Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

La question du public

Réveillez-vous: faut-il prendre ou non des somnifères?

Émission du 19 février 2009

Expert : Jean-Louis Brazier, pharmacologue
« J’ai de la difficulté à dormir. Les somnifères en vente libre peuvent-ils m’aider?»
(FRANCINE ST-PIERRE, MONTRÉAL)

On trouve deux types de produits en vente libre pour aider à dormir : des médicaments et des produits de santé naturels.

Les médicaments en vente libre contiennent généralement de la diphénhydramine, une molécule qui a de multiples activités du point de vue pharmacologique.

Plusieurs produits de santé naturels sont disponibles, dont la mélatonine et des extraits de plantes comme la valériane et la passiflore.

Le chlorydrate de diphénhydramine
Le chlorydrate de diphénhydramine est surtout utilisé comme antihistaminique, pour lutter contre les allergies. On le retrouve donc dans des médicaments comme le Benadryl. Le Gravol, utilisé contre les nausées, est aussi un dérivé.

Le chlorydrate de diphénhydramine possède un puissant effet secondaire : la somnolence. C’est un relaxant du système nerveux central; il calme et procure une certaine sensation de flottement. On se sent « comme sur un nuage ». Par contre, il faut savoir que le type de sommeil apporté par cette substance est peu réparateur.

Personnes sensibles, attention.
Cette molécule est métabolisée par un enzyme présent dans le foie. Mais près de 10% de la population québécoise ne possède pas cet enzyme. La même dose provoquera donc un très long sommeil ou des effets secondaires désagréables.

Certaines personnes avec une condition de santé particulières doivent aussi éviter ce médicament : femme qui allaite, problème de prostate, asthme, glaucome, etc.

La mélatonine
La mélatonine est une hormone sécrétée pendant la nuit par la glande pinéale, située dans le cerveau. Cette hormone sert à synchroniser les rythmes circadiens (jour/nuit).

En cas d’insomnie primaire, lorsqu’on constate des problème de sécrétion de mélatonine, et donc de désynchronisation des rythmes circadiens, la mélatonine peut être fort efficace, mais il est impossible de poser soit-même ce diagnostic. Mieux vaut consulter un médecin avant de prendre de la mélatonine à plus long terme.

La mélatonine peut aussi être utilisée pour contrer les effets du décalage horaire (surtout, d’après les études, quand on traverse au moins quatre fuseaux-horaires dans le sens Ouest-Est). On prend la mélatonine avant de se coucher à l’arrivée. Chez la majorité des gens, cela fonctionne bien.

Les extraits de plantes
La plus populaire, et la plus efficace, est la valériane. On utilise des extraits de la racine de la plante. Elle agit un peu comme la benzodiazépine (ex. : Valium) en ralentissant l’activité entre certains neurotransmetteurs. C’est ce qu’on appelle un effet anxiolitique. On la prend environ deux heures avant de se coucher. À long terme, elle peut entraîner un effet pervers… de l’insomnie. Il faudra donc diminuer progressivement les doses.

Des études ont démontré que la passiflore a des effets similaires à la valériane. Utilisée seule, elle ne serait toutefois pas suffisamment puissante pour induire le sommeil. C’est pourquoi on la retrouve souvent en combinaison avec d’autres plantes.

Pour insomniaques « secondaires » uniquement
Ces produits ne devraient être consommés que sur une courte durée (pas plus de quatre semaines) et seulement en cas d’insomnie secondaire, c’est-à-dire « secondaire » à un facteur tel qu’une maladie, la prise de médicaments, un excès de caféine, un repas trop copieux ou encore des soucis occasionnels.

L’insomnie primaire est provoquée par des problèmes physiologiques, et doit être diagnostiquée par un médecin en clinique du sommeil.

Évitez également de combiner ces produits à d’autres relaxants du système nerveux central et, évidemment, de conduire après en avoir consommés!