Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

La question du public

Arrêter de fumer peut-il prolonger notre vie?

Émission du 18 septembre 2008

Expert invité : Dr André Gervais, pneumologue

Qu’on se le dise : si vous avez fumé beaucoup, pendant très longtemps, vos poumons ne redeviendront pas roses comme les joues d’un bébé! Les 4000 composés chimiques présentes dans la fumée de cigarette ont laissé des traces. Les particules qui se sont déposées sur les poumons ont formé des taches noires de carbone et elles ne disparaîtront pas. Cependant, en arrêtant de fumer, on diminue grandement le risque de développer plusieurs maladies, comme les maladies cardiovasculaires, l’emphysème et le cancer du poumon.

Des dommages permanents?
Le tabagisme cause une inflammation des voies respiratoires, entraînant une surproduction de sécrétions. Des spasmes peuvent affecter les muscles entourant les poumons, ce qui provoque un sifflement des bronches. À long terme, les alvéoles sont détruites. Les alvéoles sont ces petits ballons situés tout au bout des bronches qui servent à l’échange d’air avec les vaisseaux sanguins. C’est ce qu’on appelle l’emphysème. Une fois les alvéoles détruites, le processus est irréversible et les dommages, permanents.

Par contre, le fait d’arrêter de fumer freine la progression de la maladie et améliore le fonctionnement pulmonaire. Le risque de développer des maladies respiratoires obstructives diminue grandement avec la cessation du tabagisme.

Santé cardiovasculaire : une amélioration instantanée
Le monoxyde de carbone affecte beaucoup la fonction cardiaque. En l’absence de lésions, la fonction cardiovasculaire se rétablit rapidement après avoir arrêté de fumer. Mieux encore, le risque de développer une  maladie cardiovasculaire est réduit de moitié un an après la cessation. Le risque d’être atteint d’arythmie cardiaque diminue dès la première journée.

Cancer : pas seulement le poumon
Les cancers peuvent se développer partout où circule la fumée : bouche, larynx, pharynx, l’œsophage et l’estomac. La vessie et les reins, qui reçoivent les substances toxiques en grande concentration, sont aussi menacés.

Cesser de fumer à temps, c’est rajeunir de dix ans!
Plus on a fumé longtemps - et beaucoup - plus on a de risque de développer des maladies. À l’inverse, plus on arrête tôt - et moins on a fumé - meilleures sont nos chances de récupérer notre santé.


  • L’espérance de vie du fumeur est raccourcie de dix ans.
  • La moitié des fumeurs âgés entre 35 et 69 ans vont mourir des conséquences du tabac.

De l’aide pour arrêter
Au Québec, le taux de tabagisme a diminué de moitié depuis 1985, passant de 40 à 20 % de la population. Vous faites partie de la statistique mais ne voudriez plus l’être? Rappelons qu’il existe quelque 150 centres d’abandon du tabagisme au Québec, dont la plupart sont rattachés à des CLSC et à des hôpitaux. On peut y obtenir de l’aide gratuitement. Pour les trouver, consultez le site www.jarrete.qc.ca.