Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

La question du public

Mononucléose, la maladie du baiser?

Émission du 4 décembre 2008

Expert invité : Dr Serge Montplaisir, microbiologiste, Université de Montréal

Quelle est la différence entre une grande fatigue et une mononucléose?
Mieux connue sous le nom de la «maladie du baiser», la mononucléose est une maladie virale souvent transmise par des sécrétions malignes présentes dans la salive. Cette maladie se caractérise par une grande fatigue généralisée. La majorité des gens en souffriront, de façon plus ou moins accentuée, un jour ou l’autre.

Un méchant virus
La mononucléose est causée par le virus Epstein-Barr (VEB). Ce dernier s’attaque au système immunitaire, provoquant notamment maux de gorge et inflammation des ganglions. Lorsque la mononucléose apparaît, on peut généralement palper toute la chaîne de ganglions de chaque côté du cou.

Les symptômes
- un gonflement périorbitaire des yeux, c.-à-d. autour de l’orbite de l’œil
- des troubles digestifs et des maux de ventre
- des nausées et des vomissements
- des douleurs musculaires et des courbatures
- des frissons et de la fièvre
Comme ces symptômes peuvent révéler plusieurs maladies, des analyses sont nécessaires pour diagnostiquer une mononucléose. On procédera donc à un prélèvement des sécrétions de la gorge et à des analyses sanguines (résultat en 24 heures).

Un bobo d’ados?
Ce sont surtout les adolescents et les jeunes adultes (15-30 ans) qui en souffrent.
À 30 ans, près de 80 % de la population aura eu la mononucléose, avec ou sans symptômes, et est donc immunisée contre la maladie.

La maladie du baiser…
La mononucléose porte bien son nom; elle se transmet bel et bien par la bouche. Lorsqu’on s’embrasse, on n’échange pas seulement de la salive, mais aussi des sécrétions provenant du pharynx, situé derrière la gorge. La mononucléose se transmet par contact direct avec le virus (bouche) mais aussi par contact indirect (éternuements, mains).

Évolution de la maladie
L’évolution et la sévérité de la maladie varient d’une personne à l’autre, notamment en fonction de l’hérédité et de l’état du système immunitaire.

La période d’incubation dure entre trois et quatre semaines. Lorsque la maladie se déclare, elle provoque frissons, fièvre et douleurs musculaires pendant environ deux à trois semaines. La convalescence s’étale ensuite sur trois à quatre semaines. Il est extrêmement rare de traîner une mononucléose pendant plus d’un an. Les cas de mortalité sont à peu près inexistants.

Ni vaccin, ni traitement
La mononucléose est une infection virale contre laquelle il n’existe ni vaccin, ni médicament. Presque 100 % des malades guériront spontanément avec le repos. Plan de match : sommeil, diète équilibrée (trois petits repas par jour en raison du mal de gorge), bonne hygiène générale (se brosser les dents et se rincer la bouche fréquemment).

Chez de nombreux malades, la rate peut enfler, d’où un certain risque de rupture. Mot d’ordre : repos et aucun sport violent!