Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

La question du public

L'amiante

Émission du 4 février 2010

«Doit-on s'inquiéter de la présence d'amiante dans nos édifices publics au Québec ?»

Expert invité : Dre Louise De Guire, médecin-conseil, Institut national de santé publique du Québec

Qui est à risque ?

L'amiante présente un danger pour la santé des travailleurs dans certaines industries, mais le risque d'exposition pour la population en général est beaucoup plus faible. Le risque de développer une maladie associée à l'amiante est directement proportionnel à la durée d'exposition au cours d'une vie et à la quantité d'amiante respirée par un individu. Or, ce sont surtout les travailleurs de la construction et de la rénovation qui sont le plus souvent exposés à la fibre d'amiante, en raison de la présence de ce matériau dans de nombreux bâtiments publics et privés.

Les années 1950 et 1970

Dans notre environnement, les sources d'exposition les plus fréquentes sont les maisons construites dans les années 1950; l'amiante est présente dans le plâtre ou dans l'isolation des fournaises. On le retrouve également dans les greniers et les murs de certaines maisons construites dans les années 1970 où, à la suite d’une crise de l'énergie, la vermiculite avait été utilisée comme isolant sur recommandation du gouvernement. Dans les années 1990, des recherches ont révélé qu’un certain type de vermiculite (Zonolite), issu de la mine Libby située dans l'État américain du Montana et commercialisé au Québec, contenait d'importantes traces d'amiante.
L'amiante est également présent dans certains bâtiments publics, dont les écoles, les centres commerciaux, les églises et les stations de métro, en raison de ses propriétés insonorisantes et ininflammables.

Rénover en toute sécurité

Neufs, les isolants contenant de l'amiante sont relativement inoffensifs. Mais avec le temps, ou encore à la suite d’un dégât d’eau dans une toiture, ils deviennent friables et libèrent alors des fibres d'amiante dans l’air. Respirer ces fibres représente un danger pour la santé.
C'est lors de travaux de réparation ou de rénovation que les travailleurs et propriétaires résidentiels risquent une exposition dangereuse aux fibres d'amiante. Des règles précises doivent être respectées pour éviter cette exposition; au Québec, un code strict régit la manipulation des matériaux contaminés.
Mot d’ordre : prévention. Ce code doit être scrupuleusement respecté, faute de quoi il y a un risque important d'exposition, non seulement pour ceux qui sont directement en contact avec l’amiante, mais pour tous ceux qui habitent ou fréquentent l’édifice ou la maison. Les propriétaires résidentiels ne devraient jamais effectuer ces travaux; le recours à un expert est impératif.

Amiantose et autres maladies

Les trois principales maladies reliées à l'amiante sont l'amiantose, le mésothéliome et le cancer du poumon. L'amiantose est une fibrose chronique des poumons, exclusive aux travailleurs de l'amiante; elle est causée par un taux d’exposition très élevé.
Le mésothéliome est une forme de cancer très rare qui touche la plèvre (enveloppe des poumons) ou le péritoine (enveloppe des organes de la cavité abdominale). Cette maladie fatale touche, dans 80 % des cas, des personnes ayant été exposées à l'amiante.
Le cancer du poumon est lui aussi associé à l'exposition à l'amiante.
Cinquante pour cent des travailleurs de la construction, de l'entretien et de la rénovation atteints par l’une de ces maladies respiratoires ont été exposés à l'amiante.