Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

Le carnet des animateurs

Une planche sous le matelas soulage les maux de dos. Vrai ou faux?

Émission du 18 septembre 2008

FAUX. La croyance relève du folklore! Un matelas dur ne soulage pas les mots de dos. De plus, les matelas trop durs ou trop mous ne maintiennent pas la colonne vertébrale dans une position convenable. Choisir plutôt un matelas ferme et confortable. Rester moins longtemps au lit et pratiquer une activité physique modérée seraient les meilleurs moyens pour soulager les maux de dos.

PRESCRIRE DES MÉDICAMENTS CONTRE LE CHOLESTÉROL AUX ENFANTS DE 8 ANS
Les pédiatres étasuniens recommandent maintenant de donner des statines aux enfants à partir de 8 ans. Les statines font partie des médicaments habituellement prescrits pour soigner les problèmes de cholestérol chez les adultes. Doit-on s'en inquiéter?

Pour le Dr Georges Lévesque, la nouvelle est étonnante, mais pas inconcevable. Ses collègues de l'Institut de Cardiologie de Montréal, l'interniste Marc-André Lavoie et le cardiologue Martin Juneau approuvent une telle approche, mais la réservent toutefois pour les cas sévères.

Parmi ceux-ci, on y trouve des enfants prédisposés génétiquement à développer très jeunes des problèmes cardiaques. Ce sont surtout les enfants dont les parents souffrent déjà d'une maladie cardiaque. En raison de leur santé fragile, ces jeunes patients courent plus de risques de subir des pontages coronariens dès l’âge de vingt ans seulement, précise Georges Lévesque.

Selon sa propre expérience, les médecins soignent déjà de jeunes patients sans avoir été exposés à des problèmes majeurs. Il n'y a donc pas de raison de s'inquiéter quant à la prescription de statines aux enfants à partir de l'âge de 8 ans.

Le problème dans la recommandation étasunienne tient dans l’application du traitement aux statines pour tous les enfants de 8 ans ou plus considérés à risque. Parmi eux, il y a les enfants obèses, diabétiques et tous ceux dont les parents ont subi un infarctus.

Il existe sûrement des méthodes plus efficaces pour faire diminuer le taux de cholestérol, continue le Dr Lévesque. Mais les variables pour les mesurer sont inexistantes. Il cite son collègue Martin Juneau, qui juge l’efficacité d’un traitement en fonction justement de telles données. Par exemple, si on donne des statines à un enfant et que son taux de cholestérol diminue, on tient des variables mesurables.

C’est le contraire qui se passe avec la diète méditerranéenne pour faire baisser le taux de cholestérol. Les bienfaits de l’huile d'olive, des fibres, des légumineuses et de la réduction des portions de viande sont connus. Mais à défaut de pouvoir en mesurer la causalité, les statines restent la méthode la plus sûre d'y arriver.