Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

Dossier de la semaine

Asthme et allergie: l'épidémie

Émission du 14 septembre 2006

Le nombre de cas d’allergies alimentaires et respiratoires, d’asthme, d’eczéma et autres réactions allergiques est en pleine progression. Trois millions de personnes souffrent d’asthme au Canada; au Québec, le nombre d’asthmatiques a triplé depuis les années quatre-vingt. Les allergies non alimentaires constituent les maladies chroniques les plus répandues chez les Canadiens de plus de 12 ans, selon Santé Canada.

Mais quelles sont les causes de l’asthme et des allergies ? Depuis 30 ans, la qualité de l’environnement et notre mode de vie ont beaucoup changé. La pollution de l’air est mise en cause, mais aussi la propension à l’hygiène. Un environnement trop propre évite bien des infections durant l’enfance, mais peut rendre le système immunitaire hypersensible et intolérant à certaines substances.

L’allergie est une réponse du système immunitaire qui réagit trop fortement à un irritant extérieur (aliment, pollen, etc.). Les symptômes apparaissent immédiatement ou jusqu’à 12 heures après qu’un individu ait ingéré une substance allergène ou qu’il y ait été exposé, même à faible dose, dans les deux cas. On ne connaît pas les raisons pour lesquelles une personne souffre d’allergies, mais on sait qu’un enfant dont les parents sont allergiques a 80 % des chances de l’être.

Les symptômes peuvent être très légers jusqu’à très sévères.


  • Allergies respiratoires : asthme (respiration sifflante, sensation de serrement thoracique, toux sèche) et rhinites, conjonctivites.
  • Allergies cutanées : dermatite atypique (eczéma à des endroits précis du corps : plaques rouges, peau sèche, démangeaisons intenses.), urticaire aiguë (éruption passagère de picots rosés ou blancs, démangeaisons.)
  • Allergies alimentaires : problèmes intestinaux, problèmes cutanés (plaques rouges et blanches sur la peau, démangeaisons), enflure des yeux, de la langue et du visage et problèmes respiratoires.
  • Allergie au venin d’insectes : éruptions cutanées rouges, douleur et enflure à l’endroit de la piqûre.

Au Québec, 4 % de la population souffre d’allergies alimentaires et on constate que de plus en plus d’adultes n’ayant jamais été allergiques développent des allergies à 30, 40, et même 50 ans.

Les allergies alimentaires les plus fréquentes sont : au lait de vache, aux œufs, au soja, au blé, aux noix, aux arachides, aux poissons et fruits de mer, au sésame ainsi qu’aux sulfites. Elles représentent 90 % de toutes les allergies au Canada.

L’allergie alimentaire est celle qui inquiète le plus, car elle peut être causée par une très légère exposition à une substance, comme l’arachide par exemple, et avoir des conséquences très graves, le pire étant le choc anaphylactique qui peut être mortel. Il se manifeste par un serrement de la gorge, une difficulté à respirer, un pouls rapide, un teint pâle, des nausées, des vomissements, de la diarrhée ou une chute de pression. L’épinéphrine ou adrénaline (Épipen en auto-injecteur) est le seul traitement efficace contre le choc anaphylactique.

Il faut aussi savoir distinguer l’intolérance alimentaire de l’allergie. L’intolérance est une réaction anormale après l’ingestion d’aliments, de boissons, d’épices ou d’additifs alimentaires. On ne connaît pas les mécanismes déclenchant l’intolérance alimentaire, mais les réactions qu’elle entraîne n’ont rien à voir avec le système immunitaire, contrairement aux vraies allergies. L’intolérance alimentaire n’est jamais fatale.

Les allergies respiratoires, quant à elles, sont principalement causées par le pollen, les déjections des acariens, les squames d’animaux domestiques, la poussière, la pollution et les micros-particules dans la fumée de foyer. Au Québec, au moins 10% de la population souffriraient du rhume des foins et un tiers des personnes souffrant du rhume des foins développeront un problème d’asthme.

