Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

La question du public

Le lait, bon ou mauvais?

Émission du 13 mars 2008

«J’ai toujours entendu dire que le lait était nécessaire à la bonne santé. Mais j’ai aussi entendu qu’il pouvait causer des problèmes de santé. Est-ce c’est vrai?»

Notre experte invitée: Nathalie Jobin, nutritionniste et directrice de la nutrition et des affaires scientifiques à Extenso, le Centre de référence sur la nutrition humaine

Certaines études établissent un lien entre la consommation de lait et certains problèmes de santé. Mais il faut interpréter ces conclusions de manière très prudente. Les maladies sont complexes et multifactorielles et ne peuvent généralement pas être attribuées à un seul facteur.

Il faut ajouter que des groupes activistes, comme certaines associations végétariennes, entre autres, militent ouvertement contre le lait et se font entendre de plus en plus. Mais le Guide alimentaire canadien inclut encore le lait parmi les aliments à privilégier et le lait est encore considéré comme un élément important de notre alimentation. 

Quelles preuves a-t-on concernant les liens possibles entre la consommation de lait et le cancer de la prostate?
Dans le dernier rapport du World Cancer Research Fund, on rapporte qu’une diète riche en calcium augmenterait probablement le risque de développer le cancer de la prostate. On parle alors d’un apport maximal quotidien qui dépasserait 1500 mg de calcium par jour, toutes sources confondues (incluant les suppléments et l’alimentation). Cela ne constitue pas une preuve scientifique suffisante pour reprocher spécifiquement au lait de causer le cancer de la prostate. Les données probantes ont surtout reconnu le lien entre une diète riche en calcium et les risques de développer le cancer de la prostate.

Le lait et les produits laitiers sont-ils responsables de l’obésité?
C’est vrai pour les produits laitiers riches en matière grasse qui pourraient contribuer à un apport excessif en calories et, par le fait même, entraîner à long terme l’obésité. Il faut toutefois apporter une précision. Le premier responsable de l’obésité concerne un apport calorique excessif, et ce, peu importe la source alimentaire.

Quel est le lien entre le lait et les produits laitiers et les maladies du cœur?
Les preuves sont faites à l’effet que les gras saturés et les gras trans contenus dans les aliments peuvent contribuer aux maladies cardiovasculaires.

Ici encore, le lien entre les produits laitiers et les maladies cardiovasculaires répond à la même logique qui associe le lait à l’obésité. Ce sont les produits laitiers qui contiennent des gras saturés qui pourraient, indirectement, contribuer aux maladies cardiovasculaires. Pour prévenir les risques, il suffit de choisir des produits écrémés ou partiellement écrémés. Pour limiter le plus possible les risques de développer des maladies cardiovasculaires, on peut restreindre en même temps la quantité de fromage dans notre diète, composée à 30 % de gras majoritairement saturés.

Certaines personnes considèrent la consommation du lait comme étant contre nature, parce que certaines populations n’auraient pas les enzymes nécessaires pour le digérer. Que faut-il en penser?
C’est vrai pour une partie de la population mondiale, notamment les Asiatiques, qui ne possèdent pas les enzymes capables de digérer le lactose, c’est-à-dire le sucre contenu dans le lait. Mais les populations qui y sont tolérantes comme nous, les Nords-Américains, possèdent un gène qui est responsable de la digestion du lactose. Si un tel gène a pu se développer et résister à travers l’évolution, il est la preuve que l’être humain a su s’adapter au lait. De ce point de vue, c’est un argument suffisant pour penser que le lait a sa place dans notre alimentation.

Le lobby du lait nous incite-t-il à consommer plus de lait qu’on ne le devrait?
Non, les publicités à la télévision vont de pair avec les recommandations du nouveau Guide alimentaire canadien, qui recommande aux adultes de 19 à 50 ans de boire deux verres de lait par jour. Dans la même veine, il est important de rappeler qu’une majorité de la population n’en consomme pas suffisamment dans leur diète quotidienne.

Le lait est-il contre-indiqué pour certaines personnes?

Les mises en garde concernent surtout les hommes prédisposés génétiquement à développer un cancer de la prostate. Ils devraient limiter l’apport de calcium dans leur diète aux recommandations établies par les organisations sanitaires. Les autorités médicales canadiennes et américaines ont fixé à 2 500 mg par jour l'apport maximal tolérable. Il s'agit de la quantité quotidienne la plus élevée que l’on peut prendre sans risquer de souffrir d'effets indésirables.

L’autre restriction s’applique aux nourrissons. On devrait s’abstenir de leur donner du lait de vache avant 9 mois. Le mieux serait de l’introduire après 12 mois seulement. Le lait maternel est l’aliment idéal dans les premiers mois de la vie.

Peut-on se passer du lait?
Compte tenu de nos habitudes alimentaires nord-américaines, les produits laitiers sont peu coûteux et restent une source de calcium facilement accessible. Mais il existe aussi d’autres sources de calcium comme les légumes verts, certaines noix et légumineuses, les poissons en conserve consommés avec les arêtes et les boissons de soya enrichies de calcium.

Par contre, le calcium contenu dans les produits végétaux se trouve en plus petite quantité, même s’il est mieux absorbé par l’organisme que celui présent dans les produits laitiers. Si on voulait se priver du lait, il faudrait consommer davantage de légumes verts, de légumineuses et de noix pour en retrouver une quantité acceptable. L’apport quotidien suffisant recommandé a été établi à 1000 mg par jour pour les gens âgés de 19 à 50 ans et à 1200 mg pour les personnes âgées de 50 ans et plus. 

Les boissons de soya enrichies contiennent des quantités de calcium et de vitamine D équivalentes à celles présentes dans le lait. Si le lait est une source privilégiée de calcium, il faut dire aussi qu’il est la seule source alimentaire à contenir de la vitamine D. Pour cette raison, le lait reste un aliment particulièrement intéressant. Il ne faut pas négliger le fait que le lait et les produits laitiers sont aussi des sources importantes de vitamine B12, B2 et de phosphore, tous des éléments nutritifs essentiels à notre bonne santé.

Ressources
Groupe de recherche en science et en technologie du lait

Le Conseil national de l'industrie laitière du Canada (CNIL)
www.cnil.ca