Une pilule une petite granule

Émission disponible en haute définition

Diffusion terminée

Diffusion :
Diffusion terminée
Durée :
60 minutes

Du 2 avril au 7 septembre 2015

Le carnet des animateurs

Grand ménage dans les produits de santé naturels

Émission du 18 mars 2010

En 2004, Santé Canada a entrepris un grand ménage dans les produits de santé naturels. Un ménage bien nécessaire ! On trouvait alors, en vente libre, tout et n’importe quoi, y compris des produits contaminés au plomb et à l’arsenic! D’autres produits ne contenaient tout simplement aucun ingrédient actif, ou encore affichaient des prétentions thérapeutiques complètement farfelues. Où en est-on ?

Santé Canada prévoyait terminer cette vaste opération en janvier 2010. Or, le processus est toujours en cours… et ce n’est pas pour rien ! Santé Canada a reçu plus de 45 000 demandes d’homologation! Pour homologuer un produit, plusieurs critères doivent être respectés. D’abord, on doit procéder à un contrôle de la qualité. Les entreprises doivent démontrer que les laboratoires où sont fabriqués les produits répondent à des normes de qualité minimales. On doit ensuite confirmer l’innocuité du produit, c’est-à-dire s’assurer que son usage est sécuritaire, notamment en vérifiant s’il existe des rapports de toxicité dans plusieurs banques de données. Les fabricants doivent également fournir des preuves de l’efficacité de leur produit. Une question très complexe. La procédure est différente de celle des médicaments.

Les médicaments sont d’abord testés sur des animaux, puis sur des humains, à travers différentes phases d’études cliniques. Les fabricants de produits naturels ne sont pas obligés de procéder à des études cliniques, mais ils peuvent soumettre une preuve pharmacologique : en laboratoire, une molécule X a un effet Y sur une fonction Z. Mais ce genre d’études n’existe pas non plus pour tous les produits naturels; on prendra donc en compte l’usage thérapeutique traditionnel, par exemple en médecine chinoise, ayurvédique ou amérindienne. La tradition doit avoir au moins 50 ans, afin de s’assurer de l’absence d’un potentiel de toxicité transmissible d’une génération à l’autre.

Les produits qui ne répondent pas aux critères de Santé Canada sont retirés du marché (ou le seront). Ceux qui passent le test reçoivent un NPN, pour Numéro de Produit Naturel. Ce numéro est affiché sur l’étiquette, parfois en très petits caractères.
Les produits homéopathiques ont un DIN-HM; DIN pour Drug Identification Number et HM pour homéopathique. On dit «drug», mais il faut bien comprendre que les produits homéopathiques sont des produits naturels, pas des médicaments.

À l’heure actuelle, 10 000 demandes d’homologation restent à étudier. Sur les tablettes, on trouve aussi encore beaucoup de produits qui ont été mis sur le marché avant d’obtenir leur NPN. L’Ordre des pharmaciens demande d’ailleurs à ses membres de retirer ces produits de la vente. Cela dit, le NPN n’est pas une garantie d’efficacité! Beaucoup des bienfaits allégués des produits naturels, même s’ils sont consommés depuis des décennies, sinon des siècles et des millénaires, n’ont pas été démontrés scientifiquement.

Il faut aussi se rappeler que plusieurs produits naturels peuvent entraîner des effets secondaires ou interagir avec d’autres médicaments et substances. C’est notamment le cas du millepertuis, qu’il ne faut jamais combiner à un antidépresseur. Avant d’acheter un produit naturel, consultez votre pharmacien!