Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

Le portrait

Maison Kekpart, la créativité contre le décrochage

Émission du 27 novembre 2008

Taxage, gangs de rue, drogue, alcool… À Longueuil, les jeunes affectés par ces problèmes peuvent compter sur une ressource inspirante : la Maison Kekpart. Au cœur de cette réussite, Richard Desjardins, l’homme qui croit que la prévention passe par la création.

«Ici, les jeunes viennent sur une base volontaire, ce qui leur permet de créer leurs rêves, leurs buts, leurs objectifs. Ou de leur en donner un. Souvent, ils n’en ont pas», souligne Richard Desjardins, directeur de la Maison de jeunes Kekpart, située à Longueuil.

«Longueuil, c’est une belle ville, mais c’est aussi une ville défavorisée. C’est la deuxième ville la plus criminalisée au Québec », précise-t-il.

La maison Kekpart a ouvert ses portes en 1981. Richard Desjardins la chapeaute depuis 18 ans, ce qui en fait un des plus anciens directeurs de maisons de jeunes au Québec!

Il n’y en a pas beaucoup des «comme lui», à avoir fait de la prévention chez les jeunes une véritable vocation. «Il faut que tu aimes les jeunes, parce que travailler dans un organisme communautaire, c’est vraiment pas payant!, admet-il. C’est valorisant, par contre. Ce n’est jamais, jamais, routinier. À tous les jours, quand on rentre travailler, on ne sait jamais ce qui va se passer. C’est toujours une surprise.»

Richard Desjardins est aussi un ex-champion de badminton – il a été troisième au Canada – et c’est cette passion qui l’a amené vers la cause des jeunes. Il donnait des cours aux ados et s’est aperçu qu’il était capable de développer de bons liens avec eux, ce qui lui a donné le goût de poursuivre des études en éducation spécialisée.

Il a ainsi découvert l’importance de la prévention, et ce, dès l’âge de 12 ou 13 ans, parce que la consommation de drogues - et les problèmes qui viennent avec… - arrive de plus en plus tôt dans la vie des ados.

«La prévention, c’est 99 % de réussite. La répression, c’est 1 % de réussite. Mais il y a beaucoup plus d’argent dans la répression que dans la prévention!, dénonce Desjardins. Moi, après dix-huit ans de service à la Maison de jeunes, je vois les résultats de la prévention. Le jeune de 15 ans, qui en a 30 aujourd’hui, j’ai vu son cheminement… familial, scolaire, en amour, par rapport à sa consommation. Je vois vraiment les avantages.»

Moi, ma musique
À la maison Kekpart, c’est par la création qu’on fait de la prévention. Les jeunes peuvent réaliser leur propre projet -, «leur plan de rêve», dit-on à la Maison - avec le soutien des animateurs et des intervenants. Photo, graphisme, vidéo, musique… Toute une série d’ateliers sont offerts aux jeunes. La maison s’est équipée en conséquence et possède même son propre studio d’enregistrement! Chaque projet, individuel ou en équipe, s’étale sur une période d’une année, au terme de laquelle le jeune fait une présentation devant public : spectacle de musique, projection de court-métrages ou de vidéoclips, etc. Les jeunes reprennent confiance en eux-mêmes; les parents, aussi.

Pour arriver à mettre sur pied un tel projet, qui nécessitait un agrandissement du centre et donc des investissements massifs, Richard Desjardins a dû miser sur la constance et la discipline, des aptitudes acquises pendant son entraînement au badminton. «Trois ans d’efforts, à 50-60 heures par semaine, sans vacances. On a tout fait ça en équipe, pour les jeunes de la ville de Longueuil. C’est cette discipline qui m’a permis de persévérer.»
Par le fait même, c’est aussi ce que Richard Desjardins a transmis à «ses» jeunes : persévérer, se prendre en main, en créant des projets à son image.

Maisons de jeunes : un concept québécois.
Le saviez-vous? Les maisons de jeunes ont été «inventées» au Québec. Elles ont été mises sur pied il y a 30 ans pour offrir du soutien et briser l’isolement des jeunes.

On en compte près de 150 réparties dans presque toutes les régions du Québec. On peut trouver leurs coordonnées sur le site du Regroupement des maisons de jeunes du Québec : http://www.rmjq.org/