Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

Le carnet des animateurs

Téléphone cellulaire et l'effet "Popcorn"

Émission du 26 mars 2009

Oui, en effet! À l’origine de ce canular : une compagnie qui fabrique des oreillettes qui utilisent la technologie Bluetooth qui a réussi là un excellent coup de marketing!

L’idée : si les cellulaires émettent suffisamment d’ondes électromagnétiques pour faire éclater un grain de popcorn, ils pourraient nous brûler le cerveau. D’où la nécessité de se procurer des oreillettes.

Évidemment, cette vidéo est le résultat d’un habile montage. Grosso modo, on filme les cellulaires avec le grain de popcorn puis on arrête la caméra, on remplace le grain de popcorn original par un grain éclaté, et on repart la caméra. D’autres ont repris le canular et montré qu’on pouvait aussi faire éclater le popcorn en plaçant le moteur d’un micro-ondes sous une table et en le déclenchant par une minuterie à distance.

Il est vrai que les cellulaires émettent des ondes semblables à celles des micro-ondes, mais il faut se rappeler qu’il s’agit de quantités infimes et qu’elles sont donc sans danger pour la santé.

Jusqu’à maintenant, aucune recherche n’a démontré que les cellulaires avaient des effets néfastes sur le cerveau. Une vaste étude sur le lien cellulaire-cancer est actuellement en cours dans 13 pays. En attendant les résultats, certains chercheurs se sont déjà prononcés en faveur de l’adoption de quelques précautions : utiliser un système mains libres, ne pas autoriser les enfants de moins de 12 ans à s’en servir et ne pas porter l’appareil à la ceinture, en particulier pour les femmes enceintes.

Pour l’étude sur le cancer, voir le Centre international de recherche sur le cancer
http://www.iarc.fr/

Porter une casquette peut accélérer la calvitie.vrai ou faux?
FAUX. La casquette, comme n’importe quel chapeau, n’a rien à voir avec la chute des cheveux. La calvitie commune, dite «alopécie androgénogénétique», est héréditaire dans 95 % des cas. Chez les personnes affectées, les follicules pileux sont hypersensibles à une hormone dérivée de la testostérone. Les cycles capillaires sont plus fréquents; les cheveux poussent et s’amincissent ainsi plus rapidement puis finissent par tomber.