Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

La question du public

Apnée du sommeil, dangereux?

Émission du 5 février 2009

Question : J’ai l’impression que mon conjoint fait de l’apnée du sommeil. Existe-t-il des traitements ?
Beaucoup de personnes vivent sans le savoir avec l’apnée du sommeil. On évalue qu’entre 5 et 20 pour cent de la population souffre de ces arrêts respiratoires qui surviennent durant la nuit.

Experte invitée : Emmanuelle Paré Montreuil, inhalothérapeute, Association pulmonaire du Québec

Qu’est-ce que l’apnée du sommeil?
L’apnée obstructive du sommeil se manifeste par de courts arrêts respiratoires, des pauses de quelques secondes qui se produisent pendant la nuit. Les voies respiratoires supérieures sont en cause; elles s’affaissent, bloquent la respiration et provoquent l’apnée.

L’apnée du sommeil n’entraîne pas d’arrêt respiratoire complet! Un message est systématiquement envoyé au cerveau pour relancer la respiration.

Il faut toutefois consulter et se faire traiter pour éviter des problèmes de santé plus graves : hypertension artérielle, insuffisance cardiaque, diabète, voire infarctus. L’apnée du sommeil est aussi associée à un risque plus élevé d’accidents de travail et de la route.

Ce trouble affecte souvent gravement la qualité de vie des personnes atteintes, tant au niveau personnel que professionnel : manque d’énergie, difficulté de concentration, fatigue et irritabilité, etc.

En souffrir ou pas : comment savoir?
Les principaux symptômes de l’apnée du sommeil sont : une somnolence excessive durant la journée, des difficultés de concentration, des pertes de mémoire, des maux de tête le matin, une grande fatigue, etc. Si vous avez beaucoup de difficulté à rester éveillé durant la journée et que vous ressentez encore beaucoup de fatigue après une longue nuit de sommeil, consultez!

Ces symptômes se manifestent de façon régulière; le manque d’énergie et la grande fatigue sont chroniques. Comme la personne atteinte ronfle beaucoup pendant la nuit, c’est souvent le conjoint ou la conjointe qui sera le premier à soupçonner le problème.

Le diagnostic
À quel moment consulter? Aussitôt que vous constatez ces symptômes! Le médecin pourra poser un diagnostic en ayant recours, notamment à un test appelé l’échelle de somnolence d’Epworth, qui mesure la tendance à l’assoupissement.

Pour confirmer le diagnostic, on procède ensuite à un test en laboratoire : une polysomnographie. Il s’agit d’une analyse complète du sommeil; le patient passe donc une nuit complète en clinique. À l’aide de différents appareils, on mesurera la respiration, les mouvements thoraciques, les différents stades de sommeil, etc. On enregistrera aussi ces pauses respiratoires, ce qui permettra de poser un diagnostic clair.

Traiter l’apnée du sommeil
Il existe plusieurs traitements pour l’apnée du sommeil, dont le recours à un appareil à pression positive continue (PPC). Cet appareil est installé au chevet du lit et envoie, grâce à un masque placé sur le visage du patient, un flux d’air continu qui maintient les voies aériennes supérieures ouvertes pendant le sommeil. En empêchant leur affaissement, il n’y aura plus d’arrêts respiratoires. Et le patient profitera enfin d’un sommeil récupérateur.

Ressources
L’apnée du sommeil – Association pulmonaire du Québec
Téléphone : 1 800 295-8111

Vidéo – Appareil contre les apnées constructives

Centre hospitalier du Luxembourg – Laboratoire du sommeil