Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

Le carnet des animateurs

OGM, le débat continue ...

Émission du 11 février 2010

En 2006, l’émission a présenté un reportage sur les organismes génétiquement modifiés. L’Organisation mondiale de la santé considérait alors la production des OGM comme une solution possible à la faim dans le monde. Et en l’absence de données scientifiques concluantes, on ne pouvait démontrer une incidence négative des OGM sur la santé. Mais des chercheurs français viennent de relancer le débat…

Après avoir mené une bataille juridique pendant plusieurs années, une équipe de chercheurs français a obtenu gain de cause et a pu mettre la main sur les études – jusque-là gardées secrètes – de la firme Monsanto, le plus grand producteur de semences génétiquement modifiées au monde.
Dans l’une de ses études, on a observé des perturbations du foie et des reins chez des rats ayant consommé du maïs transgénique, un signe de toxicité. Monsanto avait cependant conclu que ces perturbations étaient non significatives.
Les chercheurs français ont à leur tour analysé cette étude, et ont interprété ces résultats de façon complètement différente. Selon eux, ces perturbations pourraient bel et bien être significatives, bien que la très courte durée de l’étude (3 mois)

Au Québec, 85 % de la production de maïs est transgénique. Et en l’absence de normes d’étiquetage, on ne peut jamais savoir si ce qu’on mange contient ou pas des OGM. Pourtant, les 27 pays de l’Union européenne, l’Australie, le Japon, et même la Chine, ont adopté une réglementation pour l’affichage obligatoire des OGM contenus dans les produits alimentaires. Les États-Unis et le Canada demeurent les seuls deux pays industrialisés à faire exception !