Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

Le carnet des animateurs

Attention aux IPP !

Émission du 11 mars 2010

Au Canada, on prescrit annuellement pour plus d’un milliard de dollars d’IPP – des médicaments contre certains maux gastriques. Or, d’après deux importants organismes de santé publique, ces médicaments pourraient causer de très graves problèmes de santé.

Les IPP - pour Inhibiteurs de Pompe à Protons – ne sont qu’un des types de médicaments prescrits contre les problèmes gastriques. Ce sont des comprimés, et non des pompes, qui agissent sur la sécrétion des acides gastriques. Il faut les distinguer des Rolaids et autres Maalox, qui neutralisent l’acidité de l’estomac, ou encore des Zantac et Tagamet, qui sont disponibles sans prescription.

Seuls les IPP sont accusés de provoquer des problèmes de santé graves, dont une augmentation du risque de pneumonie, d’infections à la clostridium difficiles et de fractures de la hanche (ostéoporose). Ces médicaments pourraient également réduire l’efficacité du Plavix, prescrit aux personnes qui ont souffert d’un infarctus ou d’angine, et donc augmenter les risques de problèmes cardiaques.
Les IPP sont vendus sous ordonnance seulement et destinés au traitement du reflux gastro-œsophagien, des ulcères gastroduodénaux ou encore des érosions gastriques causées par les médicaments anti-inflammatoires. Plusieurs personnes prennent un IPP en prévention, par exemple en cas de risque de saignement gastro-intestinal.

Dans la pratique, beaucoup de personnes prennent ce médicament à long terme, et parfois pour de bien mauvaises raisons, comme les excès alimentaires. Thé, café, alcool, ailes de poulet et autres junkfood peuvent déranger l’estomac !

Le Conseil du médicament du Québec a justement lancé une campagne de sensibilisation concernant le bon et le mauvais usage des médicaments. Les médecins doivent comparer les risques et bénéfices des médicaments pour chaque cas particulier, adapter le traitement au patient et non prescrire systématiquement à large échelle, ce qui peut entraîner de graves conséquences pour la santé publique.