Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

Le portrait

Francine Décary: le sang à coeur

Émission du 22 janvier 2009

Les années 1980 ont été marquées par le scandale du sang contaminé : on découvre que des milliers de Canadiens ont été infectés par le virus du sida et de l’hépatite C à la suite d’une transfusion sanguine. La Croix rouge perd toute crédibilité auprès de la population. Aujourd’hui, 94 % des Québécois font confiance à Héma-Québec, qui a pris la relève de l’organisme. Une spectaculaire remontée, qui repose largement sur le travail acharné de Francine Décary.

« Est-ce que c’était un défi de créer Héma-Québec?, s’interroge Francine Décary. J’imagine que oui! Mais, d’une certaine façon je ne l’ai jamais senti comme ça. C’était un défi, mais c’était tellement excitant. L’été 1998 restera toujours le plus bel été de ma vie sur le plan professionnel. Tout était à créer. »

Fille de médecin, médecin et hématologue, spécialiste des banques de sang, et dotée d’une rare énergie, Francine Décary possède tout le bagage nécessaire pour redonner ses lettre de noblesse à une cause presque désespérée.

Première leçon : apprendre des erreurs. « L’une des causes du scandale du sang contaminé, c’est que la communauté médicale a tardé à réaliser que le VIH se transmettait par transfusion. Il a fallu des années avant que des tests soient mis en place. »

Dès la création d’Héma-Québec, on a investi massivement dans la sécurité. On a pris des mesures pour tenter de contrer la transmission de la maladie de la vache folle. On a mis en place des tests performants pour détecter VIH et hépatite C. On a construit de nouvelles installations et on les a doté d’une instrumentation moderne. On a aussi resserré certains critères de sélection du don de sang (interdiction de voyage).

Tablant sur ses faits, l’organisme peut maintenant redorer son blason auprès de la population. « On n’a pas fait une campagne de branding pour Héma-Québec, explique Francine Décary. On a fait une campagne de branding pour le don de sang. On a voulu donné aux bénévoles et à la population leur propre logo : La collecte. C’est la collecte du maire, la collecte du club de Chevalier de Colomb, etc. L’idée est que la population s’approprie l’approvisionnement en sang. »

« On a été en mesure de rétablir la confiance du public envers quelque chose qui est extrêmement important : le don de sang, poursuit Francine Décary. L’approvisionnement en sang, il n’est pas seulement perçu comme sécuritaire, il EST sécuritaire. »

Aujourd’hui, 94% des Québécois font confiance à Héma-Québec. Le nouveau défi consiste à maintenir cette confiance.

« La mission d’Héma-Québec, c’est vraiment, d’une certaine façon, MA mission personnelle. J’y trouve mon bonheur. Ça me tente de rentrer au travail le matin, ça m’apporte beaucoup. Et c’est encore comme ça après dix ans.»

Pour donner son sang
Les produits sanguins ont une faible durée de vie. Afin de maintenir les stocks, Héma-Québec doit donc recueillir le sang de 1000 donneurs six jours sur sept. Pour connaître les lieux et dates des prochaines collectes, visitez le site officiel d'Héma-Québec.

Ressources
Héma-Québec