Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

Le portrait

Michel Lemay, spécialiste de l'enfance

Émission du 5 février 2009

À  77 ans, le  pédopsychiatre Michel Lemay poursuit toujours  son oeuvre à l’Hôpital Sainte-Justine.  Spécialiste reconnu mondialement, le Dr Lemay est aussi, et même avant tout, un formidable grand-père pour les enfants qu’il soigne, quitte à marcher à quatre pattes avec eux! Rencontre avec un virtuose de la communication avec les enfants.

 «Dès l’âge de 14 ans, je savais que j’allais m’occuper des jeunes, raconte le Dr Lemay. Pas très loin de la ville où j’habitais, il y avait un centre qui regroupait des jeunes bousculés par la guerre; certains avec des problèmes d’adaptation sociale; d’autres, parce que leurs parents avaient été sous les bombes. Et je m’étais dit que je m’occuperais d’enfants, je ne savais pas comment, mais je m’en occuperais.»

Chose dite, chose faite. À 77 ans, Michel  Lemay poursuit encore sa mission auprès des enfants en difficulté et n’hésite pas à s’asseoir par terre avec eux pour mieux les comprendre. «Il y a deux voies royales pour comprendre le monde intérieur de l’enfant, et ce n’est pas le langage. C’est très certainement le dessin, mais aussi le jeu. Par ces biais-là, l’enfant nous dit souvent beaucoup plus de choses que par le verbal.»

Un exemple frappant d’horreur et de vérité : le dessin effectuée par une fillette violée, avec le nom de l’agresseur en haut de page. La fillette s’y est représentée, les yeux pleins d’angoisse, la bouche qui crie au secours, les organes génitaux blessés, marqués de rouge.

Le Dr Lemay utilise aussi beaucoup le jeu pour communiquer avec l’enfant. Chaque activité dure une dizaine de minutes; le but étant de placer l’enfant dans différentes situations qui permettront d’évaluer tour à tour sa concentration, sa motricité, son imaginaire, etc. Lors d’un psychodrame - une mise en scène libre et spontanée, avec jeux de rôle - la créativité s’exprime, les émotions surgissent, parfois à quatre pattes sur le plancher!

«Plus encore que son immense connaissance, c’est la facilité avec laquelle il entre en contact avec les enfants dont j’ai pu profitée, témoigne Sylvain Palardy, pédopsychiatre à l’Hôpital Sainte-Justine. Il est parfois tellement touchant; c’est vraiment un homme qui a une sensibilité particulière aux enfants.»

Ce ne sont pas tous les spécialistes de l’enfance qui font preuve d’une telle empathie et générosité. Pour le Dr Lemay, rien de pire que certaines formules de psychologie populaires, aux allures de pronostics, pour tuer dans l’œuf tout espoir de sauver un enfant d’un sombre avenir.

«Il y a des slogans terribles dans notre métier, hein? ‘Tout ce joue avant six ans’. C’est faux. ‘Si on a manqué de père, on manque le fils’. C’est faux. ‘Si on a été négligé, on négligera». C’est faux. «Si on est dans un milieu délinquant, on deviendra délinquant» C’est faux. Ça ne veut pas dire qu’on ne court aucun risque. Mais, il n’empêche, si  nous ne croyons pas en la capacité évolutive d’un enfant, il ne faut certainement pas choisir ce métier!»

«Il n’y a pas un enfant identique à un autre. Chaque fois, c’est une sorte de livre qui s’ouvre avec de nouvelles lignes, de nouvelles pages, de nouveaux chapitres. Et cela est un ressourcement absolument extraordinaire.»