds. La maladie attaque ensuite les épaules, les coudes, la nuque, les mâchoires, les hanches, les genoux et les chevilles.

L’arthrite rhumatoïde est ressentie de façon symétrique, c’est-à-dire que si un côté est touché, l’autre le sera aussi.

Quelles sont les personnes à risque?
Selon les statistiques, 1 % de la population en est touchée. La maladie apparaît généralement entre 30 et 40 ans  avec un autre sommet chez les gens âgés de 60 à 65 ans. Elle peut aussi s’attaquer aux enfants très jeunes. Comme toutes les maladies auto-immunes, l’arthrite rhumatoïde touche surtout les femmes.

Qu’est-ce qu’une maladie auto-immune?
C’est une maladie qui survient quand les mécanismes habituels de défense de l’organisme se retournent contre la personne malade. L’expression auto-immune signifie l’immunité contre soi-même.

Quelles en sont les causes?

On n’en connaît pas encore les causes exactes. Cependant, plusieurs facteurs sont mis en cause, notamment les virus, les bactéries ou les prédispositions génétiques. La prise de médicaments, les infections et même l’état émotif du patient seraient aussi liés à la maladie.

Comment doit-on traiter la maladie?
L’arthrite rhumatoïde peut toujours devenir sévère. C’est pourquoi un traitement agressif est nécessaire dès le début, même si les premiers symptômes sont légers. Sinon, les articulations commenceront à se tordre et à se détruire à l’intérieur d’un an ou deux. Actuellement, le grand défi demeure notre capacité à l’identifier très tôt, c’est-à-dire dans les deux ou trois premiers mois. Le traitement sera adapté en fonction de la gravité de la situation.

Comment traite-t-on l’arthrite rhumatoïde?
On utilise deux agents anti-rhumatismaux souvent en combinaison, soit le méthotrexate et l’hydroxyquine.

Vingt pour cent des personnes malades résistent aux traitements. Pourquoi?
L’arthrite rhumatoïde combine plusieurs causes différentes. Dans certains cas, il est très difficile de les identifier pour ensuite déterminer la bonne médication. C’est le cas pour 20 % des patients, qui ne répondent pas bien aux traitements.

Pourquoi l’arthrite rhumatoïde présente-t-elle un si grand défi pour la médecine?
Parce qu’on s’attaque à un mécanisme fondamental de la maladie : l’inflammation. L’inflammation est au coeur de plusieurs maladies chroniques. On a fait d’énormes progrès en médecine, surtout pour guérir les maladies aiguës comme les infections et les traumatismes. Mais la recherche de solutions pour soigner les maladies inflammatoires chroniques, qui ont un effet cumulatif sur l’individu, est moins avancée. Quand on a une maladie chronique, ce n’est pas une sentence de mort, mais une sentence à vie. Si on trouve une brèche dans le traitement de l’arthrite rhumatoïde, on pourra s’en servir pour traiter toutes les autres maladies inflammatoires chroniques.

Peut-on en guérir?
On ne guérit pas de la maladie, mais on peut la contrôler pour permettre aux personnes atteintes de retrouver une vie quasi normale.

Ressources
La Société de l’arthrite
www.arthrite.ca/quebec
1 800 321-1433

Guide du consommateur sur les médicaments contre l’arthrite