Pour éviter les allergies, la première mesure à prendre est de ne pas s’exposer à l’allergène. Si ce n’est pas possible, des antihistaminiques (Claritin, Réactine, Allegra), offerts en vente libre, et des décongestionnants nasaux à base de corticostéroïdes peuvent soulager les symptômes. Il est aussi possible d’avoir recours à la désensibilisation. Ce processus consiste à mettre la personne en contact avec son allergène, par doses croissantes, sur une période allant de 3 à 5 ans. L’organisme s’habitue ainsi peu à peu à l’allergène.

L’asthme : un problème important de santé publique

L’asthme affecte de 5 à 10 % de la population. L’asthme est la première cause de visite aux urgences au Canada et tue 500 personnes chaque année, dont 150 au Québec. Plus d’un tiers des personnes souffrant d’allergies souffriront d’asthme au cours de leur vie.

L’asthme se manifeste principalement par des symptômes de toux, de respiration sifflante et d’oppression. Ces symptômes ne sont pas ressentis de la même façon ni avec la même intensité par tous les asthmatiques. Malheureusement, l’asthme est une maladie mal diagnostiquée ou mal soignée, selon la Dre Manon Labrecque, pneumologue à l’Hôpital Sacré-Cœur, qui croit beaucoup à l’importance de l’éducation, tant auprès des médecins que des patients. On estime que 60 % des asthmatiques ne se soignent pas correctement. Des critères de maîtrise de l’asthme existent pour guider patients et médecins dans le traitement de l’asthme, parmi lesquels :


  • le patient ne devrait pas se réveiller plus d’une fois par semaine à cause de l’asthme;
  • il ne devrait pas être limité dans ses activités quotidiennes;
  • il ne devrait pas utiliser son médicament d’urgence plus de trois fois par semaine.

On ne guérit pas d’allergie ou d’asthme. Toutefois, selon la Dre Labrecque, il n’y a aucune raison, aujourd’hui, d’avoir des cas non maîtrisés d’asthme, car il existe maintenant des médications très efficaces dans le traitement et le contrôle de l’asthme. Les bronchodilatateurs soulagent les symptômes de respiration sifflante et d’oppression, le plus connu étant le Ventolin. Ce sont des médicaments qui agissent rapidement, mais qui ne devraient être employés que dans le cadre d’un traitement plus complet. Beaucoup d’asthmatiques abusent des bronchodilatateurs et négligent les anti-inflammatoires à long terme. On pourrait également réduire l’usage de médicaments en faisant de l’activité physique et en pratiquant des exercices de respiration.

Un projet de recherche du groupe AllerGen, un réseau de 170 chercheurs de 23 universités commencera en 2007. Cette étude, la plus grande du genre dans le monde, vise à examiner les effets séparés et combinés des gènes et des facteurs environnementaux dans les premières années de vie, pour ensuite répondre au comment, au pourquoi et au quand notre organisme développe-t-il des allergies.

En attendant que la recherche aboutisse sur de nouvelles pistes de traitement en termes d’allergie et d’asthme, la prévention demeure importante. D’abord, il faut éviter les produits allergènes! Ensuite, on recommande aux mères d’éviter de fumer et d’allaiter leur bébé jusqu’à six mois. L’Association québécoise des allergies alimentaires recommande de plus l’introduction des solides après six mois.

Pour les gens qui souffrent d’allergies alimentaires, de l’aide se présente grâce à un nouveau programme unique au monde : la Certification pour aliments exempts d’allergènes. Lancé ce printemps par l’Association québécoise des allergies alimentaires, ce programme de certification servira à identifier les aliments sans dangers allergènes.  Le symbole de certification sera apposé sur les aliments qui ne contiennent pas un allergène donné, parmi lesquels on retrouve les amandes, les œufs, le lait et les arachides.




Correction




Dans le cadre de ce reportage, il a été mention d'une étude sur l'asthme et la carie. Cette étude sera publiée au printemps 2007   et non en 2006.



 Ressources :

Réseau québécois de l’asthme et de la maladie pulmonaire obstructive chronique
http://www.rqam.ca/

Association québécoise de l’allergie alimentaire
http://www.aqaa.qc.ca/

Certification sans allergènes
http://www.certification-allergies.com