Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

Le portrait

Linda Gauthier, «agente de changement»

Émission du 3 décembre 2009

Battante dans l’âme, Linda Gauthier ne s’est pas laissée abattre par la sclérose en plaques, une maladie dégénérative qui l’a frappée il y a 13 ans. Les nombreux obstacles rencontrés depuis lors sont devenus autant de luttes qu’elle a menées au nom des personnes handicapées. Elle milite pour améliorer l’accès aux lieux publics pour ceux qui doivent se déplacer en fauteuil roulant. En donnant un sens à sa maladie, Linda Gauthier, qui se définit comme une «agente de changement», a aussi donné un sens à sa vie.

«Métro Chèvrefils, c’est le premier marchand qui a bien voulu répondre à mes requêtes», se félicite Linda Gauthier, en empoignant un clavier Interac muni d’un long fil boudiné. Aujourd’hui, pour prévenir le vol, beaucoup de ces claviers ont été fixés à leur support…. ce qui les rend extrêmement difficiles, voire impossibles, à utiliser pour les personnes en fauteuil roulant.
Rue Mont-Royal, le magasin L’Aubainerie a aussi prêté l’oreille aux revendications de Linda Gauthier. Les portes sont désormais munies d’une pastille qui permet leur ouverture automatique. L’agente de changement s’intéresse aussi à l’aménagement urbain; dos d’âne, descentes de trottoirs et autres équipements municipaux nuisent parfois au passage des fauteuils. Qu’à cela ne tienne, elle défend sa cause devant les élus et les fonctionnaires. Et n’hésite jamais à s’appuyer sur la Commission des droits de la personne du Québec.
«Si je ne le fais pas, qui va le faire ?», lance Linda Gauthier.

La maladie l’a rendue «plus combattante que jamais», confie-t-elle, l’égocentrisme en moins. Elle investit maintenant sa force de négociation au service de la cause, pas seulement de sa personne. Courageuse, Linda Gauthier ? «Ça me met de la pression quand on me dit que je suis courageuse, dit-elle. Comme si je n’avais pas le droit à l’erreur, pas le droit de pleurer.»

Son conjoint, Yves, est là pour lui prêter son épaule. Linda sait qu’elle peut compter sur lui, mais la confiance ne s’est pas installée instantanément. La question a hanté Linda pendant longtemps : comment un homme de belle apparence, de 11 ans son cadet, pourrait-il vraiment tomber an amour avec elle, une femme handicapée, atteinte d’une maladie incurable et dégénérative ? «Ça a simplement adonné comme ça, raconte Yves. Linda, c’est mon complément. Elle est super jolie, super belle … Elle m’apporte plein de bonheur, plein de petites choses.»
«Il m’a regardée bizarrement la première fois, se rappelle Linda. Il m’a regardée comme une femme, pas comme une femme en fauteuil, pas comme une personne handicapée. Ça m’a bouleversée profondément.»

Les années ont passé : Yves et Linda sont un couple solide, et solidaire, jusque devant la mort. Linda a mis carte sur table avec son conjoint quant à l’évolution de sa maladie : pas question pour elle de finir ses jours dans la déchéance, au CHSLD, avec pour seule consolation la visite hebdomadaire de son conjoint. «Un jour, il y a aura un aller-simple pour la Suisse», tranche-t-elle. À moins que les choses, d’ici là, aient changé, que le suicide assisté ait été légalisé. Linda Gauthier livrera peut-être alors son ultime combat.

Ressources

Vous pouvez joindre Linda Gauthier au 514-690-8204 ou lui écrire à l'adresse suivante : alys11@videotron.ca