Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

Le portrait

Lydya Assayag se bat pour que les femmes prennent leur santé en main

Émission du 18 février 2010

La feuille de route de Lydya Assayag est impressionnante. Avocate de formation, ex médiatrice à la Commission des droits de la personne, elle dirige maintenant le Réseau québécois d’action pour la santé des femmes (RQASF). Et se bat pour que les femmes puissent continuer à exercer leur liberté de choix lorsqu’il est question de leur santé.

«Le féminisme, je suis tombée dedans quand j’étais petite !, lance Lydya Assayag. Je suis née au Maroc, et il est certain que la position de la femme au Maroc n’est pas étrangère à mon allergie à l’injustice et à l’arbitraire. Très tôt, j’ai eu un sens très aigu de la justice sociale.»

Pour Lydya Assayag, justice sociale et droit à la santé vont de pair, d'où son engagement envers la cause du Réseau. «La santé, c'est un droit. On l'oublie. C'est un droit qui est assez souvent bafoué. On l'oublie aussi. Et c'est un droit qui a un rapport direct avec les injustices sociales. Si on est pauvre, il y a de fortes chances pour qu'on soit en moins bonne santé.»

Le RQASF est un «réseau à parapluie», qui chapeaute donc un ensemble de réseaux regroupant eux-mêmes des associations. Sa mission : la mise en commun des connaissances de tous les réseaux, associations et organismes membres en appui à la promotion de la santé des femmes, dans une perspective holistique incluant les dimensions individuelles, collectives et environnementales. «La santé, c'est quelque chose de très simple et, à la fois, quelque chose de très complexe et de très mystérieux. Tout intervient : les éléments sociaux, l'environnement, la place qu'on a dans l'échelle salariale, l'accès aux services de santé.»
Cette vision globale de la santé est particulièrement appropriée à l’analyse du rapport qu’entretient la médecine occidentale avec le corps féminin. D’après Lydya Assayag, le monde médical intervient de façon obsessive sur le corps des femmes depuis le 19e siècle, de la puberté à la ménopause, en passant par la grossesse. Des exemples ? Le taux très élevé de césariennes exercées au Québec; l'hormonothérapie pour les femmes ménopausées (propose-t-on des solutions de rechange ?); les batteries de tests imposés pendant la grossesse (sont-ils tous vraiment nécessaires ?); l'inscription du syndrome prémenstruel comme trouble de la santé mentale dans le DMS-IV, le livre de référence des diagnostics qui fait autorité en Amérique du Nord.

Ces interventions, considère la militante, médicalisent indûment des processus corporels naturels pour tenter de contrôler, de normaliser le corps féminin perçu comme déréglé.
Un exemple qui la choque tout particulièrement : les pilules qui suppriment les règles ! «On en sait très peu sur l’impact des menstruations sur la santé des femmes, mais on veut les éliminer !»
Le RQASF produit également des outils d'information et de formation, et mobilise ses membres au sein d'actions de promotion publique et d'action politique. L’organisme fait de la recherche indépendante sur l’effet des médicaments et des procédés médicaux sur les femmes. Le savoir, en matière de santé, est souvent généré par les fabricants de médicaments et relayé sans grande remise en question par les autorités médicales.

Lydya Assayag parle d’une action «responsabilisante» plutôt que «moralisatrice»; l’objectif étant de redonner aux femmes le contrôle sur leur santé et leur corps. C’est pourquoi le RQASF diffuse aussi de l’information sur les solutions de rechange à la médecine conventionnelle. «Vous savez, on est tous, en partie, notre propre médecin, notre propre chamane. Notre propre sorcière, même ! Votre corps, votre esprit, vos émotions, vous disent souvent ce qui est mieux pour vous.»

Ressources

Réseau québécois d’action pour la santé des femmes

Le RQASF organise régulièrement des ateliers et des conférences dans le réseau de la santé.
Les Centres de santé des femmes diffusent l’information du RQASF.

http://rqasf.qc.ca/

Coordonnées :
4245, avenue Laval
Montréal
514-877-3189