Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

Le portrait

Le Dr Yves Lambert décrypte les ados

Émission du 7 janvier 2010

D’après les enquêtes, les ados d’aujourd’hui seraient plus heureux que ceux des générations précédentes. Plus heureux, et aussi plus près de leurs parents. Mais ils ne le montrent pas toujours ! En fait, on a plus souvent l’impression qu’ils sont difficiles à atteindre… Le Dr Yves Lambert, médecin de famille au Centre jeunesse de la Montérégie, les côtoie depuis 30 ans. Mode d’emploi pour mieux comprendre les ados.

«Bonjour René-Pierre. Qu’est-ce que je peux faire pour toi aujourd’hui ?», demande le Dr Lambert.
«C’est pas pour moi, c’est mon père qui a des questions pour vous ! Il ne me comprend plus ça d’l’air !», rétorque l’adolescent.
«Quelles sont ces questions ?»

René-Pierre : Pourquoi les ados sont-ils toujours de mauvaise humeur ?

Dr Lambert : «Les adolescents ne sont pas TOUJOURS de mauvaise humeur mais ils le sont SOUVENT. Ça tient à la difficulté de la nouvelle vie qu’ils découvrent. Quand on est enfant, on a l’impression que notre père et notre mère sont les plus parfaits au monde. Quand on arrive à l’adolescence, on se rend compte qu’ils ont des défauts. Et qu’il y a de l’injustice dans le monde ! Le monde n’est pas aussi parfait que l’image enfantine qu’on voulait nous donner.»
«Il y a aussi l’effet des hormones et des neurotransmetteurs. Il y a une inondation de neurotransmetteurs; entre autres, de sérotonine. La sérotonine est impliquée dans la dépression; elle amène toutes sortes de changements au niveau de l’humeur. Ça prend un certain temps avant que les connexions nerveuses se réorganisent, que les choses redeviennent un peu simples et plus sereines dans la tête de nos adolescents.»

René-Pierre : Pourquoi les ados n’utilisent-ils que trois mots de vocabulaire ?

Dr Lambert : «Trois mots de vocabulaire, c’est surtout avec nous ! Quand ils sont avec leurs amis, il y a quand même beaucoup d’informations qui passent !»
«Les adolescents parlent peu ou pas à leurs parents parce qu’ils ont une tâche à faire : devenir des êtres autonomes. Pour ce faire, ils doivent se séparer de la relation particulière qu’ils ont développée avec leurs parents. Nous ne sommes donc pas tout le temps les bons interlocuteurs!»
«Les adolescents font beaucoup d’erreurs cognitives dans le décodage des messages envoyés. Ils vont penser qu’un professeur leur en veut, alors que ce n’est pas du tout la réalité. Ça fait partie des apprentissages. Et ils ont avantage à les faire s’ils veulent comprendre ce que leur future blonde essaiera de leur dire…

René-Pierre : Pourquoi les ados dorment-ils jusqu’à midi ?

Dr Lambert : «Les ados dorment jusqu’à midi parce qu’ils ont besoin de dormir jusqu’à midi ! C’est une période d’apprentissage intense; les phases du sommeil vont aider à intégrer ces différents apprentissages. Leur horloge biologique est aussi en décalage; ils se couchent et se lèvent plus tard. Ce qui questionne le fait que les cours commencent à 7 h 30 le matin plutôt qu’à 9 h 30 ou 10 h…»
«Mais si nos adolescents restent réveillés jusqu’à 3 h ou 4 h du matin parce qu’ils ont ‘chatté’ toute la nuit, naturellement on va se trouver avec un problème… Si on continue à décaler le sommeil de plus en plus tard, on comprendra qu’ils auront de la difficulté à se lever quand ils arriveront à l’âge adulte. Le recalage normal se fait à ce moment-là. Et on aura des gens qui arriveront systématiquement en retard à leur emploi...»

René-Pierre : Pourquoi les ados prennent-ils des risques inutiles ?

Dr Lambert : «La prise de risques est quelque chose d’inhérent à la vie de l’adolescent. Ça fait partie des choses qu’il doit apprendre; il doit comprendre où sont ses limites.»
«L’adolescent devient beaucoup plus rapidement mature sur le plan biologique que sur le plan neurologique. Les conséquences de ses actes, c’est quelque chose qu’il ne voit pas, qu’il ne peut pas percevoir. ‘Comment ça se fait que je suis tombée enceinte? Je l’ai fait juste une fois ?’ Il est incapable de se projeter dans le futur. Il y a une immaturité neurologique et il nous faut, comme adulte, compenser cet aspect-là.»

René-Pierre : Quand se termine l’adolescence ?

Dr Lambert : «On est capable de placer assez bien le début de l’adolescence, mais la fin, c’est beaucoup plus problématique ! Françoise Dolto disait que c’est le moment où tu es capable d’envoyer promener tes parents sans te sentir coupable... C’est peut-être une définition intéressante mais, si c’est le cas, il y a encore beaucoup de gens qui ne sont pas sortis de l’adolescence !»
«La fin de l’adolescence correspond au moment où on arrive à être relativement autonome, où on est en interdépendance avec notre milieu. Tout n’est pas noir, tout n’est pas blanc. Il y a beaucoup de gris.»
«La période d’adolescence s’est prolongée. Les adolescentes étaient menstruées vers l’âge de 16 ½ - 17 ans au milieu du 19e siècle. Maintenant, c’est à 12 ans et demi. Et en même temps, nos adolescents restent dépendants de leurs parents beaucoup plus longtemps. Alors je ne sais pas au juste quand ça se termine …»