Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

Le portrait

Maison Oxygène, un nouveau souffle pour les pères monoparentaux

Émission du 4 décembre 2008

La Maison Oxygène est le seul endroit au Québec qui accueille les pères en détresse avec leurs enfants. Yvon Lemay, intervenant, s’y dévoue depuis 15 ans. Son message? Il suffit de tendre la main et d’offrir un répit à ces hommes troublés pour qu’ils retrouvent leur dignité et, surtout, la confiance et l’affection de leurs enfants. Plaidoyer pour la cause des pères.

«Il y a toutes sortes de situations qui font que tu peux te retrouver en détresse, sur le bord de la rue, avec ton sac vert dans une main et ton petit dans l’autre main», explique Yvon Lemay. Pourtant, même dans cette situation, bien des hommes hésitent à demander de l’aide, tournant autour de la Maison pendant 3 jours avant d’oser frapper à la porte… «Les gars ont honte, alors ils attendent à la dernière minute, souligne l’intervenant. Mais être dans l’urgence, avec des enfants, c’est dramatique!».
Yvon Lemay parle en connaissance de cause. Il a lui-même connu une grande détresse; la mère de son enfant, qui souffrait de graves problèmes de santé mentale, s’est suicidée alors que ce dernier était adolescent. «J’ai consulté, j’ai demandé de l’aide à ce moment-là. Alors je comprends très bien ce qui arrive quand un gars a le courage de cogner à notre porte.»

La Maison Oxygène accueille cinq pères à la fois pour une période de trois mois, le temps de reprendre correctement sa vie en main. Chaque petite famille a sa chambre privée, et même son propre frigo dans la cuisine commune. «Mais on demande aux pères de ne pas vivre dans leur chambre, précise Yvon Lemay. Quand ça ne va pas bien, la pire chose à faire, c’est de s’isoler.»

Les pères viennent à la Maison Oxygène sur une base volontaire, une condition de réussite sine qua non selon l’intervenant. Ils y trouvent une sécurité, une solidarité et le soutien d’intervenants capables de les diriger vers les ressources disponibles pour les aider, dont les AA, les thérapies pour la violence conjugale, l’aide au logement.

Toucher le fond
Avant leur passage à la Maison Oxygène, Jean-Claude Fournier et sa fille habitaient une île, sans accès à une douche ni à l’école. «On avait vraiment touché le fond», admet Jean Claude. Malgré cela, il refusait d’aller à la Maison Oxygène parce qu’il ne pourrait pas y consommer. Il a finalement cédé aux pressions de sa fille, a repris sa vie en main, et regagné la confiance de son enfant. «C’est comme si j’avais retrouvé mon papa, dit Carole-Ann.

Ça fait maintenant 3 mois qu’il a arrêté de consommer et chaque jour j’en suis fière. Je suis contente qu’on soit toujours ensemble malgré tout ce qui est arrivé.» Reprendre sa vie en main ne se fait pas du jour au lendemain, mais le changement commence à s’opérer dès l’arrivée à la Maison Oxygène, soutient Yvon Lemay.

«Après une semaine, les gars vont dire que, même s’ils n’ont encore rien réglé, ils ont 200 livres de moins sur les épaules! Parfois, même après seulement trois jours, le bébé qui avait tout le temps l'air renfrogné commence à sourire et à te faire des signes. C'est l’une des plus belles récompenses qu'on peut avoir comme intervenant, de se dire qu'on a contribué à ça.»

Soutenir les pères, pour Yvon Lemay, c’est rétablir et renforcer une relation qui n’appartiendra jamais au passé… «On peut arriver à faire le deuil d’une ex-copine, mais des ex-enfants, ça n’existe pas! On est père ou on est mère pour la vie. Si je sors d’une cure de désintoxication dans six mois, je ne serai plus toxicomane, mais je serai toujours père.»

Place aux pères!
Faute de place, la Maison Oxygène doit refuser l’accueil à une centaine de pères et à quelque 200 à 300 enfants chaque année. L’organisme voudrait ouvrir cinq autres maisons à travers le Québec, mais elle manque de fonds pour le faire. Pour soutenir le projet de la Maison Oxygène, on peut faire un don par l’intermédiaire de Centraide ou directement à la Maison Oxygène.

Ressources
Maison Oxygène
No téléphone : 514-523-9283

Téléphonez à la Maison Oxygène pour connaître l'horaire des portes ouvertes.  Yvon Lemay reçoit également les dons.