Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

Le carnet des animateurs

Médecine: féminisation de la profession

Émission du 27 novembre 2008

Au Québec, dans les facultés de médecine, 70 % des étudiants sont des filles. Dans une édition récente de L’Actualité médicale publiée en octobre 2008, la docteure Monique Boivin, une pionnière en matière de féminisme médical, s’inquiète de la féminisation à outrance de la pratique. Pourquoi?

Les propos du médecin s’articulent autour de trois éléments. Elle craint une pénurie de main-d’œuvre dans des spécialités typiquement masculines, comme l’orthopédie et la neurochirurgie. Elle se questionne aussi sur l’avenir de la profession, qui pourrait être dévalorisée et moins bien payée, parce que les femmes sont moins revendicatrices et militantes que les hommes. Les femmes consacrent également plus de temps à leur famille, ce qui pourrait avoir des répercussions sur la pratique, notamment le temps consacré à la recherche.

Un propos pour le moins étonnant venant de la part d’une féministe! D’autant plus que ce que l’on constate, dans le milieu, c’est que les jeunes médecins, contrairement aux plus âgés, veulent eux aussi concilier travail et famille.

Mais comment expliquer ce déséquilibre des sexes dans les universités? Une question de notes? Les deux médecins responsables des admissions dans les facultés de médecine de l’Université de Sherbrooke et de l’Université Laval (qui sont des hommes, d’ailleurs…) disent que les candidatures des filles et des garçons, en général, s’équivalent. Par contre, il y a beaucoup moins de demandes provenant des garçons que des filles; dans une proportion d’environ 35 % et de 65 %. Les gars s’intéresseraient donc moins à la médecine qu’auparavant.

Ce qu’il faut également souligner, c’est que les postes qu’on dit moins attrayants pour les femmes, en syndicalisme ou en recherche, sont généralement comblés par des médecins plus âgés, en fin de carrière. Comme la féminisation de la médecine est un phénomène relativement nouveau, on peut penser que ces choses-là vont se placer d’elles-mêmes avec le temps…

Boire beaucoup d’eau empêche la peau de rider. VRAI OU FAUX?
FAUX. S’il est vrai que s’hydrater, c’est important pour la santé, ça ne vous empêchera pas pour autant d’avoir des rides… Le mythe coule sans doute de la même source que celui qui dit qu’il faut boire huit verres d’eau par jour. Les preuves scientifiques qui associent la santé de la peau à la quantité d’eau absorbée sont inexistantes. Boire beaucoup d’eau n’élimine pas les rides et n’empêchent pas le vieillissement.

Ressources
New York Times – Drinking a lot of water is good for your skin