Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

Le carnet des animateurs

Faut-il éviter la charcuterie à cause des nitrites ?

Émission du 24 septembre 2009

Faut-il arrêter de mettre des sandwichs au jambon dans la boîte à lunch des tout-petits? Le Fond mondial sur le cancer recommande, en effet, d’éviter de donner des charcuteries aux enfants. Alarmiste ou réaliste?

C’est un secret de polichinelle : les charcuteries et les viandes préparées sont très salées. Or, le sel est un facteur de risque de l’hypertension artérielle, et donc de maladies cardiovasculaires.
Les charcuteries contiennent aussi des nitrites, des substances chimiques utilisées pour la conservation et l’apparence des produits. Les nitrites sont associés aux cancers du système digestif, dont le cancer colorectal. Le fait n’est pas nouveau : plusieurs études effectuées au cours des années 1980 et 1990 ont établi un lien entre la consommation des viandes rouges et des charcuteries et le risque de cancer colorectal.

Le risque de cancer du côlon augmente de 20 % si on consomme 20 grammes de charcuterie par jour. Sauf que si le risque de départ est de zéro, il restera… à zéro. Autrement dit, un enfant qui mange un sandwich au jambon de façon occasionnelle ne développera pas un cancer l’année suivante…

L’objectif du Fonds mondial de la recherche contre le cancer est plutôt de prévenir la maladie en inculquant aux enfants de saines habitudes alimentaires.
On recommande de limiter la consommation de charcuterie à 70 grammes par semaine, soit l’équivalent de 2 sandwichs au jambon.
Il existe également sur le marché des charcuteries sans nitrites, mais elles sont plus chères.